Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Amour irrationnel pour une Lexus

Il y a de nombreuses choses dans la vie qui peuvent faire l’objet d’un amour irrationnel : certains individus s’accaparent des instruments de musique valant plusieurs millions de dollars, d’autres s’achètent des voitures de collection. C’est donc dans cette lignée de pensée que Lexus a présenté au Salon de l’Automobile de Tokyo, le 21 octobre dernier, la version finale de sa première supervoiture, la LFA. Depuis la présentation du premier prototype en 2005, le constructeur japonais s’est appliqué à la peaufiner, l’inscrivant même aux 24 heures du Nürburgring en mai 2008 et en mai 2009 dans le but de parachever certains réglages. Quel est donc le prix de cette quête vers la perfection? 375 000 $US. Oui, et c’est encore plus cher qu’une Nissan GT-R, qu’une Ferrari 458 Italia, et qu’une Aston Martin DBS, pour ne nommer que celles-ci. De plus, elle n’est pas nécessairement plus performante que ces 3 dernières : la Ferrari et la Nissan accélèrent toutes deux plus rapidement que la LFA (3,4 et 3,5 contre 3,7 secondes respectivement). En contrepartie, AutoExpress a espionné certains prototypes de la LFA accomplissant le tour du circuit Nürburgring en 7 minutes 24 secondes, un temps plus rapide que celui de la GT-R. La version de production serait-elle capable de confirmer cette rumeur ?
Cependant, si on me donnait l’occasion d’acheter un de ces 3 véhicules, je pencherais pour la Lexus. Rationnellement, j’aurais tort, mais certaines particularités de la LFA sont tout simplement irrésistibles. D’abord, il y a le son unique du moteur. Ce V10 de 4,8 L, développant 560 chevaux et 354 lb-pi de torque et ayant une zone rouge commençant à 9000 tours/min, a été développé en collaboration avec Yamaha, et ce fabricant a d’ailleurs fait à sa division de musique pour calibrer les éléments d’admission du moteur et le système d’échappement. Le résultat est le bruit de moteur qui s’apparente le plus à une Formule 1 : dans les révolutions de moteur plus basses, il moteur émet un grondement discret, annonciateur du chant aigu et musical du moteur lorsqu’il est poussé dans ses plus hauts retranchements. Une comparaison musicale appropriée est la juxtaposition d’une ligne de basse électrique avec une formation de premiers violons en plein allegro. Bref, il s’agit sans aucun doute de plus beau son de moteur sur Terre, mieux encore que celui de la Porsche Carrera GT, très similaire mais pas aussi envoûtant.

L’autre aspect qui m’attire le plus est l’énorme effort d’ingénierie mis en place pour la conception de la voiture. Le châssis est entièrement fait de fibre de carbone : en tout et partout, 65 % des composantes de la voiture sont fabriquées de ce matériau. Le poids est donc contenu à 1480 kg, soit 260 kilos de moins qu’une GT-R. N’allez pas croire que l’intérieur est dépouillé : il y a quand même des sièges en cuir et un système de navigation intégré. La forme même de la voiture a été conçue afin d’obtenir un aérodynamisme optimal : chaque angle et chaque caractéristique de la carrosserie a son utilité.

Finalement, il y a l’apparence générale de la voiture. Même si elle n’est pas aussi sublime que les Aston Martin ou aussi admirable que les Ferrari, la Lexus LFA possède son propre style : les angles de la voiture sont coupés au vif, la devanture de la LFA a l’air très agressif, et le derrière de la voiture est unique avec ses 3 pots d’échappements disposés ensemble en triangle. Stylistiquement parlement, cette voiture donne un aperçu de ce que la Supra aurait pu ressembler 15 ans après. Certains aiment moins, mais personnellement, je la trouve très bien tel quel.

Je trouve cela décevant que je ne pourrais jamais avoir l’occasion de la conduire, et encore de pouvoir l’acheter (à moins que…) Car cette voiture est, à mon avis, le résultat d’un seul élément partagé par toute une équipe d’ingénieurs, de techniciens et de pilotes : la passion. Et c’est ce même élément qui motive les plus sérieux d’entre nous à accomplir des rêves totalement insensés, qui altèrent le choix décisionnel des individus les plus rationnels.

Mots-clés : Automobile (46)

Articles similaires

Entrevue avec Loïc Dagnon, fondateur et PDG de Voitures Électriques du Québec

26 septembre 2008

- Mise en contexte: Une Madza 3 électrique ! _____ Votre voiture est fabuleuse! Où et quand peut-on l’acheter? Présentement, la voiture n’est pas en vente. On est présentement en négociations avec le Ministère des Transports afin de faire homologuer la voiture pour la route. Après, on établira des points de vente. Qu’en est-il du financement et des assurances de la voiture? Le groupe BMO financera le client pour l’achat de la...

Salon de Détroit 2010

15 janvier 2010

C’est fou comment une crise peut mener à une profonde remise en question : les nouveaux modèles proposés par General Motors et Ford dans le cadre du Salon de l’automobile de Détroit sont très compétents. Ils ont plus de charme que certaines nouveautés étrangères. Voici quelques nouveautés qui ont retenu mon attention cette semaine. Ford Focus 2012 Je suis un fervent partisan de la nouvelle stratégie « One car » de Ford. Fini les...

Nouveautés, disparitions et bestialité (o_O)

30 janvier 2009

La morosité affligeant l’industrie automobile revient aussitôt que les divers salons automobiles sont terminés. Mais bon, tout n’est pas aussi triste qu’on le prétend : certains individus rigolent en piratant les panneaux de signalisation routière aux États-Unis : Condensé de petites (et moins petites) voitures Bien que je n’aime pas le nouveau design de la Mazda 3, j’approuve fortement que la technologie Start-Stop (c.-à-d. un alternateur qui arrête et redémarre automatiquement le moteur lors...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.