Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Prends soin de… tes oreilles !

Est-ce que ça vous est déjà arrivé de prendre le bus à 8h du matin et d’être pris en sandwich entre deux personnes qui écoutent la musique à fond ? Pour ma part ça m’arrive tout le temps. Bien souvent le volume est tellement haut que je suis capable d’en reconnaître l’air. Ça a inévitablement un impact sur ma journée. En effet si mon voisin écoute de la tecktonik, je démarre ma journée de mauvaise humeur. En revanche si c’est « Empire State of Mind » de Jay-Z, je tends l’oreille, je tape du pied, je secoue la tête et ma journée commence sur des chapeaux de roue. Écouter la musique au maximum n’est pourtant pas recommandé. D’autant plus qu’on a de plus en plus tendance à enfoncer nos oreillettes blanches dès que le cours n’est pas intéressant ou que l’on veut s’isoler du bruit de la cafétéria. Ce qui entraine une utilisation fréquente et donc une exposition à des troubles auditifs. Par exemple, dans le métro, le bruit ambiant peut s’élever à 105 dB. À cause de ce bruit, on a tendance à augmenter le volume de notre lecteur à 110 dB voire plus. Des chercheurs de l’Université de Boston ont testé des lecteurs MP3 commercialisés et ont trouvé que certains lecteurs pouvaient atteindre 139 dB, l’équivalent du bruit d’un avion à réaction au décollage.

Les conséquences de ce mode de vie bruyant sont l’apparition de troubles tels que les acouphènes : des sifflements ou des bourdonnements entendus sans qu’il n’y ait de stimulis extérieurs. Les problèmes auditifs peuvent être temporaires mais ils peuvent aussi apparaître à long terme. Alors pour éviter de devenir sourd à 22 ans, il suffit de suivre quelques petites règles qui n’entravent en rien notre passion pour la bonne musique.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+