Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Plus vert que blanc ? – Élections municipales

Le 1er novembre 2009 se tiendront des élections municipales. À Montréal, ce n’est évidemment pas les plateformes électorales qui font la couverture des médias, mais bien sûr des scandales reliés aux candidats. Tout récemment, Benoit Labonté, le bras droit de l’opposition officielle, a été expulsé de Vision Montréal pour avoir accepté des pots de vin. Avec de telles histoires de manque d’éthique qui courent les rues, tout le monde tente de se blanchir et de prouver son intégrité.
Espérons seulement que les candidats seront plus verts que blancs. En effet, aussi niaiseux que cela peut paraître, derrière les réputations tachées des différents candidats, il y a des enjeux concernant Montréal. Je vous propose donc de faire le point sur les engagements en matière d’environnement. N’allez pas croire, par contre, que mon intérêt pour ce sujet relate de la généreuse influence de PolySphère ! NDLR : PolySphère ? Généreuse ?]

Heureusement pour moi, c’est-à-dire un pauvre journaliste à temps perdu qui n’a pas eu le courage de lire les plateformes des divers partis, le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) a soumis un questionnaire environnemental aux trois principaux partis, soit Union Montréal (Gérald Tremblay, maire actuel), Vision Montréal (Louise Harel) et Projet Montréal (Richard Bergeron). CRE-Montréal a également rendu public son analyse qui résume les positions des candidats. Heureusement pour vous, je vous résume ce résumé !

Circulation et transport collectif

  • Une unanimité rassurante, les trois partis veulent réduire la circulation automobile et développer les transports collectifs. En effet, ils veulent prioriser le développement du réseau d’autobus, de métro et de tramway. D’ailleurs, Mathieu Bonin, l’auteur de la chronique automobile, entrevoit déjà sa défaite contre l’Univers et n’a même pas eu le courage de se pointer le nez pour le présent numéro.
  • Projet Montréal est le seul parti à fixer des objectifs palpables tant pour la réduction de la circulation automobile que pour l’augmentation de l’utilisation du transport en commun.
  • Les partis proposent d’instaurer du péage urbain pour financer le transport collectif, mais ils sèment la discorde concernant le financement de la STM.
  • Ils comptent tous s’opposer à des plans de réseau autoroutier qui augmenteront la circulation automobile sur l’île. Petite discrétion de ma part : effectivement, c’est complètement con d’avoir tout le trafic de la transcanadienne directement sur l’île de Montréal alors qu’il pourrait y avoir des alternatives qui le répartiraient sur les rives.
  • Les partis fixent les mêmes objectifs de réduction de GES à Montréal : 30 % d’ici 2020 et de 85 % d’ici 2050 par rapport au niveau de 1990.

Méli-mélo et le Mont-Royal

  • Peu à signaler sur des engagements de d’amélioration de la qualité de l’air. Vision Montréal s’engage à régler la question du chauffage à bois d’ici la fin d’un premier mandat. Projet Montréal nécessiterait dix ans tandis que Union Montréal voudrait une nouvelle étude avant d’agir.

Autre unanimité, des nouveaux accès à l’eau seront mis en place pour permettre la baignade sur l’île.

  • Dossier chaud concernant la privatisation de certaines terres sur le Mont-Royal : contrairement aux autres partis, Union Montréal ne prend pas d’engagements fermes pour protéger les 423 hectares du réseau écologique du Mont-Royal. Il prône une protection qualitative et non quantitative.

Les matières résiduelles

  • L’unanimité prévaut en ce qui concerne la gestion des matières organiques, autrement dit du compostage. Les partis s’engagent à instaurer une collecte à domicile d’ici quatre ans et un traitement sans incinération ou de gazéification.
  • Vision Montréal et Projet Montréal promettent de finir la construction des huit éco-centres d’ici cinq ans, Union Montréal nécessiterait dix ans.

Enfin, la crise de nerf !

Ma chronique vous a déçus cette semaine en raison du surplus de sérieux et du manque d’insultes ? Je vais essayer de me reprendre légèrement en vous confiant qu’entendre des engagements idéologiques en matière d’environnement me fait « jizz in my pants ». Cependant, je me permets d’être sceptique envers certaines de ces promesses électorales. Ce ne serait pas la première fois qu’un crosseur décide de porter une cravate et de se lancer en politique. Très rares sont les engagements accompagnés de mesures concrètes pour forcer leur application. Par exemple, CRE-Montréal propose d’instaurer un commissaire en environnement à qui les exécutants devront rendre des comptes quant à la réalisation de leurs objectifs. Bien évidemment, aucun parti n’a soutenu cette incitation puisque, quand vient le temps d’affronter la tempête, plus personne n’a les couilles sur la table.

Je discontinue ma chronique le temps de finir mes intras la semaine prochaine, mais je vous reviens avec un sujet qui fesse !

Source: [www.electionsmontreal2009.com

Articles similaires

Rentrée 25 août

25 août 2006

Il me vient parfois des questions existentielles, comme ça, sans raison. Il faut savoir que cette première parution du Polyscope en cette 40e année d’existence est entièrement dédiée aux nouveaux étudiants de Polytechnique. Dans ce contexte, je me demandais donc quel devait être le sujet de cet éditorial, et pour ceux qui se le demanderaient, oui, le sujet de mes articles entre pour moi dans la catégorie des questions existentielles. Le sujet de cet...

Semaine de l’environnement 2010

22 janvier 2010

Cette semaine, je ne vous confierai pas ma quête existentielle qui consiste à trouver le papier de toilette idéal, soit brun (donc non blanchi) et fait bien sûr de papier re-re-recyclé post-consommation. Je ne vous inciterai pas non plus à aller manifester sur la colline parlementaire en vue du prochain sommet de l’ONU sur le climat. Au fait, j’vais être honnête avec vous : depuis le début de la présente session, il manque beaucoup de...

Mariage arrangé entre l’économie et la société !

25 mars 2011

Par Anabel Cossette Civitella, Collaboration spéciale – Le Délit L’idée est géniale. Un hôtel géré à la manière de Robin des bois qui offrira des services quatre étoiles aux clients riches et redistribuera les bénéfices aux quartiers défavorisés de la communauté. Non, ce n’est pas un conte de fée, c’est ce que le futur Écol’hôtel K compte faire à partir de juin 2012. Situé à Trois-Rivières, il sera le premier hôtel éco-responsable, éco-géré et...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Rant contre le PolyRant

29 novembre 2007

La semaine passée, nous avons été « choyés » par la présence d’un premier PolyRant dans notre feuille de chou. Cette nouvelle édition du courrier des lecteurs, qui relève plus d’un ramassis de plaintes mal réfléchies et rédigées, m’a énormément déçu au niveau du contenu et du format. En effet, je retrouve deux problèmes majeurs dans ce nouveau système, soient la lâcheté des accusateurs qui n’osent dévoiler leur vrai visage, et l’inutilité des plaintes....

Rigueurrrrr

26 février 2010

Si vous me lisez cette semaine, c’est sans doute parce que vous procrastinez entre deux numéros de calcul ou parce que votre programme est en train de compiler. C’est correct, vous avez le droit de prendre une pause bien méritée. Même que ça risque de vous rendre encore plus efficace. Vous serez d’accord avec moi pour dire que, quatre fois par année, la vie est dure ! Si vous n’êtes pas d’accord, c’est soit parce...

Je veux me torcher avec du papier brun !

30 octobre 2009

Un Américain nécessiterait 39 kg de papier de toilette par an pour assurer la propreté de ce qui inhume dans son intimité. Personnellement, je trouve que ça fait une méchante chiée de papier pour entretenir un péteux et ses alentours. Au fait, j’exagère, ça ne doit pas faire tant de rouleaux que ça si on tient compte du fait qu’une importante proportion de papier hygiénique est vendue en épaisseur multiple tout en étant imprégnée d’une...