Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’architecture au Centre de Design

Où commence l’architecture ? Comment les idées naissent-elles et comment leur donne-t-on une forme matérielle ? Quels sont les liens entre la conception architecturale et ses modes de production ? À quelles sources d’inspiration puisent les architectes ? Quels sont leurs outils ? L’environnement de l’atelier et les outils utilisés influencent-ils le processus décisionnel ? Voici les questions auxquelles le Centre de Design choisi de s’intéresser pour sa nouvelle exposition. Soulignant les 40 ans de l’UQAM et dans le cadre du mois de la Faculté des arts, cette exposition nous invite donc dans l’univers intime des bureaux d’architecture, en disséquant leurs méthodes et leurs outils de travail entre autre. Cette thématique est très bien reprise par le titre de l’exposition : Penser tout haut / Faire l’architecture. Issu d’une transformation et de la contextualisation canadienne d’une exposition viennoise sur le making of de l’architecture, cet exposé nous présente vingt-deux bureaux architecturaux (onze bureaux canadiens et les onze bureaux internationaux présentés dans l’exposition de Vienne).

Chaque bureau est décrit puis interviewé – les entrevues sont mises à la disposition grâce à des lecteurs vidéo portables – puis les méthodes de travail sont décrites, analysées et commentées par les architectes de ces bureaux. Leurs outils de travail sont également expliqués et montrés au public : croquis, papiers-calque, schémas en vue 3-plans, maquettes. Aucun travail fini n’est présenté, l’exposition cherche à informer des processus de design utilisés. Avec les photos des ateliers accompagnant chaque présentation, un bel aperçu des univers créatifs de chacun des architectes est présenté.

Une des forces de cette exposition est la facilité de faire des comparaisons entre les bureaux. Par exemple, Blanche & H.P. Daniel (Sandy) Van Ginkel pense qu’il n’est pas possible de trouver des solutions dans l’isolement : tous leurs employés se réunissent chaque jour pour discuter des projets en cours. Inversement, l’architecte Yona Friedman préfère travailler seul : le temps qu’il prendrait pour expliquer une idée à une équipe est égal au temps qu’il prend pour la matérialiser. (Pour information, Blanche & H.P. Daniel (Sandy) Van Ginkel sont responsables de la sauvegarde du Vieux-Montréal, et Yona Friedman a inventé le concept de villes spatiales.)
Pour compléter cette exposition, un Lexique des outils pour penser tout haut a été préparé par une professeure à l’École de design de l’UQAM. Ce lexique rassemble une soixantaine d’objets matériels et autant d’objets conceptuels servant d’outils de calcul, de dessin, d’organisation, de notation, de réflexion et d’imagination nécessaires au travail quotidiens des architectes et designers.

Penser tout haut / Faire l’architecture, nouvelle exposition du Centre de Design de l’UQAM jusqu’au 18 avril. Ouvert du mercredi au samedi de midi à 18h.

1440 rue Sanguinet (angle Ste-Catherine Est – métro Berri-UQAM)
www.centrededesign.com

Crédit photo : Centre de Design

 




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Antoine De Maximy, le globe-trotter

27 février 2009

Parfois, on regarde une émission et on se dit que l’on l’aime vraiment bien, mais sans trop savoir pourquoi ? Sans doute l’idée originale, la musique attrayante, l’habillage bien agencé, l’ambiance particulaire. C’est un peu tout cela que l’on peut retrouver dans l’émission française « J’irais dormir chez vous » et qu’Antoine De Maximy a réussi à transposer au cinéma dans « J’irais dormir à Hollywood » qui, aujourd’hui, est nommé pour le meilleur documentaire de l’année aux César....

Corno, portraits foudroyants aux couleurs éclatées

14 août 2009

Visages à la chevelure éclatées et torses dénudés captés sur des toiles de deux mètres carré, dyptiques et tryptiques, couleurs flamboyantes, vives et captivantes, expressions poignantes qui foudroient le spectacteur et le marquent pour toujours, telle est la marque de commerce et le style dynamique qui ont su faire de Corno une artiste internationale après trente ans de carrière. C’est dans une ambiance techno et sobre que l’on découvre les toiles accrochées aux murs...

Les Identités meurtrières

31 octobre 2008

En cette ère de conflits, tensions, revendications internationales, que d’individus sont portés à déclamer haut et fort leur origine, à mettre de côté toutes les autres composantes de leur personnalité, et ainsi à amplifier ces points chauds. Les exemples sont innombrables, Palestine et Israël, Québec et reste du Canada, accommodements raisonnables, Catalogne, Corse, Kosovo, Rwanda… Au milieu de cet entremêlement planétaire, laissé en pâture aux politiciens flairant le pouvoir et à la recherche de...