Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Casse-Noisette, spectacle des Fêtes

Par Camille Thomet

Depuis 45 ans, Casse-Noisette fait partie du ballet incontournable du temps des Fêtes. Cette année encore, l’adaptation du fameux comte d’Hoffman revient à la Place des Arts, interprété par les Grands Ballets Canadiens de Montréal pour réanimer à tous notre âme d’enfant.

Le samedi 12 décembre, a eu lieu la première avant une grande série de représentations. Pour la 26e année consecutive, Andrée Laprise a recruté et formé avec brio les jeunes pour la production de ce ballet féerique. Les adolescents et enfants font partie intégrantes de ce spectacle, puisqu’ils représentent un tiers des personnes directement liées à la production. Parmi eux, la jeune Camille Pillon-Marquez, 11 ans, qui a eu l’immense joie d’interpréter le rôle principal dans Casse-Noisette : Clara.

Résumé de l’histoire : Clara a reçu, de la part de son parrain qui possède des pouvoirs magiques, un casse-noisette en bois. Son frère, jaloux du magnifique cadeau, a cassé le jouet de la fillette. Qu’à cela ne tienne, le parrain a réparé l’objet sans grande difficulté, grâce à ses pouvoirs. Peu après, lorsque tout le monde dort, la jeune Clara, curieuse, descend dans le salon et fini par s’endormir avec son casse-noisette. Commence alors une nuit magique… Des souris, des rats et des soldats de plomb envahissent la grande pièce. Clara devient alors la proie des rongeurs, mais grâce à son parrain, le casse-noisette s’anime et lui vient en aide. Clara fait prevue de sang froid pendant le combat et elle finit par tuer le roi des rats avec son soulier. Pour la récompenser de son courage, le casse-noisette est transformé en prince. Ce dernier emmène Clara au pays des neiges. La petite fille assiste à une grande fête donnée en son honneur. Spectacle, danses, friandises… Tout est là ! Mais à la fin de la soirée la Fée Dragée rappelle à Clara qu’il est temps qu’elle rentrer chez elle. Un Noël dont elle se rapellera toute sa vie…

La musique, écrite par le compositeur russe Tchaïkovski, est l’une des ses plus connues. Elle prolonge la tradition romantique, fidèle à cet auteur. Casse-Noisette contient des mélodies les plus utilisées à la télévision ou dans les films, notamment la Valse des Fleurs ou encore la Danse de la Fée Dragée. Pour le spectacle, la musique est interprétée par l’Orchestre Symphonique de Québec et l’Orchestre des Grands Ballets Canadiens.

Pour assurer un tel spectacle des efforts énormes ont été mis en œuvre, nottament sur le choix des costumes et leur beauté. En effet, les quelques 350 costumes du spectacle furent retouché un à un, ainsi que tous les accessoires. Les costumes sont très lumineux ce qui rend le spectacle magnifique. Ils sont fait à la main de A à Z et environ 150 000 dollars sont investis chaque année pour refaire une partie des décors et tous les costumes. Un costume coute en moyenne 2000 dollars mais le plus cher, celui du roi bonbon, vaut 5 000 dollars !

Chose encore plus originale cette année, la production a décidé de laisser chaque soir, à un enfant québecois, la chance d’interpréter le rôle d’une petite souris ! De quoi laisser un souvenir impérissable aux heureux élus.

Pour ce spectacle ayant tenu l’affiche le plus longtemps dans une même salle dans tout le Canada, il est certain que l’on pourra à nouveau l’apprécier l’année prochaine, avec encore et toujours plus de magie.

Vous pourez retrouver les Grands Ballets Canadiens dans leur prochain spectacle : La Sylphide Du Ballet De Guangzhou.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.