Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un oeil sur le monde

Un petit tour des actualités avec, je le conçois, mon avis personnel glissé entre les lignes.

Rwanda, le génocide devant le TPIR

Idelphonse Nizeyiman, surnommé « le boucher de Butare » à cause de la région où il a sévi, vient d’être conduit au TPIR (Tribunal Pénal International du Rwanda) alors qu’il venait d’entrer en République Démocratique du Congo en provenance de l’Ouganda. Il était recherché depuis quinze ans pour avoir orchestré le massacre d’étudiants et de professeurs tutsis.

Le génocide a commencé par l’assassinat, en 1994, du président Hutu mais il faut remonter plus loin pour comprendre. À savoir que les colons belges ont créé une structure ethniste dans le pays. Au moment du génocide, le régime dictatorial en place était Hutu et les massacres ont été perpétrés envers les Tutsi ou les Hutus contre la dictature. Il reste toujours une dizaine de responsables du génocide recherchés.

De moins en moins d’électeurs pour de moins en moins de maires

Quel est l’âge moyen des maires au Québec ? 55 ans. C’est un peu vieux mais c’est normal vu que si l’on veut être maire dans la province il faut choisir entre famille et travail, et une personne à la retraite n’a pas à choisir. On en demande trop : expérience nécessaire, salaire minime, beaucoup de responsabilités, disponibilité… Donc les vieux de préférence mâles (pour 87 %), qui ont tout ça, renouvellent leur mandat et personne n’est là pour leur faire concurrence : 60 % sont élus par acclamation. Le problème va juste nous retomber dessus dans quelques années, quand les maires se retrouveront, par la loi de la gravitation, six pieds sous terre. De toute façon il n’y a personne pour voter, en 2005 le taux de participation était de 45 %. À quoi bon voter si on sait qui sera élu.

Tout de même, pour rappel, le rendez-vous aux urnes est prévu le dimanche 1er novembre. À Montréal on a la chance d’avoir 4 candidats, le déplacement pourrait valoir le coup.

Les républicains et les armes à feu

Ottawa a renoncé à plus de 15 millions de dollars seulement cette année sur les frais d’inscription au registre des armes à feu, selon des données obtenues par la CBC. Le registre des armes à feu a été créé en réponse au drame de Polytechnique, mais les conservateurs ont permis et renouvelé depuis 2006 une amnistie aux propriétaires d’armes de chasse de ne plus enregistrer leurs armes. Le lobby d’armes à feu ne s’en plaint pas. Mais le Centre d’arme à feu persiste à dire que malgré tout, enregistrer une arme à feu est compliqué : il faut remplir un questionnaire, indiquer le lieu d’entreposage des armes et valider le tout par un vérificateur. Simple et gratuit, sans besoin de renouvellement. Plus simple en tout cas que de se procurer un permis d’études pour le Canada.

Crise du lait en Europe

France, Belgique et Allemagne sont unis derrière un même mouvement. Chaque jour de grève déverse des milliers de litres de lait dans les rues et les champs, dans un mouvement qui dure depuis des mois. L’effondrement du marché du lait et sa dérégulation poussant les producteurs à produire du lait à perte, une solution immédiate s’impose. Le rendez-vous était fixé lundi 5 octobre à Bruxelles pour trouver une solution pour réguler le marché, ce qui aurait dû être fait depuis longtemps par le ministre de l’Agriculture français. Vingt ministres européens de l’agriculture se sont réunis. Résultat : mise en route d’une réflexion sur la filière du lait qui verra le jour, avec chance, dans un an. Autre résultat, escompté celui-ci aussi : les 2000 manifestants décident de raffermir leur mouvement partout en Europe.

Guantanamo reste ouvert, l’Afghanistan aux mains des talibans

Les promesses d’Obama restent jusqu’à présent juste des promesses. Par exemple, il s’agissait durant sa campagne de fermer Guantanamo car, disait-il en mai « le coût que nous aurions à payer en maintenant [Guantanamo] ouvert dépasserait de loin les complications que posent sa fermeture. » Mais apparemment ce n’est plus le cas, tout simplement parce qu’on n’avait pas pensé à ce que l’on ferait des 233 détenus actuels de la base militaire américaine. Surtout qu’un amendement vient d’être voté par le Congrès pour interdire leur rapatriement aux États-Unis. Quels seront les pays qui en voudront.

Autre exemple, l’Afghanistan. On ne sait toujours pas la décision d’Obama. D’un côté, l’état major militaire demande des renforts de 40 000 hommes sinon la guerre sera perdue. D’un autre, une partie des démocrates (tout comme l’opinion publique) doute de la nécessité de cette guerre. Des décisions difficiles pour Obama qui se renseigne partout où il peut pour trouver la meilleure solution qui fera nécessairement des mécontents.

Street View de Montréal

Ça y est ! Depuis quelques jours on peut visiter les rues de Montréal par internet. On pourra ainsi montrer à nos amis la rue où on habite, la fenêtre de notre chambre, l’arbre sous lequel on a enterré notre chat adoré ou, pour les pas doués des cartes, s’aider de cet outil dans les recherches d’itinéraires.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.