Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Robert Charlebois à La Tulipe : sortez les trompettes !

Par Julien Carrier

Le 27 octobre dernier avait lieu, au cabaret La Tulipe, le spectacle de Robert Charlebois : Avec tambour ni trompette. Je dois me confesser : c’était mon premier concert de Robert Charlebois à vie. Je connaissais le monsieur (à son âge vénérable, on se doit de l’appeler monsieur) et entendu ses classiques, mais jamais je n’avais eu la chance de voir ce monument de la chanson québécoise en concert. Chose que j’ai dû avouer lorsque le chanteur a demandé à la salle qui le voyait pour la première fois. J’ai levé ma main et regardé autour de moi pour m’apercevoir que j’étais le seul à le faire. La honte ! Il faut dire que de nombreux amis et anciens collègues de l’artiste étaient présents sans compter plusieurs représentants de la génération des baby-boomers (au moins le trois quarts de la salle).

Le spectacle a débuté sobrement, M. Charlebois seul au piano, baigné d’un halo bleu interprétant l’excellente Lindberg, puis Je reviendrai à Montréal. Ensuite, trois musiciens (Daniel Lacoste, Dominique Lavoie et Steve Gagné, tous excellents) sont venus le rejoindre sur scène pour interpréter plusieurs textes de Réjean Ducharme, Pierre Calvé et Luc Plamondon dont certains avaient depuis longtemps été oubliés. En deuxième partie, le rythme s’est accéléré et nous avons pu assister aux déhanchements infernaux de l’homme à la légendaire chevelure. Se sont enchaînés la décapante Egg generation, la classique Les ailes d’un ange (je n’ai pas encore réussi à me débarrasser du fameux : Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept…Québec !) et les dynamiques Ent’ deux joints, Fu Man Chu et Tout écartillé. Le moment le plus fort du spectacle est, à mon avis, l’interprétation au piano de Ne pleures pas si tu m’aimes (tout simplement magnifique) et d’Ordinaire.

Bien que j’aurais aimé un peu plus de rythme dans la première partie (c’était un peu trop lent et décousu à mon goût), je ressors comblé de ma soirée et heureux d’avoir appris à connaître un peu plus ce joyau de la chanson québécoise.

Robert Charlebois : avec tambour ni trompette est à l’affiche au cabaret La Tulipe du 27 au 30 octobre 2009.

 




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.