Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Voir Venise…

Sur la côte est de l’Italie se trouve la ville cachée de Venise, au creux de sa lagune. Célèbre pour son carnaval, ses palais et ses mystères, la ville baigne dans une atmosphère des plus prenantes et captivantes. Cette eau bleu-vert omniprésente semble figer dans le temps cette cité mythique et magnifique.

Corto Maltese y a vécu une fable. Turner, ses aquarelles. Ce qui frappe le plus en marchant dans les rues de la cité autrefois reine et maîtresse de l’Europe, ce sont l’étroitesse des passages, les ponts reliant les rives des canaux, les murs ocres et abîmés menant aux campos où les églises érigées en l’honneur de tel ou tel saint regorgent de toiles, de sculptures ou de retables inestimables…

La ville est séparée en deux par le Gran canal, canal enjambé par trois ponts seulement. Outre cette avancée de la mer qui façonne Venise en une poignée de main ou en forme de poisson, six quartiers distincts rencontrent l’itinéraire du voyageur. Ici, point de vélo, point de voiture. Tout se fait à pied, en vaporetto, ou en gondole.

Aux points cardinaux

Au nord de l’île se trouve le port de la ville. Immense étendue d’eau sombre où se reflète le soleil en après midi, avec vue sur un étrange îlot verdâtre aux arbres gigantesques : le cimetière de Venise. Dans la cité italienne, le vert est peu être la couleur la moins rencontrée au fil des promenades. Peu de jardins, de parcs ou d’étendues d’herbes, chaque parcelle de terrain est employée pour la construction de palais, d’appartements, de chapelles, de fontaines et de recoins, accentuant cet effet de labyrinthe.

À l’ouest, c’est le lien vers le continent. Une seule route relie Venise à l’Italie continentale, avec un flot constant de voitures, de trains et de bus permettant aux voyageurs d’admirer la cité en arrivant par cette route. Au sud-ouest, c’est la place St-Marc…

À la place Saint-Marc

Palais des Doges, Basilique St-Marc, cathédrales… Cette place mythique réussit à couper le souffle à tout explorateur. Après s’être perdu, (re)perdu et plus encore, on débarque depuis les ruelles étroites et sombres en plein milieu de cette place lumineuse et délicatement décorée. Vaste, faites de dorures transmettant les éclats de soleil, la place St-Marc est le lieu par excellence pour accueillir le Carnaval de Venise, évènement faisant partie du rayonnement international de la ville. Petite pause historique. Pourquoi St-Marc est-il le protecteur de Venise ? Au IXe siècle, c’est St-Téodore, le soldat-saint grec qui protégeait la lagune. L’affaiblissement de l’empire byzantin remit en question la protection de Venise. Pour ne pas tomber sous la botte de l’empire d’Orient, ou se faire asservir par Rome et St-Pierre, Venise décida de se placer sous la protection de St-Marc, symbolisé par un lion ailé. Ainsi, en réfutant la mainmise du Vatican, Venise démontra sa volonté d’indépendance, signe avant-coureur de la domination et du rayonnement au cours des prochains siècles de la cité.

Pour les artistes

Mais Venise, c’est aussi une ville au patrimoine artistique incomparable. Musées, galleries d’art, palais, la ville accueille chaque deux ans la Biennale d’art contemporain, offrant ainsi aux artistes une exposition incomparable dans une atmosphère effervescente. Fresques et chefs d’œuvres de la Renaissance se retrouvent exposés sur les murs de toutes les églises, peu importe le quartier où l’on se trouve. La Mostra de Venise est le festival international de cinéma, récompensant les meilleurs films par la remise du Lion d’Or. Côté lyrique, le Gran Teatro de la Fenice respecte à merveille la réputation d’excellence lui étant accordée par les amateurs d’opéra, offrant régulièrement d’incontournables spectacles d’une qualité parfaite.

Pour les romantiques Venise, ville d’art, de mystères et de découvertes, mais aussi ville des amoureux. Les gondoles ? Ces taxis traversant les canaux selon un ballet finement orchestré, ce sont sur ces derniers mots que se termine ce premier article de Venise. Le flot tranquille de l’eau, happée par la rame des gondoliers, les résidences princières défilant petit à petit de chaque côté…

Ô sole mio…

Mots-clés : En échange (21)

Articles similaires

Dernier voyage en Europe

19 mars 2010

Délaissons le temps froid de la République Tchèque pour rejoindre le soleil espagnol dans le cadre de ce dernier récit de voyage de l’année. Après les gaufres belges, les vélos et chocolat marocain néerlandais, le nouvel an sous la tour Eiffel, l’Oktoberfest en Bavière, la Scala de Milan, le Carnaval de Venise, voici maintenant la péninsule ibérique, avec ses richesses culinaires, ses trésors culturels et ses villes magnifiques. Barcelona Trois mots peuvent résumer ce...

Quitter Charlène

4 septembre 2009

Charlène vous a dans la peau, vous vivez à travers elle, en son sein, elle vibre à travers vous, mais vous ne vous en rendez pas compte, sauf au moment de la quitter. Charlène, comme l’a si bien dit un confrère lors de l’édito du second Polyscope d’été, c’est notre maîtresse à nous tous, polyscopiens. Charlène, c’est Montréal, ses rues aux boutiques entassées et bariolées de graffitis sur Bernard Ouest, l’Île Ste-Hélène et ses...

Faire ses études au Mexique, par où commencer ?

29 janvier 2010

Je suis depuis un mois et demi dans la ville de Mexico en échange. Je vais d’abord faire une mise en contexte de la ville où je me trouve et élaborer sur mes études ici. Je vous rappelle que Mexico est en plein milieu du pays et je n’ai donc pas l’occasion d’aller à la plage tous les jours boire une bière Corona sous un sombrero. J’ai fait un cours d’espagnol et je me...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Chronique d’un sauvage au 21e siècle

9 octobre 2009

Pas facile d’être un viking au 21e siècle. Nos droits fondamentaux sont bafoués : chasser le sanglier à la lance, mettre à sac des villages, brûler des églises, égorger des paysans et voler du bétail, tous des actes maintenant considérés comme répréhensibles. Même les pirates somaliens avec leurs mini coques de noix sont plus menaçants que nous (disons qu’un drakkar, ça ne passe plus inaperçu). Il faut se rendre à l’évidence, nous devons mettre...

Google, ou l’art de se comporter en fillette

22 janvier 2010

«Une chronique barbare, mais, diantre, de kossé ça ? » se diront les néophytes. Ce paragraphe d’introduction que je vous étampe droit sur la rétine, c’est mon petit cadeau de bienvenue dans ce qui sera, pour tout le reste de votre parcours universitaire, votre « pit-stop » hebdomadaire de brutalité syntaxique, de barbarisme distingué et de gros métal non dilué. En somme, c’est ici (entre autres) que j’insémine passionnément et violemment la page et...

100 Jahre Ballets Russes

9 octobre 2009

La traduction allemande pour le 100e anniversaire des Ballets Russes est 100 Jahre Ballets Russes. Pourquoi traduction allemande me diriez vous ? Et bien entre deux chopes de bières à l’Oktoberfest, Le Polyscope a couvert trois performances d’une rare exécution au Bayerisches Staatsballett et au Bayerische Staatsoper de Munich. Premier arrêt pour le 100e anniversaire des Ballets Russes. Shéhérazade Musique de Rimsky-Karsakow, chorégraphie de Mikhail Fokine. L’histoire prend place dans un harem au temps...