Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Faire ses études au Mexique, par où commencer ?

Je suis depuis un mois et demi dans la ville de Mexico en échange. Je vais d’abord faire une mise en contexte de la ville où je me trouve et élaborer sur mes études ici. Je vous rappelle que Mexico est en plein milieu du pays et je n’ai donc pas l’occasion d’aller à la plage tous les jours boire une bière Corona sous un sombrero. J’ai fait un cours d’espagnol et je me suis lancée à l’aventure au Mexique.

La ville semble avoir beaucoup plus d’histoire que Montréal. Par exemple, les conquistadors espagnols, après avoir tué le roi aztèque, ont décidé de s’installer tout simplement en construisant par-dessus la ville aztèque. En effet, dans les années quatre-vingt, en creusant au centreville, pour y construire un bâtiment, ils ont découvert un temple. Aujourd’hui, en plein milieu du centre-ville, en face d’une immense cathédrale espagnole, il y a un immense trou dans lequel on peut visiter ce temple et le musée qui explique son histoire. Donc, malgré la colonisation, les mexicains reconnaissent leurs origines aztèques et tiennent à protéger leur patrimoine.
Le Mexique est un pays indépendant de l’Espagne depuis le 16 septembre 1810. La nuit du 15 septembre, les gens se rassemblent partout dans le pays pour « el grito », le cri d’indépendance.
Ce cri est simplement une façon de souligner le fruit de la révolution et de crier « Viva Mexico ».
Bref, les mexicains sont fiers de l’être et ils aiment leur pays.

Je suis en échange à la Universidad Autónoma de México pour une session.
Contrairement à la Polytechnique les cours au Mexique ont commencé au début du mois d’août. Cette université est la plus grande dans le pays. Ici, on retrouve des universités privées et des universités publiques gratuites.
Je dis « «gratuite », mais le coût pour une session est en réalité moins de 1$. Mais, j’ai la joie de payer mes frais de scolarité comme vous tous pour mes cinq cours qui seront crédités.
Le campus est tellement immense qu’il s’appelle ville universitaire. On parle de 300 000 étudiants! Il y a un service d’autobus gratuit pour se rendre d’une faculté à une autre ou au Métro. Je me plaignais quand j’avais un cours au premier de Lassonde et que je devais aller ou cours suivant au sixième du Principal. Ici, entre le Principal et l’Annexe il y a dix minutes de marche. Ce qui m’amène à dire que la ponctualité n’est pas une priorité dans cette université, car il n’y pas dix minutes entre les cours. En effet, en théorie je devrais me téléporter de mon cours qui fini à 13h pour aller à celui qui commence à 13h. Mais les professeurs aussi arrivent en retard, et ça ne semble gêner personne. Ici, les professeurs on l’entière discrétion de la gestion de leur cours et de leur manière d’évaluer. Cela peut faire en sorte que je n’apprenne pas exactement la même chose que l’étudiant d’un autre groupe. Par exemple, dans mon cours de circuits électroniques, le professeur nous a informé que l’horaire ne correspondait pas à son emploi du temps et que nous allions avoir un cours de quarante-cinq minutes et non d’une heure et demi.
Le système d’évaluation est aussi très différent. J’ai l’impression de goûter au tronc commun que la Polytechnique avait. Il y a des devoirs, des examens, des laboratoires mais aussi des petits projets dans chaque cours. Les devoirs peuvent varier grandement. Pour ce même cours de circuit, j’ai eu un devoir dans lequel je devais expliquer la relation entre la mécanique quantique et l’électronique. Par contre dans un cours de probabilité et statistique j’ai été voir une pièce de théâtre sur l’Holocauste et j’ai dû en faire la critique. Le manque de structure implique que les professeurs sont plus indulgents et qu’on peut voter pour que les examens comptent que pour 30% du cours et que les projets et devoirs comptent pour le reste. J’aime le fait de voir une façon différente de faire les choses. Dans le monde du travail, ces différences au niveau de l’éducation se refl ètent sur les ententes de deux entreprises de pays différents. Contrairement à une session normale à la Polytechnique où j’apprends le contenu des cours, ici j’apprends l’espagnol et une nouvelle méthode de travail.

J’aimerais terminer sur une note culinaire. J’ai probablement mangé plus de tortillas en un mois que dans toute ma vie. J’ai découvert que les burritos, fajitas, tacos croustillants et nachos sont des inventions américaines au même titre que le poulet du Général Tao et les Fortune Cookies.
La tortilla est l’aliment de base dans lequel on peut y mettre toutes sortes de viandes, l’ensemble formant un taco. Disons que le restaurant Tres Amigos n’est pas aussi authentique qu’il le prétend. Les bières locales sont plus populaires que les bières importées. De plus les gens boivent souvent leurs bières mélangées avec du jus de lime ou du Clamato.
La bière coûte 0.90$ au dépanneur du coin qui, ouvert 24h, vend aussi de la tequila même après 11pm.
Le shampoing coûte cinq fois plus cher qu’une bouteille de bière ce qui m’amène à penser que nous avons tous des priorités différentes.

Mots-clés : En échange (21)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Les épiceries, des commerces verts ? Bullshit !

2 octobre 2009

Pourquoi tentons-nous de bannir les sacs en plastique dans les épiceries ? Pour être écologique, vous dites ? Bien franchement, tout cela n’est qu’un gros leurre puisque ces commerces demeurent une catastrophe environnementale et une source faramineuse de gaspillage. Je vous en prie : continuez d’amener vos sacs réutilisables, mais exigez que les supermarchés fassent des efforts à la hauteur de leur industrie. C’est le temps de leur lancer un message avant qu’elles s’enflent...

Rose nanane

23 octobre 2009

Pour continuer dans la lignée chromatique de la semaine dernière, faisons le tour du rose. Le rose est une autre couleur marketing comme le vert de mon précédent article. Je tiens d’abord à préciser que mes propos ne visent pas à discriminer une cause quelle qu’elle soit. C’est plutôt une réflexion sur la façon dont elles sont représentées. On peut tous reconnaître que pour une très grande majorité de femmes, pour une raison inconnue,...

Conférence et atelier : ÉTUDE EFFICACE, MÉMORISATION ET PRÉPARATION AUX EXAMENS

5 février 2010

Par Gilles Lussier Conférence et atelier d’information pour l’amélioration des habiletés d’apprentissage qui visent à fournir aux participants divers moyens de développer un ensemble de compétences essentielles à une activité scolaire satisfaisante et plus agréable. Cette semaine, la conférence traitera de l’ÉTUDE EFFICACE, MÉMORISATION ET PRÉPARATION AUX EXAMENS : • Comment établir un programme d’étude efficace ? • Comment améliorer votre concentration lors de l’étude? • Comment favoriser le passage des informations de la...