Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Carabins : Résumé de ces dernières semaines

L’excellente saison des équipes de soccer des Carabins de l’Université de Montréal est une fois de plus récompensée avec le dévoilement hebdomadaire des top 10 de sport interuniversitaire canadien. Pour la première fois depuis les débuts du soccer à l’UdeM en 2001, les formations féminine et masculine trônent en même temps au sommet de leur classement national respectif. Les joueuses de l’entraîneur-chef Kevin McConnell connaissent une saison du tonnerre avec une fiche de dix victoires en autant de matchs. Cette séquence victorieuse égalise le record d’équipe réalisé en 2008 alors que l’UdeM s’était inclinée à son 11e match, son seul revers de la saison. Les Carabins n’ont jusqu’ici alloué que trois buts à leurs adversaires et ont touché la cible à 39 reprises, deux sommets au pays qu’elles partagent avec quelques équipes. Avec quatre matchs à jouer en saison régulière, les Bleus ont neuf points d’avance sur l’Université Laval au classement de la conférence du Québec. Du côté masculin, la troupe dirigée par Pat Raimondo montre une fiche de sept gains, une défaite et un verdict nul. Au classement provincial, les Bleus détiennent une avance de six points sur le Rouge et Or qui a toutefois un match de plus à disputer. Ils sont toutefois la seule équipe du Québec à figurer au top 10 canadien. En dix parties, les Carabins n’ont accordé que quatre buts, la deuxième meilleure performance au pays à ce chapitre.

Hockey féminin : Quatre en quatre pour les Carabins

La nouvelle équipe de hockey féminin des Carabins de l’Université de Montréal n’en finit plus de surprendre. Après un gain de 3-2 sur les Gee-Gees de l’Université d’Ottawa, les hockeyeuses en bleu-blanc-noir ont récolté une quatrième victoire en quatre matchs depuis le début de la saison en battant les Stingers 4-3 en tirs de barrage. Concordia a pris l’avance à trois reprises mais les Carabins sont revenus de l’arrière à chaque fois pour forcer la tenue d’une période supplémentaire. Aucun but n’a été marqué et les Bleus ont eu l’avantage en fusillade. Marie-Andrée Leclerc-Auger et Amanda Lalande ont alors déjoué la gardienne Audrey Doyon-Lessard tandis que Katrina Giuliani a brillé devant la cage des Carabins en stoppant les quatre joueuses des Stingers. Giuliani a ainsi récolté sa deuxième victoire de la saison. L’UdeM a eu l’avantage 36-30 au chapitre des tirs au but.

« Les filles ont été particulièrement efficaces en échec-avant et on a démontré notre caractère pour combler l’écart trois fois », dit l’entraîneure-chef Isabelle Leclaire au terme de la rencontre.
Les Stingers ont ouvert la marque au début du deuxième tiers par l’entremise d’Alexandra D’Ambrosio. Concordia a repris son avance au début de la troisième période grâce à un but d’Emilie Bocchia. Trois buts ont par la suite été marqués en exactement trois minutes. À 11:43, Caroline Martin-Guay a nivelé la marque avec son premier de la saison. 27 secondes plus tard, la capitaine Emilie Luck a remis les Stingers en avant mais Annie-Claude Dumas a répliqué à 14:43. Avec cette quatrième victoire, les Carabins trônent seules en tête du classement de la conférence du Québec, quatre points devant les Martlets de McGill qui ont toutefois joué seulement deux matchs. Vendredi le 30 octobre prochain à 19h au CEPSUM, l’UdeM affontera d’ailleurs les Martlets, championnes nationales des deux dernières saisons, pour la première fois de son histoire.

Carabins Football

L’équipe de football des Carabins de l’Université de Montréal a été victime de six revirements samedi après-midi au stade de l’Université Bishop’s et s’est inclinée 21 à 16 face aux Gaiters. Il s’agit du premier revers des Carabins au domicile des Gaiters depuis la saison 2002, soit la saison du retour du football à l’UdeM.

« Les revirements nous ont fait très mal c’est évident, a déclaré l’entraîneur-chef Marc Santerre au terme de la rencontre. Face à une équipe qui se bat pour une place en séries, nous avons offert une performance ordinaire et nos adversaires ont été plus affamés que nous ».

Les Gaiters ont ouvert la marque avec un simple suite à un placement raté de 29 verges de Justin Conn. Les joueurs en mauve ont menacé de nouveau à la fin du premier quart en recouvrant, à la ligne de 18 verges des Carabins, un ballon échappé par Anthony Couvin sur un retour de botté de dégagement. Bishop’s a feinté un placement et Justin Conn a capitalisé au début du deuxième engagement en captant une passe de six verges d’Olivier Mongeau dans la zone payante pour porter la marque à 14-0. Pierre-Paul Gélinas a ensuite brisé la glace pour les Carabins avec un placement de 42 verges. Un autre revirement a ensuite mené au troisième touché des Gaiters. Les Carabins sont revenus déterminés du vestiaire et ont amorcé la deuxième demie avec énergie. Après quelques premiers jeux, le quart-arrière Marc-Olivier Brouillette est toutefois tombé au combat, victime d’un plaqué tardif suite à une passe en direction de Frank Bruno. Alexandre Nadeau-Piuze a pris la relève et a poursuivi la série offensive amorcée par Brouillette. Rotrand Sené a complété le jeu avec une course d’une verge pour le touché. Gélinas a réussi un autre placement, cette fois de 28 verges, pour rétrécir l’écart des Gaiters à 21-13. Les Carabins n’ont pas abandonné et sont revenus à la charge dès leur reprise du ballon lorsque Bruno a retourné un botté de dégagement sur 52 verges. Gélinas a suivi avec son troisième placement, sur 24 verges. La défensive des Gaiters a tenu bon en fin de match et les Carabins n’ont pas été en mesure d’inscrire les points qui leur manquaient pour revenir de l’arrière. Samedi prochain à 13h, les Carabins tenteront de mettre fin à une série de deux revers en accueillant le Vert & Or de Sherbrooke au CEPSUM pour le huitième et dernier match de la saison régulière.

Mots-clés : Carabins (7)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+