Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Metric

Par Simon Lynch

Vendredi le 16 octobre au Métropolis, le groupe canadien Metric montait sur scène après une première partie assurée par The Stills. Il était à prévoir que les deux soirs se joueraient à guichet fermé, puisque le groupe compte à l’heure actuelle deux albums certifiés or au Canada (Old world underground where are you now ?, sorti en 2003 et leur dernier opus Fantasies, en 2009) ainsi qu’un autre album certifié double platine (Live it Out, en 2005). Le groupe ayant lancé leur premier album en 2001, Grow up and blow away, a performé vendredi devant un public des plus diversifié. En effet, la foule se composait d’autant de jeunes se rendant pour la première fois à un show, que d’habitués des salles endiablées.

Énergisés par la foule et armés de leur son indie-rock unique en son genre, ils ont débuté la soirée avec Twilight Galaxy, question de se mettre à l’aise en douceur. La douceur et le confort n’ont duré qu’un maximum de trois ou quatre chansons. Il était évident qu’Emily Haines (voix), Josh Winstead (basse), James Shaw (guitare) et Joules Scott-Key (batterie) étaient là pour s’amuser et allumer la foule ! Ils n’ont pas perdu une seconde avant de se mettre à l’ouvrage en enchaînant avec Help I’m Alive et Satellite Mind, deux chansons qui ont vite fait monter le tempo ! Disons qu’avec des paroles comme « Help, I’m alive, my heart keeps beating like a haaaammeeerrrrr », ça aide à faire lever le party ! Handshake, Poster of a Girl et Collect Call ont suivi, mais la majorité de l’énergie s’est déferlée lorsque Shaw a joué les premières notes de No Way Out.

Après ce morceau, Emily Haines, entrainée par l’énergie électrisante de la foule, s’est mise à sauter sur place en entamant la chanson de « party déchainé » par excellence : Fight for Your Right des Beastie Boys (souhaitons au passage prompt rétablissement au chanteur Adam Yauch alias MCA). Haines et ses acolytes se sont si bien approprié la chanson que la foule en a eu le souffle coupé ! Bref, une prestation comme seul Metric sait le faire. Après cette solide interprétation, la foule a chanté avec Emily Haines durant la chanson Gimme Sympathy. Cette composition représente bien le potentiel de Metric : une ballade au rythme joyeux avec une voix qui porte à la mélancolie, un mix parfait qui ne laisse personne indifférent (surtout en version acoustique disponible sur leur album Metric Plug in Plug out, un must!)

Metric n’aurait pas pu nous quitter sur une meilleure note qu’avec Combat Baby interprété en toute simplicité par Emily Haines et Josh Shaw (à la guitare sèche), les membres fondateurs du groupe. Leur complicité a séduit la salle qui chantait en même temps qu’Emily. Nous adorions la version CD, mais cette version acoustique nous a complètement conquis. Non seulement nous allons devoir nous procurer leur album acoustique, mais ils ont fait de nous des fans complets de leur travail. Si vous n’aimez qu’une ou deux chansons de Metric, allez les voir lors de leur retour à Montréal afin de mieux les connaître, ou encore profitez de leur escale à Buffalo dans le cadre de leur tournée Fantasies en novembre pour faire un roadtrip ! Vous ne serez certainement pas déçus !

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+