Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

À surveiller en 2010

L’année 2010 s’annonce d’ores et déjà comme une année marquante au niveau de la musique à Montréal. Après la vague de rock indie qui a déferlé sur la ville au cours des dernières années et qui a fait la renommée de la ville avec des groupes comme Arcade Fire et Malajube, un autre mouvement s’organise depuis un certain temps déjà aux intersections des scènes hip-hop et électronique. Bien que déjà en vogue depuis un moment, cette scène n’a pas encore reçu beaucoup de couverture de la part des médias, mis à part les publications spécialisées.

Montréal s’est révélée être le lieu d’incubation de nombreux mouvements, où des artistes ont réussi à se faire un nom grâce à la réputation avantageuse que possède la ville, européenne pour les américains et américaine pour les européens. Cet avantage permet de nombreuses collaborations entre artistes, et leur permet d’obtenir sans trop de difficulté l’attention d’un public friand de nouveautés musicales et d’exposition que peuvent offrir certains médias spécialisés.

Cette semaine, un portrait de trois éléments de la scène musicale montréalaise à surveiller au cours de l’année, davantage du côté de la musique électronique que du hip-hop.

Night Trackin’

Orchestré par le trio Hovatron/Seb Diamond/Brendon Duvall qui avait déjà offert à Montréal les soirées Super Aqua Club, Bass Culture, Turbo Crunk et Lost & Sound, Night Trackin’ est le dernier-né des évènements de la scène « electronic dance » de la métropole.

Night Trackin’ se déroule tous les troisièmes vendredis du mois au Velvet (420 St-Gabriel), et bien que l’évènement n’en soit relativement qu’à ses débuts, on sent déjà que le trio a réussi à se définir un certain style en invitant des artistes de différentes « générations » à se produire dans le cadre d’une même soirée.

En invitant ainsi des artistes qui présentent des performances dans la plus stricte philosophie de musique électronique de Chicago et Détroit des années ‘80 à se produire aux côtés d’artistes s’inspirant de ce genre de musique afin de créer une musique plus « actuelle », Night Trackin’ permet de construire des ponts entre les genres.

En hébergeant ainsi sous un même toit des artistes avec des racines communes dans un même mouvement, ces évènements permettent de dresser un portrait de l’évolution d’un genre de musique dans le temps, tout en permettant au public de découvrir différents artistes sans se sentir aliéné.

Le tout est toujours présenté de façon respectueuse envers la musique « étudiée » lors d’une soirée. On ne quitte pas l’endroit en ayant l’impression que les artistes qui s’inspirent d’un style de musique pour créer un son plus actuel le font d’une façon caricaturale, simplement pour donner une certaine saveur à leur musique. Le tout est orchestré de façon à rendre hommage à un certain genre de musique et à permettre de constater toute l’influence que ce genre a eu au cours des années en le revisitant à la saveur d’aujourd’hui.

À l’affiche prochainement :
-13 février : Hercules & Love Affair
-13 mars : Nacho Lovers

Rilly Guilty

DJ résident au Blue Dog Motel (3958 St-Laurent) lors des samedis « Le Spank », ce polyvalent disc jockey habile tant au niveau de la table tournante que de la composition est une étoile montante de la scène montréalaise.

Il se produira pour une deuxième année de suite au concours Thre3 Style, organisé par Red Bull, qui a pour objectif de déterminer le meilleur DJ de la ville. Les finalistes qui auront remporté les compétitions dans les principales villes du pays s’affronteront ensuite à Toronto le 13 mars afin de déterminer lequel d’entre eux se méritera le titre de meilleur disc jockey du Canada.

À écouter sur le web :
-www.myspace.com/guiltfrommontreal
www.soundcloud.com/rilly-guilty

Rilly Guilty, en compétition contre A-Rock, Truspin, Mayday, Cherry Cola, Mary Hell, Yo-C et Twitch, avec Skratch Bastid en invité spécial, au Théâtre Telus, le 19 février prochain.

Lunice

Lunice Fermin Pierre II est mieux connu simplement sous son nom Lunice. Il s’est rapidement taillé une place dans le monde de la musique en Amérique du Nord grâce à son style rythmé, alliant basses et sonorités électroniques uniques. Son aptitude pour la composition de rythmes en symbiose avec la volonté de danser de son public lui a permis de se démarquer des autres aspirants au titre de prochaine étoile du nightlife de Montréal, et d’ailleurs.
Avec une série de remixes à paraître sur les labels Big Dada et Young Turks ainsi qu’un album sous Lucky Me, il y a fort à parier que Lunice animera les scènes de nombreuses salles pour les années à venir.
Lunice sera l’invité spécial de Cosmic Bass Musica, le nouveau rendez-vous des amateurs de basses et/ou de glitch, et accompagnera les DJ résidents Skin et Grand Mal. Ce vendredi 12 février, au Il Motore (179 Jean-Talon Ouest).
Il s’agira de sa dernière performance à Montréal avant de s’envoler pour Londres où il participera au Red Bull Music Academy 2010, à la fin du mois de février. Plus de 100 artistes de partout à travers le monde participeront également à ce festival, dont Ghislain Poirier, Nosaj Thing, Appleblim et The Bug.

À découvrir sur le web :
www.myspace.com/Lunice
www.redbullmusicacademy.com
-www.ilmotore.ca

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.