Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Magie à l’opéra

L’Opéra de Montréal propose jusqu’au 21 novembre le chef-d’œuvre de Mozart La Flûte Enchantée à la salle Wilfrid Pelletier. Créé à la fin du 18e siècle, cet opéra apporte des modifications par rapport aux opéras de l’époque : c’est un mélange d’opéra sérieux, comique, lyrique, …

Argument : le prince Tamino (John Tessier), poursuivi par un serpent monstrueux, tombe évanoui. Il est sauvé par trois dames d’honneur de la Reine de la Nuit, qui repartent prévenir leur maîtresse de l’arrivée du prince. Tamino revient à lui et fait la rencontre de Papageno (Aaron St. Clair Nicholson), un oiseleur, lui aussi au service de la Reine. Vantard et menteur, Papageno prétend avoir tué le serpent. Les trois dames reviennent et punissent Papageno pour son mensonge. Elles montrent ensuite à Tamino un portrait de Pamina (Karina Gauvin), fille de la Reine de la nuit ; le prince tombe immédiatement amoureux d’elle. La Reine de la Nuit (Aline Kutan) apparaît et demande à Tamino de sauver sa fille de Sarastro (Reinhard Hagen), qui l’a enlevé. Tamino accepte. Pour l’aider dans sa mission, les trois dames lui donnent une flûte enchantée. Elles chargent Papageno d’accompagner Tamino et lui remettent des clochettes magiques. Les deux hommes partent, guidés par trois esprits. Ils vont rencontrer Sarastro, qui est en fait mage de la vérité et de la vertu alors que la Reine dévoile son vrai visage en reine des ténèbres. Pour être digne de la princesse, Tamino doit surmonter trois épreuves destinées à éprouver sa sagesse. Papageno est à nouveau chargé de l’accompagner. Il est souvent tenté d’abandonner, mais la perspective de trouver une compagne l’aide à se montrer courageux. A l’issu de ces épreuves, Tamino et Pamina sont enfin réunis, et Papageno trouve sa Papagena (Lara Ciekiewicz).

Cet opéra est très accessible : l’histoire est simple (un prince veut conquérir sa princesse) et magie et animaux de toutes sortes sont présents tout au long de l’œuvre. Elle se veut comme le théâtre populaire. On retrouve beaucoup de dialogues parlés et la musique est très enjouée. Mais plusieurs éléments compliquent cet opéra. La symbolique aux francs-maçons est très présente, ne serait-ce que par le rite initiatique que doit suivre le héros. Le chiffre trois est également très présent tout au long de l’œuvre, chiffre qui a une grande importance chez les francs-maçons. La musique est bien adaptée à chaque catégorie de personnages : pour les gens ordinaires, la musique est joyeuse alors que pour les personnages royaux elle est beaucoup plus technique. Pour les personnages divins la musique emprunte à l’opéra sérieux, elle est quasi surnaturelle.

La distribution est excellente : Aline Kutan, qui a déjà interprété la Reine de la nuit, interprète ses airs avec une facilité impressionnante, notamment « Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen » dans l’acte II. Aaron St. Clair Nicholson anime toute la soirée avec le rôle du comique Papageno. Enfin, Karina Gauvin est très convaincante en Pamina et interprète très bien son rôle. La mise en scène, dirigée par Kelly Robinson est très réussie. Notons que les costumes et les décors de cette production sont réalisés par l’excellent peintre anglais David Hockney.

Mots-clés : Musique (217)

Articles similaires

Hétu, Ravel, Orff : ouverture de saison à l’OSM

10 septembre 2010

Quand la musique vous fait voyager aux bords d’une rivière du Québec, dans l’Antiquité grecque puis dans le Moyen-Âge allemand, nul doute que les sensations musicales soient à leurs combles pour l’auditeur! L’exaltation de la puissante rivière Saint-Maurice par le compositeur originaire deTrois-Rivières, Jacques Hétu, a été merveilleusement présentée par le chef d’orchestre, Maestro Lacombe. Cet hommage au défunt compositeur était aussi une belle occasion d’ouvrir la saison par le répertoire d’un talent d’ici....

Moroder : Le père du disco au festival POP Montréal

11 septembre 2015

Dans le cadre du festival POP Montréal, l’Église Saint-Jean-Baptiste s’est trouvée un nouveau maître de cérémonie : l’italien Giorgio Moroder. Daft Punk, Blondie, Coldplay, Elton John, Janet Jackson, David Bowie. Qu’est-ce que toutes ces personnes ont en commun? Giorgio Moroder. Ce...

Théâtre musical déjanté

5 février 2010

La TOHU n’est pas une salle où se joue que des spectacles de cirque. C’est également une salle où se produisent des musiciens, des jeunes artistes montréalais aux groupes émergents. Et c’est bien de musique qu’il est question aujourd’hui, avec XLA et l’Orchestre d’Hommes-Orchestres. Ce vendredi 29 janvier, c’est l’artiste XLA qui a débuté la soirée. Présenté dans le cadre des Têtes Premières (les séries Têtes Premières permettent de donner une place aux artistes...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

À la découverte de Verdi

19 mars 2010

L’Opéra de Montréal présente des œuvres lyriques connues mondialement, comme la Flûte Enchantée. Mais l’Opéra souhaite également aller plus loin, en affichant à sa programmation des œuvres plus en retrait, comme en témoigne Simon Boccanegra, un opéra signé Verdi. Ce n’est pas l’œuvre du compositeur romantique italien la plus connue. Verdi est l’un des compositeurs italiens les plus influents du XIXe siècle, et certains airs de ses opéras sont passés dans la culture populaire,...

Lent comme dans langage

27 octobre 2006

L’automne me ramène toujours à la danse. C’est à ce moment que les créateurs présentent leurs plus beaux atours. Et c’est à un détour plus qu’attendu que nous a conviés la saison de Danse Danse en amorçant l’année avec la compagnie japonaise Sankai Juku. Sankai Juku n’avait pas piétiné les planchers québécois depuis 16 ans. Les œuvres se sont pourtant succédées depuis 1975, année de création par le directeur artistique, Ushio Amagatsu. Ce dernier...

Quoi faire cette fin de semaine ?

21 septembre 2012

Dans le POP Symposium (ateliers et conférences ouverts au public et presque tous gratuits) Vivien Goldman en conversation avec Jeannette Lee - GRATUIT - 22 SEPT Qui sont-elles : Madame Goldman a fait ses débuts dans les années 1970 en travaillant pour Ia célèbre étiquette Island Records et en fondant le groupe The Flying Lizards (connu pour la reprise de la chanson Money, c'est elle à la voix). Elle est ensuite devenue journaliste pour...