Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Rob Zombie au Métropolis

L’enfant terrible d’Hollywood était de passage à Montréal le 29 novembre dernier dans le cadre de la tournée nord-américaine pour la promotion du second opus de son album HellBilly Deluxe. Les attentes étaient grandes pour ce dernier gros show de l’automne, apothéose et clôture de la saison du heavy Mmetal. Précédé sur scène par les bonnes performances de Captain Clegg et Nekromantik, le redneck des enfers et ses acolytes ont su nous gâter avant même l’arrivée du Père Noël.

Pas la peine de connaître le personnage ou son œuvre pour comprendre très vite que le show sera glauque à souhait. Après les présentations d’usage au son de What lurks on Channel X?, le quatuor enchaîne directement en puissance avec Superbeast. Il n’en fallait pas plus au pit chargé de testostérone pour qu’il commence rapidement à s’agiter dans tout les sens. Côté mise en scène, adieu la simplicité et place au retour du grotesque format XXL. Au programme : écrans géants diffusant en boucle des comics tendancieux, idoles monstrueuses qui se baladent sur la scène tout au long du show et débauche de lumières couleur hémoglobine. Côté performance, le son est vraiment net et le groupe est en pleine forme. Le chanteur et ses musiciens couraient partout et mettaient à profit tous les recoins de la (petite) scène du Metropolis. On oubliera difficilement l’attention porté par Rob à la gente féminine qui, après un solo monstrueux de John 5 (Marilyn Manson), leur réserve la piste le temps d’une chanson (What?). N’hésitant pas à jouer avec une lampe de poche de compétition pour chasser les mâles réticents à laisser leur place.

Mis à part un double rappel orgasmique en achevant le tout sur le bon vieux Dragula, le groupe a réussi à passer au travers de tout son répertoire. Allant jusqu’à remonter le temps vers la période White Zombie (Super-Charger Heaven, More Human Than Human, …). Jeunes ou vieux, fans ou pas, tous s’accorderont pour dire que cette soirée là restera dans les mémoires pour longtemps.

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+