Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Prairie Maguire

Situé entre les rues Henri-Julien et de Gaspé et bordé par le chemin de fer du Canadian Pacific, l’espace vert quelque fois appelé « Maguire Meadow » a provoqué une vague d’inquiétude auprès de la population du quartier au cours de la dernière année concernant l’avenir qui lui était réservé.
Cet espace vert est l’un des seuls lieux qui n’ont pas encore été victimes du marché immobilier. C’est un lieu de rencontre populaire pour les citoyens des alentours au cours de l’été, puisqu’il est possible d’aller y promener son chien ou de s’installer avec une bière autour d’un feu sans attirer l’attention[À noter qu’il est malgré tout illégal de pratiquer ces activités sur ce terrain.]]. Endroit également important du point de vue de l’urbanisme du quartier, puisqu’il constitue un îlot de verdure dans un secteur plutôt industriel, en plus de permettre la circulation des piétons depuis le métro Rosemont, tout comme des cyclistes qui empruntent la piste cyclable qui longe le chemin de fer pour se diriger vers le Mile-End.

Nombreux sont les gens qui profitent de cet endroit, surtout en considérant le flot de personnes employées par des entreprises à proximité comme Ubisoft ou simplement les résidents qui traversent l’espace vert pour aller prendre un café dans un des nombreux restaurants du Mile-End.

C’est pour cette raison que les différents plans de l’arrondissement de paver l’endroit pour y installer l’équipement de déneigement durant l’été ou encore ceux de le transformer en terrain de stationnement ou en résidences ont provoqué de vives réactions au sein de la population. En 2007, un groupe de citoyens a pris la décision d’embellir l’endroit en y semant des plantes et en arrachant les mauvaises herbes en plus d’aménager des sentiers. Au cours du mois de mai dernier, la police a interdit une activité de jardinage organisée par le groupe de citoyens, affirmant qu’il s’agissait d’un terrain privé qu’ils ne pouvaient pas modifier… mais qu’ils étaient malgré tout les bienvenus s’ils voulaient retirer les mauvaises herbes.

Devant la colère des comités de citoyens du quartier provoquée par la présence des policiers accentuée par le manque de collaboration de l’administration de l’arrondissement à propos des plans d’aménagement de cet espace vert, le conseil de ville, dans un geste qualifié d’ouverture, a accepté de racheter le terrain au Canadian Pacific pour la somme symbolique d’un dollar. Mais rien n’est encore joué, car l’arrondissement n’a pas fourni de détails précis sur ses plans par rapport au terrain.
Il faudrait en effet investir près de 5 millions de dollars afin de décontaminer l’endroit avant de pouvoir y construire quoi que ce soit, mais les citoyens ne savent toujours pas si la ville compte préserver le terrain pour en faire un parc public ou si elle prévoit le céder à un promoteur immobilier. Le débat fait donc toujours rage.

Plein air

Piste cyclable longeant le chemin de fer du CP

En l’absence de neige, la piste cyclable qui longe le chemin de fer entre St-Urbain et Papineau permet de se déplacer rapidement à travers plusieurs quartiers de la ville sans avoir à se préoccuper de la circulation automobile et sans être contraint de s’arrêter aux feux rouges.

En hiver, le ski de fond remplace le vélo le long de ce parcours qui longe l’incinérateur numéro 5 et qui passe au-dessous du viaduc Van Horne, et les nombreuses ouvertures dans la clôture « isolant » le chemin de fer permettent de circuler d’un côté vers l’autre sans être contraint de faire de longs détours.

Activités communautaires

Entre de Gaspé et Henri-Julien

De nombreux citoyens se préoccupent de l’avenir qui est réservé à l’endroit, et se rencontrent régulièrement pour faire le point sur les derniers développements survenus, partager des informations obtenues des différentes instances de la villes impliquées dans l’aménagement du terrain et élaborer des moyens pour attirer l’attention sur leur cause.

À l’abandon depuis que le CP a cessé d’acheminer des marchandises aux industries locales dans années 1930, l’endroit pourrait maintenant disparaître si rien n’est fait pour le préserver. Pour éviter que cela ne se produise, un livre paraîtra bientôt afin de sensibiliser le public à l’importance de ce lieu.

-www.roerichproject.artefati.ca
www.pousses.blogspot.com
www.imaginemileend.com
www.spacingmontreal.ca




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

LAKMÉ : Le cœur pur d’une femme

9 février 2007

L’Opéra de Montréal présente cette semaine une pièce à vous couper le souffle : Lakmé de Léo Delibes. Ce conte merveilleux se déroule en Inde pendant la colonisation anglaise et relate l`histoire de Lakmé, jeune prêtresse indienne Brahmane, qui tombe éperdument amoureuse d’un officier britannique, Gérald. Ayant profané les lieux saints brahmanes pour voir sa bien-aimée, Gérald est alors recherché par le père de Lakmé, Nilakantha, qui cherche à se venger de l’offense faite...

Analyse du cerveau polytechnicien

20 mars 2008

Pour votre plus grand bonheur (ou malheur), les spécialistes cérébraux Docteur Lèballe et Docteur Lalongue vous livrent en exclusivité leur analyse on ne peut plus sobre du cerveau polytechnicien. Zone du sommeil Bien que le polytechnicien soit un être nocturne, particulièrement en période d’intras, il peut lui arriver à l’occasion de s’endormir. Cette zone est principalement stimulée lors des longues séances ennuyantes de cours du matin, de l’après-midi et du soir ou encore lors...

La couleur du temps…

30 octobre 2009

C’est officiel. Je vous l’annonce : nous sommes une société de cave. Vous trouvez le mot lourd ? Difficile de prouver le contraire quand on regarde la télévision. Je risque de vous apprendre quelque chose aujourd’hui, alors prenez des notes. Apparemment que c’est une bonne idée de stimuler son enfant en lui racontant des histoires, en lui parlant, en lui apprenant des choses et en jouant avec lui. Je comprends que vous puissiez être choqué, car...