Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Korpiklaani enflamme Montréal

C’est ce samedi 9 janvier que le célèbre groupe de folk métal fit un retour triomphal à Montréal après leur flamboyante prestation au Paganfest de l’année précédente. Leurs frères d’armes pour cette nouvelle tournée nord-américaine, qui avait pour deuxième arrêt Montréal, étaient White Wizard, Swashbuckle et Tyr. Les Batards Du Nord ont eu l’honneur de pouvoir se joindre à la mêlée lors du passage au Québec et ainsi faire honneur à leur nom par cette soirée de froid mordant.

Les membres du groupe folklorique québécois furent donc les premiers à éveiller les esprits et réchauffer les cœurs par leurs hymnes traditionnels à l’aide d’instruments aussi variés que la flûte, le violon, le grand tambour et bien évidemment des boucliers et des épées, le tout, vêtus de cotes de mailles, armures ou tout simplement de peaux d’animaux. Les Américains de la formation de heavy metal White Wizard ont pris le relai avec leur style rappelant les jeunes années d’Iron Maiden, ce qui n’était pas pour déplaire à tous les fans qui ont découvert ce jeune groupe le soir-même.

Même pays, autre époque, les pirates au riche vocabulaire de Swashbuckle ont su faire monter le niveau d’intensité de la soirée à une véritable guerre ouverte à grands coups de Wall of Death, Circle Pit et incitations au stage dive. Prestation irrévérencieuse qui s’est achevée par une folle poursuite entre une mascotte perroquet et une remarquable effigie de requin.

Les vénérables et grands guerriers de la soirée ont ensuite fait leur apparition. Tyr a fait résonner les murs par leurs chants païens à la gloire des dieux nordiques oubliés. Personnne n’a refusé de chanter les nouvelles chansons comme Northern Gate et Hold The Heathen Hammer High, deux chansons qui ont allumé un feu sacré tout droit venu des vikings des temps anciens.

La tension était à son comble et les esprits plus que réchauffés pour l’arrivée des légendes des forêts finlandaises ; Korpiklaani, qui n’ont évidemment pas déçu encore une fois. Jonne Järvelä a débuté par chanter Vodka avec son micro surmonté d’un crâne cornu. Les classiques se sont enchaînés sur des airs festifs à boire ou bien Happy Little Boozer. Les nouvelles chansons furent très bien accueillies également, telle Juodaan Viinaa, reprise du groupe Hector. C’est à grandes gorgées de vodka et de bière que le groupe a entretenu l’atmosphère chaleureuse durant toute la soirée et suite à de multiples rappels, les fans et guerriers ont pu rentrer chez eux, riches de souvenirs et de nouvelles blessures de guerre.

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Nouvelles musicales

1 avril 2015

Cette semaine, Laurent vous présente 5 nouvelles musicales, la pogne? Une seule est vraie! Le U-turn de One Direction Après le récent départ d’un de ses membres, Zayn Malik, la formation pop anglaise One Direction est, semblerait-il, passée au travers d’une importante remise en question. On apprend aujourd’hui que le groupe maintenant composé de seulement quatre membres fera la première partie du groupe Slipknot le 5 juin prochain lors du très attendu Rock Im Park...

Les cafés étudiants de l’UdeM

29 janvier 2010

Initialement, je devais évaluer le Macrophage, le café des étudiants en biochimie, situé au local E-212 du pavillon Roger-Gaudry. Toutefois, il s’agit plutôt d’un comptoir alimentaire avec trois vieux sofas : rien qui retire l’attention en général. À sa décharge, je dois mentionner que les responsables du café ont déjà proposé de faire tomber le mur qui les séparent du « food-court » adjacent pour ainsi obtenir plus d’espace, mais l’administration de l’UdeM a...

Un coup de coeur pour Aya de Youpougon

13 mars 2009

Une nouvelle BD vient de faire son apparition sur les comptoirs des librairies québécoises. Il s’agit de Aya de Yopougon. À travers différents tomes, l’auteure Margueritte Abouet nous raconte l’histoire d’une jeune ivoirienne et de son entourage dans le quartier agité de Yopougon. On voit évoluer les personnages dans leur vie quotidienne à la fin des années 70. L’histoire est légère, drôle et présente une Afrique sans les clichés de la guerre et de...