Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Coups de coeur de la semaine

Un survol de trois de mes coups de coeur de la semaine, pas vraiment en ordre alphabétique.
Au menu : l’Afrique, l’Iran et l’Asie.

L’Afrique, enfin.

En 2010, comme vous l’avez peutêtre déjà remarqué, l’Afrique est à l’honneur. Dans les medias, le mot
« Afrique » n’est plus systématiquement suivi de famine, de guerre civile, d’attentats, ou d’autre corruption. Au coeur de deux grands évènements sportifs, la coupe du monde de football en Afrique du Sud et la Coupe d’Afrique des Nations en Angola, le monde entier aura les yeux rivés vers ce continent. Mais ce n’est pas tout.
Cette année célèbrera aussi le 50e anniversaire de l’indépendance de l’Afrique francophone. Le Sénégal aura néanmoins perdu le Paris-Dakar, qui se déroule encore une fois en Amérique latine étant donné le risque hautement élevé que Ben Laden se cache dans la capitale du Sénégal.

Tout d’abord en politique, plusieurs pays seront attendus aux urnes, sans compter les crises au Togo, en Côte d’Ivoire ou en Guinée qui ont vu des violences et des morts et qui n’arrivent toujours pas à trouver de solutions. Bien que la médiation de ces crises se fasse par un pays africain, le Burkina Faso, il reste que c’est la France qui tient les rênes. Cinquante ans après l’indépendance de l’Afrique francophone il semble que le lien entre la France et ses anciennes colonies est toujours aussi fort.

Mais l’Afrique brillera tout de même, car c’est là que les équipes du monde entier se réuniront pour se disputer le trophée le plus prestigieux d’un sport qui fait l’unanimité auprès de tous (même ici en Amérique du Nord).

Rock’n’War

C’est le nouveau phénomène en Asie : dans des pays en proie à des confl its comme en Afghanistan, au Sri Lanka, au Myanmar ou encore en Iran, de jeunes groupes de rock émergent pour raconter la vie dans ses pays. L’Iran a ouvert la voie aux autres pays notamment avec groupe les Chats Persans qui commence à être connu à travers le monde grâce à leur premier film éponyme qui raconte leur vie underground dans un pays où leur musique est interdite. Mis en lumière au Festival de Cannes en avril 2009, le film de Bahman Ghobadi était sélectionné dans la section
« un certain regard ». Il a été tourné clandestinement en moins de deux semaines à travers les petites rues et sous-sols de Téhéran.

La jeunesse iranienne est en pleine effervescence depuis la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009. La résistance et la désobéissance civile s’organisent pour mettre dehors les mollahs qui privent les gens de liberté.
La réponse du gouvernement reste la violence : les forces de sécurité du président iranien ont pris petit à petit le contrôle non seulement de l’armée mais aussi des médias, de l’éducation ou de l’économie rendant toute opposition difficile. La réponse de ces jeunes artistes qui risquent la prison en exerçant leur talent en ressort sublimée.

J’adore les dramas

Mais d’abord qu’est-ce que c’est un
« drama » ? C’est comme une série qui ne dépasse pas 20 épisodes de presque une heure en général. C’est japonais, coréen ou taïwanais la plupart du temps. Et c’est surtout affreusement kitsh ! Souvent c’est une histoire avec un scénario nul du genre la fille du lycée trop idiote qui aime le gars trop beau et intelligent qui la remarque pas… et là il se passe un truc pour pimenter l’intrigue
: la fille va s’installer chez le gars parce que sa maison s’est effondrée à cause d’un tremblement de terre. Les acteurs deviennent alors des idoles de toute l’Asie et, grâce à iIternet, du monde entier ; comme par exemple Rain, chanteur, mannequin, acteur que l’on a pu voir récemment dans Ninja Assassin.

La culture asiatique se décline pour tous les goûts, et ce n’est pas qu’un phénomène de mode. Cette décennie on a pu assister à une explosion de la médecine douce asiatique dans le marché occidental qui nous promet relaxation dans un univers de plus en plus stressant. Les films de combats font toujours aussi recettes et la Chine fascine toujours plus de personnes.
Sans oublier l’effervescence de l’île japonaise qui fait rêver de nombreux adolescents fan de mangas ou autres animes (et même des adultes comme j’ai pu le constater dans des librairies françaises).

Mes cinq dramas préférés : Full House, Hana yori dango, Hanazakari no kimitachi e, Densha otoko et Kurosagi…
et là je vais commencer Ikebukuro West Gate Park.

Mes cinq mangas préférés : Death Note, Full Metal Alchimist, Monster, 20th Century Boys et Fuit Basket.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

En vedette cette semaine, CISM

24 février 2006

CISM? Ça ne vous dit rien? CKOI, ça vous dit quelque chose? C’est bien un triste constat. CISM, c’est votre radio, celle de l’université de Montréal. Mais CISM, c’est avant tout la marge... et elle fêtait ses 15 ans vendredi dernier! Inutile de vous dire que votre cher chroniqueur y était. CISM est reconnu pour diffuser la musique émergente et les nombreux groupes qui se sont fait connaître ont tenu à souligner ce joyeux...

Patinoire

10 juillet 2011

Patrick Léonard, cofondateur de la compagnie les 7 doigts de la main, présente une nouvelle version de son spectacle solo Patinoire à La Chapelle. Présenté en avril dernier, ce spectacle prend l’affiche dans le cadre du festival Montréal Complètement Cirque. Patinoire met en scène un personnage tentant de percer dans le monde du spectacle et de se faire reconnaître par le public. Malheureusement pour lui, chaque tentative se révèle être un échec mais il...

Les jeunes d’aujourd’hui

17 mai 2014

Les jeunes d’aujourd’hui, c’est une expression que vous avez entendu à maintes reprises. Que ce soit pour critiquer les vêtements, les valeurs, les études ou le langage, on entend souvent ce genre d’expression.   Les jeunes d’aujourd’hui, c’est une expression que vous avez entendu à maintes reprises.  Que ce soit pour critiquer les vêtements, les valeurs, les études ou le langage, on entend souvent ce genre d’expression.   Je ne sais pas comment se comportent tous...