Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les Olympiques

C’est peut-être juste moi, mais la fièvre des Olympiques ne m’atteint aucunement. Il n’y
a pas de raison particulière pour être particulièrement excité, puisque l’on sait très bien que le Canada finira 4e ou 5e dans toutes les épreuves, comme d’habitude, se méritant le premier rang au niveau du décompte des médailles de cuivre ou d’aluminium, respectivement.

Je ne dois pas non plus être le seul à avoir été inoculé aux Olympiques, puisqu’à chaque édition, on peut assister à de nouvelles disciplines qui viennent de faire leur entrée aux Jeux ou qui sont en démonstration…
même si le Comité Olympique affirme à chaque fois qu’il s’agit là de la dernière fois que des disciplines sont ajoutées au programme. On voit que ces disciplines visent les jeunes plus souvent qu’autrement, avec les courses de BMX et des acrobaties comme le trampoline (oui, c’est masculin) en duo, présentées durant les jeux d’été. En hiver, le Comité Olympique a décidé d’ajouter des disciplines comme la très hétérofl exible luge à deux ou les compétitions de planche à neige en half-pipe (« en demi pipe »).

Bon, ok, ça pourrait être pire, c’est sûr… mais il faut dire que des disciplines comme le tir au pigeon d’argile ou les compétitions équestres font partie des Jeux. Pourquoi continuer d’en ajouter s’il manque déjà de temps pour présenter toutes les compétitions ? On est actuellement au point où certaines doivent avoir lieu avant la cérémonie d’ouverture par manque de temps.

Plutôt que d’ajouter des disciplines, on pourrait peut-être en combiner pour alléger le calendrier des évènements sportifs, en plus de faire appel à un public plus jeune, et donc plus assoiffé de sang et de violence.
Voici donc une sélection de quelques sports qui pourraient être jumelés lors des Jeux de Vancouver en février prochain. Nul besoin de me remercier, membres du Comité Olympique, un chèque en blanc suffira amplement.

Le lancer du bâton de ski

On pourrait envisager de mettre au premier rang une partie essentielle et souvent laissée dans l’ombre de la plupart des évènements sportifs d’hiver, la remontée en chairlift. Il serait alors possible de mettre en place une compétition de lancer de bâton de ski depuis le remonte-pente, question de limiter le nombre de concurrents dans des disciplines comme le biathlon en faisant passer une partie du parcours directement en-dessous du remontepente.
Cette discipline présente de nombreux avantages, comme le fait de limiter le nombre de personnes qui font la queue pour prendre le remonte-
pente, par processus de sélection naturelle. En effet, les costumes de ski les plus laids (c’est-à-dire les plus fl uos) risquent d’être les plus voyants et les athlètes courent ainsi plus de chance d’être ciblés.

Bobsleigh vs luge

Comme il s’agit là principalement de compétitions d’énergie potentielle qui se tiennent sur le même parcours gelé, on pourrait sauver du temps en combinant ces deux disciplines pour n’en faire qu’une seule, le Bobsluge.

Si l’on néglige la poussée initiale des deux sports, la seule autre variable qui a une infl uence sur la vitesse des véhicules est la masse des « athlètes ». Question de laisser une chance à celui sur la luge, on pourrait lui laisser quelques secondes d’avance avant que les quatre lutteurs sumo embarquent dans leur Boblseigh.

Pour des questions juridiques, c’est la gravité qui serait responsable des accidents horribles, pas la négligence criminelle des organisateurs de l’évènement.

Le hockey artistique

Deux équipes s’affrontent, armées de bâtons et protégées par des pièces d’équipement CCM. Un seul objectif, faire la plus belle série de pirouettes, lancers, virevoltes et autres trucs qui tournent, en équipe. Un peu comme un roller derby, mais avec des joueurs de hockey qui font des figures artistiques.

L’évènement pourrait d’ailleurs être commandité par l’Association dentaire canadienne, qui serait assurée d’avoir un maximum de visibilité durant l’évènement avec leur logo sur les protecteurs buccaux de tous les joueurs.

Patinage sur courte piste armé

Nombreux sont ceux qui s’ennuyent en regardant le patinage sur courte piste, où les athlètes en casque jaune se bousculent pour être le premier du groupe à franchir la ligne d’arrivée après avoir tourné en rond pendant toute la course. En effet, cette discipline sportive rappelle beaucoup trop à la plupart des gens leur vie quotidienne.

Plutôt que de se bousculer comme des membres de Weight Watchers dans une vente de gâteaux ou comme des impliqués polytechniciens à l’entrée de la brasserie Molson, pourquoi ne pas permettre aux patineurs d’emporter les carabines de biathlon sur la piste ?

Le premier à franchir la ligne aura réellement été celui qui aura su combiner efficacement agilité, rapidité, précision et combinaison une-pièce moulante de kevlar. Les quatre éléments de base de la réussite sportive.

Pour des questions juridiques, les athlètes qui ne parviendront pas à terminer la course verront la mention
« empoisonnement au plomb » inscrite à leur certificat de décès.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La couleur du temps…

30 octobre 2009

C’est officiel. Je vous l’annonce : nous sommes une société de cave. Vous trouvez le mot lourd ? Difficile de prouver le contraire quand on regarde la télévision. Je risque de vous apprendre quelque chose aujourd’hui, alors prenez des notes. Apparemment que c’est une bonne idée de stimuler son enfant en lui racontant des histoires, en lui parlant, en lui apprenant des choses et en jouant avec lui. Je comprends que vous puissiez être choqué, car...

Se redonner des lettres de noblesse

18 février 2011

Ma dernière fin de semaine a été des plus formatrices. Réfugié à Lotbinière, c’est sous les couches de neige et de froid, au milieu d’une forêt de pins et de bouleaux que j’ai pu prendre un peu de recul face au rythme effreiné de Polytechnique. Me ressourcer, comme diraient certains. C’est au cours des discussions faites proche du poêle, une tasse de café chaud à la main, que m’est apparu le sincère et profond...

Suis-je une étampe? (réflexion sur le rôle d’une assemblée générale)

2 novembre 2012

Ah quel feu roulant d’action auquel nous avons eu droit lors de l’Assemblée générale de l’AEP jeudi dernier? Quoi? Vous n’y étiez pas? Laissez-moi vous résumer tout ça : eh bien nous avons adopté les états financiers et… Et bien c’est ça…   Vous savez, une assemblée générale d’une association étudiante, c’est rarement palpitant. Toutefois, après une seconde assemblée annuelle à Poly, force est de constater que les AGs de l’AEP obtiennent la palme de...