Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

En communion avec Fucked Up

On dirait qu’il est de plus en plus difficile de trouver de bons concerts punk/hardcore à Montréal par les temps qui courent. Depuis la fermeture de L’X, autrefois située à un lancer de bouteille de bière des Foufounes Électriques, la scène semble avoir subit un lent recul, malgré la présence de quelques rares salles en périphérie du centre-ville qui semblent voir le jour de temps en temps avant de rapidement disparaître. Même les incontournables Foufs accueillent délaissent progressivement les concerts punk-rock qui ont fait sa renommée pour des concerts davantage orientés hip-hop, comme l’a illustré GZA du Wu-Tang Clan lors de son passage il y a quelques semaines.

Ceci dit, même si cette scène se fait moins voyante à Montréal depuis quelques années, il n’en demeure pas moins que la ville a su conserver une forte identité avec le mouvement hardcore et punk, et les habitués se donnent rendez-vous pour les grandes occasions. L’une d’entre elles est le passage toujours remarqué du groupe torontois Fucked Up, qui était de passage en ville le dimanche 21 février dernier aux côtés de Kurt Vile et Slobs pour célébrer le jour du seigneur à La Sala Rossa (4848 St-Laurent).

Le dernier passage du groupe remonte au mois de novembre dernier, alors qu’il s’était produit au Métropolis dans le cadre de M pour Montréal (oui, même si le groupe est établi à Toronto), alors qu’il avait littéralement choqué les spectateurs venus nombreux pour voir la performance de Champion et ses G-Strings et qui ne s’attendaient pas à une performance aussi « chaotique » de la part de Fucked Up. En effet, le groupe – ou plutôt le public venu assister au concert donné par le groupe – est reconnu pour offrir des performances plutôt énergiques, où il n’est pas rare de voir des bouteilles cassées, des pieds dans les airs et quelques coups de poing échangés entre des participants un peu trop enthousiastes.

Le groupe a beau faire sourciller les gens peu habitués à assister à un concert hardcore par ses prestations peu catholiques, il n’en demeure pas moins qu’il est impliqué dans des causes sociales pour lesquelles tous les profits de la vente de leur dernier album sont remis. Les membres du groupe tiennent également à profiter de la notoriété qu’ils se sont bâtie au fil des années pour mettre de l’avant certaines causes qu’ils jugent importantes, en demandant par exemple aux spectateurs de signer une pétition demandant à ce qu’une enquête publique soit tenue sur le décès d’une femme amérindienne après qu’elle ait été arrêtée par un agent de police, histoire qui n’a jamais fait l’objet d’une quelconque enquête.

Le dernier album du très prolifique groupe, intitulé Couple Tracks: Singles 2002-2009, est paru récemment sur le label Matador Records.

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.