Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

100 Jahre Ballets Russes

La traduction allemande pour le 100e anniversaire des Ballets Russes est 100 Jahre Ballets Russes. Pourquoi traduction allemande me diriez vous ? Et bien entre deux chopes de bières à l’Oktoberfest, Le Polyscope a couvert trois performances d’une rare exécution au Bayerisches Staatsballett et au Bayerische Staatsoper de Munich. Premier arrêt pour le 100e anniversaire des Ballets Russes.

Shéhérazade

Musique de Rimsky-Karsakow, chorégraphie de Mikhail Fokine. L’histoire prend place dans un harem au temps des Milles et une nuits. Zobéide (Lucia Lacarra), la favorite du Shah Shariar, se sent délaissée par le souverain et le suspecte de rechercher les faveurs d’une autre. Laissant Zobéide avec les autres femmes du harem aux parures de couleurs et aux hanches endiablées, plusieurs esclaves viennent rejoindre les femmes et prennent part à une véritable ode à l’amour (lire ici orgie pure et simple). Zobéide est quant à elle rejointe par un esclave d’or, se séduisant mutuellement, pour terminer en une danse sensuelle, les deux s’abandonnant l’un à l’autre.

Le Shah apparait, rejoint par son frère haineux. Les gardes sont appelés, et assassinent femmes et esclaves du harem, y compris l’esclave d’or de Zobéide. Prise de désespoir, elle se suicide au pied du Shah. Cette histoire marque le début des récits des Milles et une nuits, car le Shah passera par la suite chaque nuit avec une femme différente, les tuant au soleil levant, pour ne pas qu’elles puissent le tromper. Shéhérazade sera la seule à le captiver par ses récits qui continuèrent nuit après nuit, jusqu’à vaincre sa jalousie et conquérir son amour.
Le ballet est magnifique, la musique de Rimski-Karsakov réussisant à transmettre de fortes émotions, soutenue par une mise en scène à l’érotisme éblouissant.

Les Biches

Musique de François Poulenc, chorégraphie de Bronislawa Nijinska. Côte d’azur, un après midi. Trois sportifs français sèment le trouble dans l’esprit encore innocent des biches, ces demoiselles aux allures pures et sensibles. Mais derrière cette façade délicate se cache aussi une terrible envie de conquérir physiquement le cœur et le corps des trois sportifs, dont l’un est épris d’une mystérieuse hôtesse de la villa à la grâce distinguée.

L’histoire n’est qu’un prétexte à une chorégraphie explorant toutes les possibilités des ballets classiques, et reste quelque peu creuse par rapport au ballet précédent. La chorégraphe russe Nijinska n’étant autre que la sœur du célèbre Nijinski qui marqua l’histoire du ballet, on ne pouvait s’attendre à une performance autre que techniquement parfaite de la part des danseurs et danseuses.
Once Upon An Ever After

Le clou de la soirée ! Une véritable surprise visuelle et auditive, poignante d’émotions et au modernisme inattendu. Chorégraphie de Terence Kohler et musique : la Symphonie pathétique de Tchaïkovski.

À travers les différents thèmes du ballet classique (l’éternité, le cœur brisé, les créatures de la nuit, le réveil, la valse compulsive, le classicisme symphonique, l’éternel cygne et pour finir l’éternité) nous retrouvons les personnages de Giselle, le Lac des cygnes et la Belle au bois dormant, figures dominantes du ballet dit « classique ». Chaque tableau propose un décor original, exploitant à merveille la musique de Tchaïkovski, tantôt dans les moments de désespoir ou de renouveau.

La mise en scène est originale et innovante, désacralisant quelque peu cette forme très codifiée de l’art dramatique, certaines danseuses enfilant leur tutu sur la tête, se faisant pour l’occasion une auréole florale. La foule réserva ses plus chaleureux applaudissements pour cette dernière création, allant même jusqu’à une ovation debout de la part de l’ensemble du public après de nombreux rappels.

Le Bayerisches Staatsballett a véritablement réussi à rendre hommage au 100e anniversaire des Ballets Russes, avec une programmation de trois œuvres variées, allant d’un grand classique en Shéhérazade à une ode au classicisme du genre avec Les Biches, tout en passant par une performance moderne et originale avec Once Upon An Ever After. Bravo aux danseurs, qui réussirent à combler l’audience de par leurs exploits sur scène, ainsi qu’au chef d’orchestre Valery Ovsianikov qui su délivrer une performance soutenue et d’une exécution de grande justesse lors des trois spectacles.

Articles similaires

Pour Elles

28 novembre 2014

Le 6 décembre prochain aura lieu au Théâtre Outremont le spectacle souvenir mis en scène par Lorraine Pintal. Laurent Montreuil Quoi de pire que de « sombrer dans les coulisses de l’oubli »? Je me souviens, s’intitule la devise du Québec, et c’est un peu l’idée derrière la tête de Lorraine Pintal, directrice artistique et générale du Théâtre du Nouveau Monde, avec la signature du spectacle Pour Elles qui sera présenté au Théâtre Outremont le soir du...

Les Grands Ballets Canadiens : La Dame de Pique

23 octobre 2008

Si seulement toute la grâce des ballets pouvait accompagner la vie de tous les jours! Mais avant tout il vous faut savoir l’histoire de La Dame de Pique, ballet merveilleusement adapté du roman de Pouchkine. Le spectacle débute dans un café, où des officiers accompagnés de leurs belles jouent aux cartes. La tension règne dans cette assemblée, qui ne remarque pas qu’elle est observée de loin par un jeune homme. Hermann, officier de l’armée...

Faire un sens du bruit

5 avril 2019

Première neige, présentée au théâtre des Quat’sous du 26 février au 23 mars 2019 est une pièce une coproduction du PÀP, d’Hôtel-Motel et du National Theatre of Scotland.   Le récit Malgré cette panoplie de créateurs venant des deux bouts de l’Atlantique, un seul message les unit tous; l’indépendance. Le Québec et l’Écosse, deux histoires différentes, mais au passé fort similaire. Que ce soit sur le territoire québécois ou en sol écossais, les rêves d’indépendance...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.