Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Sociétés techniques de Poly : Canoë de béton

Dans la série d’article sur les sociétés techniques, je continue ma lancée en interviewant Robin Lehoux-Audet, directeur de Canoë de béton.
La première idée qui m’est venue à l’esprit c’est : « Mais le béton, ça coule normalement non ?! ». On a plutôt tendance à voir des canoës légers en fibre de verre et kevlar. Il doit donc y avoir un truc !

Pour commencer, le béton doit être léger, résistant et maniable, tout en gardant à l’esprit que le règlement des compétitions impose certaines caractéristiques et que chaque année ce ne sont pas les mêmes donc il faut complètement repenser le béton. Contrairement au béton utilisé dans le bâtiment qui est fait de sable et de gravier, celui de ce canoë est composé de billes de verre et de caoutchouc (pour des raisons écologiques). Une fois le mélange réalisé, il faut encore travailler sur l’autre grosse partie de la conception : limiter l’épaisseur de la paroi pour ne pas avoir une structure trop lourde. Mais comment fait-on pour couler le béton ? Cette année l’équipe de canoë de béton a décidé d’utiliser un moule à double paroi complètement usiné à l’ordinateur grâce à l’un de leur commanditaire externe. Pour terminer l’équipe s’occupe de l’esthétique du canoë, à l’aide d’une mosaïque colorée injectée sous forme de pigments. Cette année le thème graphique du canoë sera : Où est Charlie ? Actuellement l’équipe a terminé la fabrication du moule et doit encore couler le béton et s’occuper de la finition.

Au sein de l’équipe (qui comprend 52 personnes cette année, majoritairement issues de génie civil mais aussi de physique et mécanique), il y a 4 sous comités : celui de financement (5, 7, recherche de commanditaires…), celui de conception qui s’occupe des calculs d’optimisations de la coque, des tests sur le béton, celui de fabrication qui gère la modélisation à l’ordinateur et la construction du moule, et pour terminer celui de compétition qui finalise le canoë.

Au niveau de la compétition canadienne (il a aussi deux compétitions aux USA) qui aura lieu au mois de mai à Toronto contre 11 autres universités de génie, plusieurs critères seront jugés sur le canoë de l’EPM. Pour commencer il y a la remise d’un rapport technique incluant les méthodes de fabrication, les innovations technologiques… bref c’est un véritable article scientifique. Puis l’équipe doit réaliser une présentation orale. Différents types de courses ont lieu au cours de la compétition: endurances, vitesses… À chaque fois l’EPM affrontent 4 autres universités. En 2009 ils ont réussi à terminer premier de la compétition régionale américaine et 4e au général de la compétition canadienne.
Si vous aussi vous désirez prendre part à cette expérience, passez au local A-403. Pour plus d’information : http://www.canoe.polymtl.ca/site/index.php




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Du Mont Liban à Montréal

9 février 2007

Par Louay Msaddi Sur les bordures de la Méditerranée repose un petit pays habitué à conter les histoires les plus fantastiques de son existence : le Liban. C’est comme ça qu’ils ont voulu l’appeler, puis « pays du cèdre » est devenu officiellement son surnom. En dépit de sa beauté naturelle, de la diversité incroyable de ses communautés ethniques et religieuses, de son histoire fascinante et de sa culture riche et plurielle, un autre...

Éditorial : La publicité

15 janvier 2010

Pendant le congé du temps des Fêtes, j’ai décidé de relire quelques livres de Claude Cossette, illustre cerveau de la publicité des 50 dernières années, sur la route entre Montréal et Toronto. C’est pas que je ne veux pas parler avec les autres covoitureurs d’Allo-Stop, c’est juste que ça ne m’intéresse pas d’avoir des discussions avec la nouvelle céramique de la salle de bain de Jérôme, ni de savoir que Rachel va visiter sa...

Entrevue avec Mathieu Gilbert, 1ère année de génie industriel et en stage chez Barrière QMB

23 octobre 2008

Un stage dès la première année Quelles sont tes responsabilités chez Barrière QMB? Mes responsabilités chez Barrière QMB sont très diversifiées. Mon mandat initial était la conception d’un poste ainsi que des procédures de travail pour l’assemblage de barrières destinées à la gestion de la circulation (www.swiftgates.com). Ce produit, encore nouveau sur le marché, était assemblé sans postes ni procédures définies. Mon mandat s’imbriquait dans un projet d’agrandissement (nécessaire en partie pour pallier au manque...