Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Metric

Par Simon Lynch

Vendredi le 16 octobre au Métropolis, le groupe canadien Metric montait sur scène après une première partie assurée par The Stills. Il était à prévoir que les deux soirs se joueraient à guichet fermé, puisque le groupe compte à l’heure actuelle deux albums certifiés or au Canada (Old world underground where are you now ?, sorti en 2003 et leur dernier opus Fantasies, en 2009) ainsi qu’un autre album certifié double platine (Live it Out, en 2005). Le groupe ayant lancé leur premier album en 2001, Grow up and blow away, a performé vendredi devant un public des plus diversifié. En effet, la foule se composait d’autant de jeunes se rendant pour la première fois à un show, que d’habitués des salles endiablées.

Énergisés par la foule et armés de leur son indie-rock unique en son genre, ils ont débuté la soirée avec Twilight Galaxy, question de se mettre à l’aise en douceur. La douceur et le confort n’ont duré qu’un maximum de trois ou quatre chansons. Il était évident qu’Emily Haines (voix), Josh Winstead (basse), James Shaw (guitare) et Joules Scott-Key (batterie) étaient là pour s’amuser et allumer la foule ! Ils n’ont pas perdu une seconde avant de se mettre à l’ouvrage en enchaînant avec Help I’m Alive et Satellite Mind, deux chansons qui ont vite fait monter le tempo ! Disons qu’avec des paroles comme « Help, I’m alive, my heart keeps beating like a haaaammeeerrrrr », ça aide à faire lever le party ! Handshake, Poster of a Girl et Collect Call ont suivi, mais la majorité de l’énergie s’est déferlée lorsque Shaw a joué les premières notes de No Way Out.

Après ce morceau, Emily Haines, entrainée par l’énergie électrisante de la foule, s’est mise à sauter sur place en entamant la chanson de « party déchainé » par excellence : Fight for Your Right des Beastie Boys (souhaitons au passage prompt rétablissement au chanteur Adam Yauch alias MCA). Haines et ses acolytes se sont si bien approprié la chanson que la foule en a eu le souffle coupé ! Bref, une prestation comme seul Metric sait le faire. Après cette solide interprétation, la foule a chanté avec Emily Haines durant la chanson Gimme Sympathy. Cette composition représente bien le potentiel de Metric : une ballade au rythme joyeux avec une voix qui porte à la mélancolie, un mix parfait qui ne laisse personne indifférent (surtout en version acoustique disponible sur leur album Metric Plug in Plug out, un must!)

Metric n’aurait pas pu nous quitter sur une meilleure note qu’avec Combat Baby interprété en toute simplicité par Emily Haines et Josh Shaw (à la guitare sèche), les membres fondateurs du groupe. Leur complicité a séduit la salle qui chantait en même temps qu’Emily. Nous adorions la version CD, mais cette version acoustique nous a complètement conquis. Non seulement nous allons devoir nous procurer leur album acoustique, mais ils ont fait de nous des fans complets de leur travail. Si vous n’aimez qu’une ou deux chansons de Metric, allez les voir lors de leur retour à Montréal afin de mieux les connaître, ou encore profitez de leur escale à Buffalo dans le cadre de leur tournée Fantasies en novembre pour faire un roadtrip ! Vous ne serez certainement pas déçus !

Mots-clés : Musique (217)

Articles similaires

20 ans pas toujours dans l’ombre

20 août 2010

Cela fera maintenant bientôt 20 ans que Coldcut (Jon More et Matt Black) ont fondé le label londonien Ninja Tune, bien avant que l’Internet ne s’embourbe dans le débat à savoir qui des ninjas ou des pirates sont les personnages les plus awesomes. NDLR : C’est clairement les pirates de toute façon.] On pourrait croire qu’il n’y a pas grand chose à célébrer, et se dire que les premières années ne devaient pas avoir...

Comment brutaliser une Maison de la Culture

12 mars 2010

Les mots « show de heavy métal gratuit », lorsque présentés dans cet ordre, sont capables de m’emplir d’une incomparable vague de scepticisme. En général, on s’attend à ce genre de prestation de la part d’un groupe débutant, tentant de se faire un nom. Vous imaginerez ma surprise, sexy lecteurs, lorsque j’appris que le groupe québécois Les Ékorchés allait justement présenter un tel évènement. J’ai déjà, dans une précédente itération de mes chroniques sur-testostéronées, glissé...

JEANNE ROCHETTE

29 novembre 2007

Née à Paris dans le 12e, cette jeune prodige (auteure-compositrice-interprète) vient d’une famille d’artistes. Son père est un dessinateur /décorateur et joue aussi des instruments, tandis que sa mère est une graphiste.Son jeune frère quant à lui est ingénieur du son.Jeanne Rochette faisait principalement du théâtre à Paris, mais elle a toujours chanter. Elle a aussi monter un groupe de Jazz anglophone. Puis en 2003 à la quête de nouveauté, elle décide de venir...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Un vendredi de Champion

15 septembre 2006

Et non, le grand champion ce n’est pas moi. M’enfin, c’est pas que je n’ai pas envie de vous entretenir de moi. Me psychanalyser, me mettre à nu sur la place publique et ouvrir toutes grandes les portes grisantes de mon jardin secret, c’est un rêve que je chéris. Mais je crois que ma vie n’est pas assez banale pour être populaire auprès du lectorat que vous, fidèles admirateurs du Polyscope, formez. Avant de...

Rubber

9 juillet 2010

Rubber, c’est un road-movie nouveau genre, vu à travers le viewfinder de Quentin Dupieux, mieux connu sous son alter-ego Mr Oizo pour ses beats à faire hocher la tête de Flat Eric la marionnette jaune. Road-movie nouveau genre, puisque le réalisateur réinvente la façon de raconter une histoire pour le grand écran, aussi bien que la façon de procéder et de tourner. Petite équipe, tournage de courte durée, utilisation d’un appareil-photo numérique plutôt qu’une caméra...

Le baiser

6 février 2009

Comment danser alors que nous ne pouvons nous mouvoir qu’en fauteuil roulant ? Premier défi de mise en scène de ce spectacle de danse contemporaine chorégraphié par Johanne Madore. Et comment rendre la complexité et la sensualité des rapports amoureux par la danse ? Le Baiser se propose comme une délicate et expressive réponse à ce thème, qu’il réussit à traduire par la mise en valeur des différents corps. Il est agréable de pouvoir aborder ce...