Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le Salon de l’auto vu par une fille

«Comment ça t’es allée au salon de l’auto ? T’aimes ça les autos toi ? Aaaaah ouin ! ». C’est le type de réaction que j’entends lorsque je dis que j’ai apprécié ma sortie culturelle en fin de semaine.

Oui chers garçons ! Les autos ça peut intéresser les filles. C’est juste qu’on ne les apprécie pas de la même manière. Par exemple quand mes amis T. et G. discutent de voitures, ils utilisent des mots comme « torque »,
« shaft », « tire », « mag », « brake »
et bien d’autres termes qui dans ce contexte paraissent bien plus virils. Et surtout ils prennent le soin de ne pas les traduire en français car ça fait encore plus mâle. Les garçons croient donc trop souvent avoir le monopole de la passion automobile. Détrompez-vous chers Mâles, cette passion n’est pas une question de genre, sinon ça se saurait ! Et même si quand j’étais petite on me racontait des histoires (à dormir debout) de prince charmant venant délivrer sa princesse sur un cheval blanc, moi je rêvais plutôt que mon copain vienne me chercher à la sortie du lycée au volant d’une Lamborghini d’au moins 670 chevaux…

Oui ! J’ai visité le salon de l’Auto et ma première réaction en entrant dans le hall fut l’impression de rentrer dans un petit musée. En effet les pans de tissus noir donnaient une impression d’espace confiné. Même si c’était très bien éclairé, l’atmosphère paraissait très austère. Certes il y avait de la musique de 50Cent provenant des puissantes basses d’une Dodge, les beaux phares de la « bluecar » de Pininfarina et Boloré qu’illuminaient l’entrée, mais l’accent n’a assurément pas été mis sur le design de l’espace.
Ça peut paraître inutile mais la manière dont les espaces sont agencés est importante.

Mon premier coup de coeur a été l’exposition des voitures françaises des années 50. J’ai retenu la Velam Issetta 1957, une microvoiture en forme d’oeuf dont l’indicateur de vitesse était au milieu du volant ! Avec une longueur de 238 cm et 142 cm de largeur, elle fournissait une puissance de 9,5 HP et sa vitesse maximale était de 75 km/h ! Le record de la plus petite voiture construite en série reste encore à battre. La Peel P50 1965 est une légende avec 134 cm de long et 99 cm de largeur ! Le salon a également réservé un espace aux universités avec des modèles de leur formule SAE, mini-
BAJA et autres véhicules électriques.
Nous étions donc très fiers de voir que Polytechnique était représentée par ESTEBAN. Les enfants pouvaient grimper à bord de l’ESTEBAN V et goûter au plaisir d’être au volant d’un véhicule solaire. C’était tellement amusant pour eux qu’une petite fille a failli s’en aller avec le casque.

Ford a fait belle impression avec sa grande installation colorée. Quand on me dit « Salon de l’auto 2010 »,
c’est l’image qui me vient tout de suite à l’esprit. Audi est le constructeur qui m’a aussi le plus marqué. Il s’est démarqué en exposant uniquement des modèles de couleur blanche. L’Audi A5 et R8 sont indétrônables à mon goût.
Évidemment j’ai passé plus de temps à regarder les Mini, parce que c’est l’une des marques qui a compris que la voiture, pour une femme est une question de style. Même plus, c’est le prolongement de notre style personnel.
Ainsi depuis quelques années avec des modèles aux formes plus courbes, on peut s’apercevoir que le monde de l’automobile n’est plus le seul apanage de la gente masculine.

Ainsi pour moi l’esthétisme a plus grande valeur que le nombre de chevaux. De toute façon, je ne vois pas l’intérêt de dépasser les 220 km/h sur une autoroute. Donc quel intérêt d’avoir plus de 1 000 chevaux sur une voiture si on est limité à 50 km/h à l’intérieur des villes. Et pourquoi rouler à tombeau ouvert sur les autoroutes ? En bref le design, les options, le confort, l’ergonomie sont autant de critères importants pour moi. Évidemment après avoir vu de telles merveilles, je me rassure en me disant que mon salaire d’ingénieure me permettra d’être au volant de ce genre de bijou (du moins j’espère) !

Oui je suis allée au salon de l’automobile et non je ne perçois pas une automobile de la même manière que mon ami S. qui m’a accompagné au salon. En effet pendant que celui-ci consultait la fiche technique des automobiles pour vérifier le nombre de
« torque » et le prix, moi je m’attardais plutôt sur l’esthétisme du véhicule, son confort et son habitacle.

Avant de pénétrer dans le hall du septième ciel, mon ami S. m’a demandé s’il y avait une différence entre le salon de l’auto de Paris et celui de Montréal.
Je lui ai dis qu’il aurait sa réponse après la visite. Le verdict est tombé. Il y a un fossé entre les deux salons. Non pas qu’il y en a un qui est meilleur que l’autre. Mais plutôt que le public visé est différent. Le salon de l’auto est perçu comme une grande rencontre entre le design et la technique à Paris.
Ainsi, pas loin de la Renault Nepta ou de l’Audi R8, on pouvait admirer des dessins de concept cars réalisés par des designers en direct sur les stands.
GM avait même un mur d’affichage pour tous les dessins de concepts conçus tout au long du salon. De plus les écoles de design n’étaient pas en reste, les concepts cars imaginés par des étudiants étaient valorisés.

Une chose est sûre c’est que je serai au rendez-vous l’année prochaine.

Mots-clés : Automobile (46)

Articles similaires

Salon de Détroit 2010

15 janvier 2010

C’est fou comment une crise peut mener à une profonde remise en question : les nouveaux modèles proposés par General Motors et Ford dans le cadre du Salon de l’automobile de Détroit sont très compétents. Ils ont plus de charme que certaines nouveautés étrangères. Voici quelques nouveautés qui ont retenu mon attention cette semaine. Ford Focus 2012 Je suis un fervent partisan de la nouvelle stratégie « One car » de Ford. Fini les...

Salon de l’Auto de Genève

12 mars 2010

Les pieuses prières des fervents fidèles de l’industrie automobile furent comblées ces dernières semaines avec la manifestation divine de la grande messe automobile qu’est le Salon Automobile de Genève. Malheureusement incapable d’effectuer le pèlerinage en Suisse, votre dévoué chroniqueur vous transmet les glorieux dévoilements de véhicules fort intéressants... et fort écologiques aussi. Une petite Lexus : la CT-200h Après une percée dans les supervoitures avec la LF-A, Lexus s’attaque maintenant aux compactes de luxe...

Copie chinoise de la Mini Cooper

20 mars 2008

Ceux qui suivent l’actualité chinoise de près savent que son industrie automobile profite d’une croissance exponentielle. Cependant, il faut préciser que non seulement les véhicules chinois présentent une qualité semblable à celle des jouets du Dollarama, mais certaines voitures sont des copies flagrantes de modèles européens. Le plus récent exemple de plagiat est la Lifan 3 Series, une voiture ressemblant vaguement à la Mini Cooper. Vous pouvez admirer son style innovateur et élégant sur...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Un film sur le pétrole

30 janvier 2009

avec émission nulles de G.E.S. ! J’ai regardé la fin de There Will Be Blood, un merveilleux film sur tous les points. Le point de vue de l’ingénieur aussi, puisqu’il montre l’entrepreneurship et la technologie des débuts de l’ère du pétrole. Et je cite la fin du générique qui m’a beaucoup surpris «THIS IS A CARBON NEUTRAL PRODUCTION : 100% of carbon missions offset with Native Energy » Par la suite, je tape dans Google...

Le café étudiant du pavillon d’aménagement

12 février 2010

Voici un café étudiant qui est pas mal différent des autres. En fait, il s’agit plutôt d’un croisement entre un Second Cup, et une cafétaria, mais avec une touche étudiante. Tarification En vrai, les prix sont plus proches de ceux d’une cafétaria que ceux d’un véritable café étudiant tenu par des impliqués : en moyenne, les prix sont de 25¢ à 50¢ inférieurs à ceux d’une cafétaria. Toutefois, les étudiants qui y travaillent sont...

Plus c’est long, plus ça fait mal !

25 septembre 2009

Dimanche 7 septembre : C’est en allant promener Aymeri-de-Montesquiou, mon rat né à Mournède dans le Gers, adopté lors d’une séance des A.A., que je réalise : une seule semaine pour me préparer à 42,2 km d’émotion. Sept jours pour apprendre à ne pas perdre ses poumons... Facile ! Dimanche 13 septembre : 5 joggings matinaux, 2 pots de Nutella, et 36 parties de solitaire plus tard, je suis en état psychique, moral, et immoral pour affronter...