Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Igloofest 2010

L’Igloofest revient en force cette année pour sa 4e édition sur les quais du Vieux-Port de Montréal. Version hivernale du Piknic Électronik, l’évènement permet aux amateurs de musique électronique tout comme aux profanes de profiter en plein air des performances des plus grands noms de la scène électronique.

Première référence temporelle de la nouvelle année après Noël, pour nous mettre l’eau à la bouche et nous faire rêver de Mutek qui se tiendra à la fin du printemps, cette édition promet à nouveau des fins de semaine de janvier fort agréables.

Nouveauté cette année, le quai Jacques-Cartier sera accessible uniquement aux 18 ans et plus. Cette nouvelle, qui a déjà fait scintiller beaucoup de pixels sur le site internet du festival, est motivée par la difficulté de contrôler l’âge de ceux qui désirent se procurer des boissons alcoolisées. La tenue de l’évènement étant en jeu, c’est une décision que l’on peut juger raisonnable, mais qui est dommage pour ceux directement touchés par cette mesure.

Autre nouveauté, on aura droit cette année à 9 jours de festivités au total, soient les 14-15-16, 21-22-23 et 28-29-30 janvier, de 18h à minuit. Les billets sont disponibles au coût de 10 $ à la billetterie les soirs d’évènement ou payables à l’avance sur internet, ce qui évite de faire la file. Les plus hardcores seront heureux d’apprendre que la passe du festival est également disponible, au coût de 65 $, qui permet une économie de près de 40 %.

Concernant les choses inchangées, on pourra noter le retour du fameux concours « one-piece », auquel le public est invité à participer en se présentant aux soirées parés de ses plus beaux costumes de ski fluos des années 70 et 80 dans l’espoir de se mériter des prix d’une valeur de 1 600 $. Retour également du caribou, savoureux mélange de vin chaud et d’alcool pour réchauffer le cœur et les mains des festivaliers.

On pourra entre autres assister aux performances de Ghostbeard et King Cannibal qui représenteront le label de drum and bass, électronique, hip hop et chillout Ninja Tune aux côtés de Rusko et de Douster lors de l’édition du 29 janvier. Cependant à noter, l’absence de
Ghislain Poirier (présent à toutes les éditions par le passé) puisqu’en tournée en Australie et en Nouvelle-Zélande avec MC Zulu.

Quelques noms à ne pas manquer :
|||Résumé||
| Date | Nom |
| 14 janvier | DJ Mini |
| 15 janvier | Popof |
| 16 janvier | LA Riots |
| 21 janvier | Maus |
| 22 janvier | Zoo Brazil |
| 23 janvier | ROUX Soundsystem |
| 29 janvier | Rusko et King Cannibal |
| 30 janvier | Stefny Winter |

Pour plus d’information et pour des vidéos promotionnelles en one-piece fluo, rendez-vous sur www.igloofest.ca.

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Une question d’humanité

28 octobre 2007

Psychologue de son état, la quarantaine, affecté au recrutement et au suivi des cadres de l’entreprise, Simon est une dent du pignon des systèmes industriels. Il est l’homme qui garantit à la compagnie qui l’emploie de disposer des ressources humaines à même de pourvoir à ses besoins ; grâce à lui, les cadres recrutés correspondent au profil de la compagnie : leurs performances sont menées à l’apogée. Voici l’atmosphère corporatiste servant de point de...

L’hiver arrive

11 septembre 2009

Allô amis de la Poly ! J’espère que vous avez passé un bel été plein de festivals, de soirées entre amis, de stages et de pluie. Et oui, le mois de juillet à Montréal, c’est un peu la mousson. Rien de tel qu’une bonne averse pendant un concert en plein air. Mais bon heureusement l’été est arrivé ensuite. Caniculaire, irrespirable, humide et plein de bibittes qui piquent… ah l’été à Montréal. On est rendu...

Petites vites souterraines

10 novembre 2006

Sam Roberts Le bon vieux Sam était de retour au Québec jeudi dernier et votre chroniqueur préféré n’allait certes pas manquer cette occasion. Car il faut savoir que le montréalais explose littéralement sur scène. Témoignant d’une passion pour la musique et le style des années 70, le beau Sam et son band permettent de vivre l’espace de quelques heures ce que représentait cette belle époque. Cheveux longs, barbe négligée, jeans délavés, chandail à manches...