Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Korpiklaani enflamme Montréal

C’est ce samedi 9 janvier que le célèbre groupe de folk métal fit un retour triomphal à Montréal après leur flamboyante prestation au Paganfest de l’année précédente. Leurs frères d’armes pour cette nouvelle tournée nord-américaine, qui avait pour deuxième arrêt Montréal, étaient White Wizard, Swashbuckle et Tyr. Les Batards Du Nord ont eu l’honneur de pouvoir se joindre à la mêlée lors du passage au Québec et ainsi faire honneur à leur nom par cette soirée de froid mordant.

Les membres du groupe folklorique québécois furent donc les premiers à éveiller les esprits et réchauffer les cœurs par leurs hymnes traditionnels à l’aide d’instruments aussi variés que la flûte, le violon, le grand tambour et bien évidemment des boucliers et des épées, le tout, vêtus de cotes de mailles, armures ou tout simplement de peaux d’animaux. Les Américains de la formation de heavy metal White Wizard ont pris le relai avec leur style rappelant les jeunes années d’Iron Maiden, ce qui n’était pas pour déplaire à tous les fans qui ont découvert ce jeune groupe le soir-même.

Même pays, autre époque, les pirates au riche vocabulaire de Swashbuckle ont su faire monter le niveau d’intensité de la soirée à une véritable guerre ouverte à grands coups de Wall of Death, Circle Pit et incitations au stage dive. Prestation irrévérencieuse qui s’est achevée par une folle poursuite entre une mascotte perroquet et une remarquable effigie de requin.

Les vénérables et grands guerriers de la soirée ont ensuite fait leur apparition. Tyr a fait résonner les murs par leurs chants païens à la gloire des dieux nordiques oubliés. Personnne n’a refusé de chanter les nouvelles chansons comme Northern Gate et Hold The Heathen Hammer High, deux chansons qui ont allumé un feu sacré tout droit venu des vikings des temps anciens.

La tension était à son comble et les esprits plus que réchauffés pour l’arrivée des légendes des forêts finlandaises ; Korpiklaani, qui n’ont évidemment pas déçu encore une fois. Jonne Järvelä a débuté par chanter Vodka avec son micro surmonté d’un crâne cornu. Les classiques se sont enchaînés sur des airs festifs à boire ou bien Happy Little Boozer. Les nouvelles chansons furent très bien accueillies également, telle Juodaan Viinaa, reprise du groupe Hector. C’est à grandes gorgées de vodka et de bière que le groupe a entretenu l’atmosphère chaleureuse durant toute la soirée et suite à de multiples rappels, les fans et guerriers ont pu rentrer chez eux, riches de souvenirs et de nouvelles blessures de guerre.

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Scandale Toyota : Mathieu Bonin enquête

5 février 2010

Je trouve un peu ironique que les deux plus gros rappels de l’histoire de Toyota soient de nature relativement banale : après tout, il ne s’agit que d’une vulgaire pédale d’accélérateur et d’un tapis protecteur. On est très loin du réservoir d’essence qui explose de la Ford Pinto. Malheureusement, ces deux composantes font en sorte que l’accélérateur reste coincé, résultant en une soudaine accélération. Aux États-Unis, un policier californien ainsi que trois membres de...

Y’A PIRE AILLEURS

21 octobre 2011

Après La vie comme elle va et À vous Najac, ici la Terre, voici le nouvel opus qui clôt la trilogie sur cette petite ville du sud ouest de la France. On retrouve ses mêmes habitants dans leur quotidien. Journée à la pêche laborieuse, ribambelle de scouts jaunes à la gare, dépeçage d’animaux en tout genre. On vit au rythme de la campagne, bien loin des turpitudes de la ville, mais l’on ne s’ennuie...

Traces d’étoiles ou un passé réconcilié

20 mars 2008

Cette pièce raconte la rencontre de deux étoiles. Ces deux étoiles retracent ensemble la traînée qui précède et donc mène à la croisée de leurs chemins. D’une part, lorsque Rosanna Deluce entreprend un voyage déraisonné de l’Arizona sans s’arrêter jusqu’en Alaska et qu’une panne d’auto la force à cogner à la première porte qu’elle arrive à distinguer dans la tempête, c’est Henry Harry, un ermite, qui l’accueille. Quasiment hystérique, Rosanna explose en paroles et...