Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le café étudiant du pavillon d’aménagement

Voici un café étudiant qui est pas mal différent des autres. En fait, il s’agit plutôt d’un croisement entre un Second Cup, et une cafétaria, mais avec une touche étudiante.

Tarification

En vrai, les prix sont plus proches de ceux d’une cafétaria que ceux d’un véritable café étudiant tenu par des impliqués : en moyenne, les prix sont de 25¢ à 50¢ inférieurs à ceux d’une cafétaria. Toutefois, les étudiants qui y travaillent sont rémunérés, ce qui n’est pas le cas des autres cafés évalués jusqu’à maintenant. Présentement, il s’agit du salaire minimum, mais ils seront augmentés très prochainement. Le café est à 1,25$ pour un format moyen, mais en apportant sa tasse, le prix diminue à 1$. Autre distinction : en plus des produits normalement offerts dans un café étudiant, on y sert un repas chaud à l’heure du midi.

Ambiance

En entrant dans ce café, on a l’impression de se retrouver dans un Starbucks : les portes vitrées et les fenêtres sur le côté permettent à la lumière du jour de complémenter l’éclairage chaleureux. La disposition des tables est bien organisée et une musique de fond agrémente l’ambiance générale. D’ailleurs, les étudiants de la faculté d’aménagement participent au développement de leur café : ils ont construit la banquette et les comptoirs, et s’occuperont bientôt de la nouvelle peinture du local. Un atout majeur du café est la vente d’alcool lors des 5 à 7 tous les jeudis : la Alexander Keith’s (blonde, rousse, ou blanche) se vend à 2,50$, ou 2$ si on apporte son verre.

Particularités

Carole Cenzato, la directrice du café, m’a précisé quelques précisions quant au café. Tout d’abord, il est géré conjointement par l’association étudiante et Coopsco. De plus, puisque ce café doit combler les besoins des étudiants et des professeurs du pavillon (c’est la seule concession de nourriture de tout le pavillon), elle doit être en mesure d’offrir une large variété de produits.
Verdict
À mi-chemin entre un café étudiant et une cafétaria, le café du pavillon de l’aménagement a certains atouts qui le distingue des autres cafés étudiants. Je vous suggère d’y aller un jeudi soir dans le cas où le 5 à 7 du HEC à côté ne vous plairais pas : la bière est meilleure et l’ambiance plus détendue…




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Marilyn Manson au Centre Bell

2 octobre 2009

Le Centre Bell à peine vidé du chaos épique laissé par la double performance de Metallica, c’est Marilyn Manson qui prenait la relève deux jours plus tard pour poursuivre l’enchainement quasi-interrompu des shows hard-rock qui pleuvent sur Montréal ces derniers temps. Annoncé comme une grande orgie musicale, célébration du renouveau d’un artiste insolite, le satanique révérant était ce jour-là le sujet de toutes les préoccupations des fondamentalistes du coin...comme à son habitude. Il était...

Semaine de l’environnement à Polytechnique

23 janvier 2009

C’est avec enthousiasme que les comités CIE (Club d’ingénieurs entrepreneurs) et PolySphère vous invitent à la semaine de l’environnement qui se déroulera du 26 au 30 janvier à Polytechnique. Des conférences sont prévues toute la semaine, vous permettant de faire des liens concrets entre l’environnement et les différentes spécialisations de génie. Les invités, dont plusieurs anciens étudiants de Polytechnique, ont accepté de présenter des volets de leur travail qui combine génie et environnement. La...

Berlioz à l’OSM

25 septembre 2009

Requiem, ou Grande Messe des morts, de Hector Berlioz, œuvre choisie pour inaugurer la 76e saison de l’Orchestre Symphonique de Montréal. Première le 8 septembre 2009, dirigée par Kent Nagano, avec Michael Zaugg, chef de chœur invité et Michael Schade, ténor. Ce Requiem de Berlioz (1803 - 1869), initialement commandé pour rendre hommage aux victimes des 3 Glorieuses de Juillet 1830 (insurrection à Paris, pour chasser le roi ultra-conservateur Charles X), fut interprété pour...