Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Fêtes du 100e de l’Association des Diplômés de Polytechnique

L’Association des Diplômés de Polytechnique (ADP) fête son centenaire en 2010. Cent ans de finissants de Poly gardant contact et qui ont forgé et qui forgent encore notre société, ça mérite d’être célébré en grand. Voyons ce qui se passe !

Entrevue avec Nguyen Tin Buu Chau
Président du comité organisateur des activités du centenaire de l’ADP

Diplômé de l’École Polytechnique en 1973, et détenteur d’une maîtrise en Génie électrique en 1975.

A œuvré pendant 27 ans chez Bell Canada International, Bell Sygma International et Bell Canada.

Connaissances approfondies des télécommunications internationales et de leurs enjeux.

• Maîtrise de la planification stratégique des réseaux et de la gestion du R&D sur le plan national.

• Retraité depuis 2001 tout en demeurant très actif dans les télécommunications à divers titres.

 

C’est avec grand intérêt que j’ai interviewé M. Nguyen Tin Buu Chau pour en apprendre davantage sur le centenaire de l’Association des Diplômés de Polytechnique (ADP). J’ai été enjoué par la convivialité de l’ADP qui, jusqu’alors, m’avait semblé obscure. Ainsi, je vous présente un résumé en espérant qu’elle dispense un peu de lumière sur ce que sera votre association des diplômés.

Commençons doucement ! Quels sont les objectifs des activités du centenaire de l’ADP et quels impacts comptez-vous atteindre ?

D’abord, soulignons que c’est plutôt rare que des associations de diplômés telle que l’ADP puissent déjà fêter leur centenaire dans un pays jeune comme le nôtre. C’est un évènement unique dans les anales de notre École et l’ADP est d’avis que c’est un évènement marquant qui mérite une attention toute particulière.

Dans cette programmation, ce qu’on vise de façon très claire et qui demeure un énoncé de base dans le cadre des activités, c’est d’inclure toute la communauté polytechnicienne dans les célébrations, en particulier les étudiants. Elles ne sont donc pas exclusives aux diplômés. Bien entendu, tous les membres de l’ADP ont déjà été étudiants et il ne faut certainement pas l’oublier ! D’autre part, nous aimerions y voir les employés ainsi que les professeurs étant donné qu’ils représentent une partie de qui nous sommes.

Un comité de huit personnes a donc été mis en place pour pouvoir inclure différentes visions de notre communauté, comprenant de tous jeunes diplômés jusqu’aux diplômés relativement plus vieux si on peut se permettre de le dire ! Nous avons donc concocté un programme de dix activités de tous genres qui, nous le souhaitons, entraîneront la participation des étudiants de l’École.

Comment êtes-vous devenu le président du comité organisateur des activités du centenaire de l’ADP ?

Pourquoi je suis là plutôt qu’une autre personne ? Rires ! En fait, l’ADP est composée de membres 100 % bénévoles, à l’exception d’un petit groupe de personnes que l’on appelle la permanence de l’ADP qui gère les affaires quotidiennes. Mis à part ce groupe restreint, personne n’est salarié pour organiser les différentes activités.

En ce qui me concerne, depuis plusieurs années, je suis actif dans l’ADP sous différentes formes. Les gens qui fréquentent l’association se connaissent et, avec l’approche du centenaire, il fallait trouver un responsable.
À ce moment, des noms ont été soulevés et le mien a été mis de l’avant. On m’a offert d’être le président du comité organisateur et j’ai dit oui. C’est aussi simple que ça, il n’y
a pas eu de mise en candidature ou quoique ce soit. C’est essentiellement sur une base de l’amitié que les gens s’impliquent à l’ADP.

Pouvez-vous en dire plus sur l’activité de lancement du centenaire, soit le matin ADP du 4 février avec Thierry Vandal, président d’Hydro-
Québec ?

Nous avons choisi un matin ADP pour que le lancement coïncide avec une activité bien connue des diplômés et du milieu de l’industrie, c’est-à-dire un de nos petits-déjeuners conférences habituels. Avec la venue de
Thierry Vandal qui traitera d’un avenir énergétique propre et durable, nous lui avons proposé d’être le président d’honneur de toutes les célébrations du centenaire. Étant finissant de Poly, il a accepté avec beaucoup de plaisir et c’est donc lui qui va prononcer l’inauguration officielle du centenaire en plus d’être conférencier invité.
En complément d’information, lors des matins ADP, il y a habituellement deux tables de la relève. Les étudiants sont toujours bienvenus s’ils veulent s’inscrire !

Est-ce qu’il y a d’autres activités qui méritent d’être mentionnées ?

Bien sûr ! Le 11 février, il y aura un gigantesque gâteau d’anniversaire à l’École Polytechnique pour absolument tout le monde qui sera dans les alentours.
Si vous êtes là, venez déguster du gâteau et nous rencontrer.

D’autre part, nous sommes en train de former les équipes pour notre partie de hockey du Siècle opposant Le Génie d’Antan et Le Génie Montant.
Cette activité aura lieu le 20 février au CEPSUM en compagnie de l’animateur
Roger Brulotte qui a accepté de venir commenter la partie. Je vous encourage donc à vous inscrire dans l’une ou l’autre des équipes.

Enfin, je ne décrirai pas toutes les activités, mais notez qu’il y aura aussi un événement bien spécial pour promouvoir la place de la femme dans le génie. Ainsi le 20 mai toujours lors d’un matin ADP, Madame Gabrielle Bodis-Kiss, 1re femme diplômée de Polytechnique, sera l’invitée d’honneur.

Comment fait-on pour avoir plus d’informations sur les différentes activités ?

D’abord, surveillez les communications de l’École puisque la direction fera la promotion des divers évènements.
D’autre part, il y aura des articles pour promouvoir les évènements dans la prochaine parution de la revue Poly. De plus, il y a de l’information sur le site de l’ADP,
[www.adp.polymtl.ca.

Question surprise : un souvenir de votre bac à Poly ?!

Un hiver, alors que mes compatriotes vietnamiens de Poly et moi-même apprenions à patiner, nous avons été défiés par les secrétaires de l’École à s’affronter amicalement au hockey. C’est ainsi que les Viets et les Polysonnes ont rempli les gradins du CEPSUM et, heureusement, les Viets ont gagné ! Nous avions cependant prévu des fl eurs.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.