Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Cosmic Bass Musica

Longue soirée que celle de vendredi dernier, qui proposait de nombreuses occasions de passer une soirée dans une ambiance musicale des plus festive.
Outre l’incontournable Igloofest, une nouvelle soirée était inaugurée au Il Motore, à mi-chemin entre les stations de métro Du Parc et De Castelnau.

Cosmic Bass Musica est une soirée présentée par les DJ résidents Grand Mal
et Skin, qui se tiendra dorénavant deux fois par semaine et qui se donne comme objectif de partager les meilleurs beats de la « bass music » au public, dans le seul et unique but de le faire danser. Par « bass music », on entend surtout des sonorités principalement axées autour du « lazer bass », hybride de hip-hop et de musique électronique, basées sur l’utilisation de lourdes lignes de basses conjointement avec des échantillons de synthétiseurs ou autres sources de sons 8-bits.

Pour cette première soirée, Speakerbruiser Rob (homme-orchestre et moitié de
Megasoid) était invité à clore la soirée de 1h à 3h, la veille de sa dernière performance à Montréal avant de quitter à destination de Vancouver pour un certain temps. Profitant de l’imposant système de son de la salle et de sa localisation dans une zone plus industrielle que résidentielle, l’invité spécial a su faire cracher aux subwoofers toutes les basses fréquences qu’ils étaient en mesure de fournir, tout comme les DJs résidents qui ont su le faire avec autant de finesse.

L’évènement était gratuit pour célébrer la naissance de la nouvelle soirée à s’ajouter au programme du Il Motore, et nombreux sont ceux qui sont venus profiter de l’occasion pour prendre une bière, saluer Rob
avant son départ ou simplement pour voir le liquide dans leur verre s’agiter comme dans Jurassic Park lors du passage du T-Rex. Il ne manquait que Jeff Goldblum
et la reconstitution était parfaite.

L’endroit sera certainement à surveiller au cours des prochains mois et principalement au cours de l’été, puisque son emplacement à bonne distance des voisins les plus proches lui convie un avantage indéniable sur les autres salles qui sont limitées au niveau sonore compte tenu de leurs voisins. La regrettée fermeture du
Zoobizarre au cours de l’automne dernier a certainement laissé une profonde cicatrice au sein du nightlife de la ville, et il n’est pas exclu que Il Motore puisse reprendre le fl ambeau et que le phénix des lasers et des basses renaisse de ses cendres.

À venir prochainement au Il Motore :

  • 3 soirs de musique pour célébrer le 10e

anniversaire du label Blue Skies Turn Black,
les 25, 26 et 27 février

  • Japandroids et Love is All, le 2 avril

Il Motore, 179 Jean-Talon Ouest
www.ilmotore.ca

Image article Cosmic Bass Musica 876
Image article Cosmic Bass Musica 877
Image article Cosmic Bass Musica 878
Image article Cosmic Bass Musica 879
Image article Cosmic Bass Musica 880
Image article Cosmic Bass Musica 881

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

The Akron Family

20 octobre 2006

Vite ! Un apéritif! On s’enfile une bonne bière (ouf ! Le Nationale n’offre pas que des produits Molson ou Labatt!), puis une autre. Au menu ce soir : The Akron Family. Nous arrivons mystérieusement en avance, contrairement à l’habitude, ce qui nous donne le temps de nous mettre dans l’ambiance. Celle-ci sera plutôt festive. Je m’en doute bien, les ayant déjà vus à la Sala Rossa, il y a environ deux ans. Excellent...

À surveiller en 2010

12 février 2010

L’année 2010 s’annonce d’ores et déjà comme une année marquante au niveau de la musique à Montréal. Après la vague de rock indie qui a déferlé sur la ville au cours des dernières années et qui a fait la renommée de la ville avec des groupes comme Arcade Fire et Malajube, un autre mouvement s’organise depuis un certain temps déjà aux intersections des scènes hip-hop et électronique. Bien que déjà en vogue depuis un...

Coup de coeur francophone

27 octobre 2006

Les artistes émergents ont la cote ces temps-ci, et pas seulement dans la grande métropole. À preuve, depuis quatre ans, Rouyn-Noranda (Abitibi-Témiscamingue) présente son propore festival de musique émergante. Des centaines d’artistes en devenir y ont foulé les planches. Évidemment, ce n’est là qu’un exemple, puisque pratiquement toutes les belles régions du Québec immitent maintenant Rouyn. Ceci dit, c’est habituellement dans la métropole que ces artistes se font connaître. Le public suit avec grand...