Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Théâtre musical déjanté

La TOHU n’est pas une salle où se joue que des spectacles de cirque. C’est également une salle où se produisent des musiciens, des jeunes artistes montréalais aux groupes émergents. Et c’est bien de musique qu’il est question aujourd’hui, avec XLA et l’Orchestre d’Hommes-Orchestres.

Ce vendredi 29 janvier, c’est l’artiste XLA qui a débuté la soirée. Présenté dans le cadre des Têtes Premières (les séries Têtes Premières permettent de donner une place aux artistes émergents impliqués dans le quartier Saint-Michel), le human beat box XLA nous a offert un petit tour du monde à l’aide de sa machine à voyager. Seul sur scène, accompagné de sa guitare, il joue des beats hip hop aux rythmes salsa grâce à des sons vocaux. XLA prépare actuellement la sortie de son deuxième album, après Nouvel Autrefois, disponible sur iTunes.

Puis c’est au tour de l’Orchestre d’Hommes-Orchestres d’entrer sur scène. Ce groupe de musiciens était présent pendant le festival Juste pour Rire cet été et jouait son spectacle Tintamarre Caravane, où chaque objet contribuait à la musique. Ce spectacle est entièrement articulé autour de leur van, modifié pour l’occasion. Le groupe est venu à la TOHU pour présenter L’Orchestre d’Hommes-Orchestres joue à Tom Waits, et c’est l’occasion de voir ce que cette troupe peut réaliser sur une scène. Le groupe est composé de Bruno Bouchard, Jasmin Cloutier, Simon Drouin et Simon Elmaleh. Lorsque ce quatuor entre sur scène, il y a déjà plus d’une centaine objets présents, de bassines à un escabeau, en passant par un vieux gramophone et une scie. Ils vont tous servir à leur prestation et seront plus nombreux encore, car ce groupe est capable de faire de la musique avec n’importe quoi. Le spectacle Joue à Tom Waits est donc un hommage au musicien-chanteur-compositeur Tom Waits, de sa manière de jouer à sa façon de chanter, avec sa voix particulière. Malgré les thèmes plutôt sombre abordés par Tom Waits, l’Od’HO arrive très bien à faire rire le public, notamment grâce à un jeu théâtral développé et placé dans l’univers éclaté de Waits. Tour à tour chanteur ou musicien, ces multi-instrumentistes vont se porter et se supporter pendant tout le spectacle. Ils sont également accompagnés du duo Les New Cackle Sisters (Gabrielle Bouthiller et Danya Ortman). Elles apportent une touche rétro au spectacle avec leur costume des années 40 et une note plus légère avec leurs chants yodle. Elles participent beaucoup à l’aspect théâtral pendant les chansons des quatuors. À six sur scène, ils font vraiment « de la musique qui se voit ».

Retrouvez leurs prochains concerts sur leur site internet : www.lodho.com.
Prochain événement à la TOHU : Psy, de la compagnie les 7 doigts de la main à partir du 16 février.

Mots-clés : Musique (217)

Articles similaires

Caron et Bourassa: Conversations

20 mars 2008

Alain Caron, autrefois bassiste du trio Uzeb, faisait paraître l’an dernier un album acoustique sobrement nommé Conversations. Il s’agissait d’une suite de duos entre la basse du virtuose et le gratin du piano d’ici : Oliver Jones, Lorraine Desmarais et François Bourassa, pour ne nommer que ceux-là. Avec le pianiste François Bourassa, ce n’était que la confirmation d’un coup de cœur, puisque les deux hommes avaient déjà partagé une scène à Moscou en 1992...

Dream Theatre @ Centre Bell

20 août 2009

Les pionniers du métal progressif new-yorkais étaient de passage à Montréal le 12 aout passé dans le cadre de la seconde édition de leur tournée mondiale Progressive Nation. Accompagnés sur scène par Zappa Plays Zappa, Bigelf et Scale the Summit, les anciens étudiants du Berklee College ont littéralement subjugués la foule sous une cascade de riffs et de solos interminables. Dream Theatre est à la musique pop ce qu’un opéra de Beethoven est aux premiers cris tribaux...

Manon Lévesque – Plus fort que nous

11 juin 2009

Vu la flopée de «chanteurs à voix» dont les médias populaires nous abreuvent, on peut légitimement être méfiant face à la relève musicale. Il faut dire que, quand l’industrie du disque devient une machine à produire des interprètes, l’intérêt s’émousse aussi vite que refroidissent les projecteurs. Il existe pourtant toujours des artisans de la chanson qui méritent l’attention du public. Manon Lévesque est de ceux-ci. Fille du Bas-Saint-Laurent et détentrice de deux...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.