Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

One piece

On marchait vers Igloofest, le site glacé le plus chaud en ville quand, trop beau pour être vrai, une fille m’accoste. – « Hey!
T’as une passe média… tu dois savoir c’est où pour le concours de ‘‘One Piece’’?! »

Malheureusement pour elle, je suis un téteu de passe média (Merci Will !), et un téteu de passe média, ça sait pas grand chose. Y’a fallu qu’on lui explique pour qui on travaillait, mais a connaissait pas le Polyscope, ça fait qu’est partie sans mon numéro de téléphone, vraiment déçue que je ne sois pas une vedette qui sache « c’est où le concours de ‘‘One Piece’’ ».

La différence entre Igloofest et une discothèque, c’est qu’on sort pas ses moves à Igloofest. La musique a beau être la plus chaude en ville, t’es pas là pour faire une danse du ventre.
Alors t’empruntes le casque de poil de ton grand père, tu fouilles dans la garde-robe qui sent le vieux cèdre, et tu sors la perle des costumes de ski-doo bariolé vert et rose fluo que ton père a acheté à prix de feu et tu l’enfiles secrètement. Tu te regardes dans le miroir, de face, tu regardes si tes fesses sont en valeur, tu bouge un peu juste pour voir si ça déchire pas et tu zippes le tout.

Le « One Piece », ou en traduction libre, pièce-simple ou dollar-a-suit, est un héritage irritant des années 80.
Avec une culture de m’as-tu vu, le ski a toujours su fusionner les dépenses folles, la grande classe et les couleurs fluos. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le « One Piece » de ski est à l’opposé du Monokini. Fermé, le
« One Piece » couvre 90% du corps, ce qui ne laisse de l’emploi qu’au trio bottes, tuques et mitaines. Le monopièce est habituellement parcouru d’un long zipper qui coince sous l’action folichonne des poils de foulard.
La fermeture éclair permet aussi d’ajuster le niveau de sex appeal.

Le phénomène culturel du « One Piece » s’explique en 3 points formant un axe du mal. Premièrement, la couleur du haut matche toujours celle du bas. Deuxièmement, le mono-pièce génère instantanément du sex-appeal (par moulage génital). Et finalement, l’utilisateur est rapidement inconfortable (également par simple moulage génital).

Dans la foule de fêtards, à force de bien vouloir, on a finalement trouvé nos amis Julie et Vincent qui s’étaient vêtus de leurs meilleurs morceaux pour participer au concours. Tellement que Julie s’est ramassée finaliste sur le site web d’Igloofest !

… Oh, il faisait frette vendredi passé ! Mais dans la vie, y’a trois choses qui réchauffent… l’amour, le feu… pis du Caribou! Une chance qu’on était prêt à en boire assez pour se déshydrater jusqu’aux mitaines…

iiihh Haâ !

Mots-clés : Igloofest (19)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.