Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les cafés étudiants de l’UdeM

Initialement, je devais évaluer le Macrophage, le café des étudiants en biochimie, situé au local E-212 du pavillon Roger-Gaudry.
Toutefois, il s’agit plutôt d’un comptoir alimentaire avec trois vieux sofas : rien qui retire l’attention en général.
À sa décharge, je dois mentionner que les responsables du café ont déjà proposé de faire tomber le mur qui les séparent du « food-court » adjacent pour ainsi obtenir plus d’espace, mais l’administration de l’UdeM a refusé.
Autre fait digne de mention, les tarifs sont très abordables, mais se rendre là-bas requiert un GPS de 500 $, et encore…

Tant qu’à être situé dans les abysses du pavillon Roger-Gaudry, l’équipe d’expédition formé par des membres du Polyscope ainsi que moi-même avions décidé de pénétrer encore plus loin dans les profondeurs de ce bâtiment trop complexe pour le commun des mortels. Nous avons finalement rejoint les environs du café des étudiants en médecine dentaire, et nous avions droit à toute une surprise.

Ambiance et commodités

Tout d’abord, la seule forme de vie présente mis à part les explorateurs venus de Poly étaient les bactéries qui s’activaient à dégrader une vielle pomme. Ensuite, aucun produit n’est vendu ici : il n’y a pas même pas de machine distributrice ni de machine à café ! Toutefois, l’aménagement du local est simplement formidable pour un café étudiant. Il y a une section
« lounge » équipé de 5 sofas en cuir et agrémentée d’un long miroir et d’arbustes décoratifs. Dans une pièce adjacente, il y a une table de billard avec des bâtons facilement accessibles. En fait de commodités, on peut compter trois micro-ondes ainsi qu’un réfrigérateur en-dessous d’un comptoir. Ai-je mentionné que les toilettes sont mixtes ? Le local est situé au I-005, dans le sous-sol du pavillon accessible par l’entrée H-1.
S’y rendre est un peu compliqué, mais le Polyscope offre des visites guidées.

Verdict

Après une houleuse partie de billard, nous sommes partis en nous demandant pourquoi c’est le désert.
Ce café a tellement de potentiel : des soirées qui y seraient organisées feraient sûrement fureur. À moins que les étudiants en médecine dentaire nous cachent quelquechose…

Articles similaires

Les cafés étudiants de l’UdeM – L’Intermed

15 janvier 2010

Blasés par la nourriture d’Aramarde... oh, désolé, faute de frappe, Aramark ? Pourquoi ne pas essayer un des nombreux cafés étudiants de l’Université de Montréal. D’accord, ils ne sont pas situés dans le bâtiment de Polytechnique, mais les prix minimes en valent amplement la peine. D’ailleurs, une petite marche n’a jamais tué personne. Voici le premier article d’une série portant sur les cafés étudiants de l’UdeM. Cette semaine, on évalue l’Intermed, le café des...

Blitz de cafés étudiants au pavillon Marie-Victorin

19 mars 2010

Cette semaine, votre dédié journaliste est allé en expédition à l’autre bout du campus, au pavillon Marie-Victorin, afin d’évaluer pas moins de quatre cafés étudiants. Pas une tâche légère, mais j’avais un vide à combler puisqu’en fait d’actualité automobile, c’est le vide de nouvelles cette semaine. Exception faite bien sûr de la nouvelle voiture de police de Ford : une Taurus équipé du V6 3,5L Ecoboost de 345 chevaux. Mais revenons à notre drogue...

Café-In et Pill-Pub

12 mars 2010

La localisation du Café-In, le café des étudiants en chimie, au septième étage du pavillon Roger-Gaudry, est idéal pour ceux qui adorent monter les escaliers. Les plus paresseux prendront l’ascenseur tout juste à côté... D’ailleurs, si vous vous attendiez à un petit local aménagé n’importe comment, vous vous trompez carrément. Ce café est, selon certains égards, le contraire de la Planck (café étudiant de physique). On est en présence d’un café très propre et...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.