Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Snow Patrol : Taking Back the Cities

C’est au Métropolis, le vendredi 18 septembre, que Snow Patrol a choisi de faire une halte pour sa représentation montréalaise. Accompagné des Plain White T’s, le spectacle débute avec une prestation de ces derniers. Le public ne manque pas de manifester l’accueil chaleureux réservé au groupe, démonstration réitérée lorsque les premières notes de la chanson phare du groupe Hey there Delilah se font entendre. C’est donc avec un enthousiasme mal contenu que les nombreux fans du groupe présents, quoique censé assurer uniquement la première partie du spectacle, entonnent la chanson.

Ils cèdent ensuite la place au programme principal : Snow Patrol. Ils ouvrent le spectacle avec la chanson If there’s a rocket tie me to it qui met la barre assez haute pour le reste du concert à venir. Les chansons se suivent avec toujours le même entrain. C’est donc un public en pleine forme qui accompagne volontiers le vocaliste principal du groupe Gary Lightbody pour la chanson Shut your eyes. Quand les notes de Run retentissent, c’est une toute autre ambiance qui s’installe, plus calme, plus romantique, avec des appareils photos et des téléphones cellulaires levés à défaut de briquets. La soirée reprend en énergie avec le hit du groupe Chasing cars. La prestation du groupe laisse un public demandant toujours plus aussi bien que Lightbody partage avec son audience la chanson Take back the city tirée de leur nouvel album. Le concert prend fin avec Open your eyes mais suite à l’insistance du public, reprend avec les chansons The lightning strike et You’re all I have.

Snow Patrol a donc mis sur pied un très beau spectacle, divertissant qui n’a fait que réjouir les spectateurs. Des spectateurs qui les suivent sans doute depuis leurs débuts, en 1994. Formé au Royaume-Uni, en Irlande du Nord plus précisément, sous le nom de Polar Bear (qu’ils ont dû changer pour des raisons juridiques), plusieurs membres sont entrés et d’autres sortis du groupe au fil des années. Actuellement, Snow Patrol est formé de cinq membres, Gary Lightbody (chanteur principal, piano), Paul Wilson (guitare bass), Johnny Quinn (batterie, percussions), Nathan Connolly (guitare) et Tom Simpson (keyboard samples). Le groupe a sorti plusieurs albums qui ont beaucoup de succès tels que Final Straw, Eyes Open et le dernier A Hundred Million Suns. Un succès remarqué par le fameux groupe U2, qu’ils ont accompagné en première partie pendant leur tournée européenne Vertigo.

En somme, le concert a été un pur plaisir et le groupe promet encore de plus belles prestations à l’avenir.

Mots-clés : Musique (217)

Articles similaires

Théâtre musical déjanté

5 février 2010

La TOHU n’est pas une salle où se joue que des spectacles de cirque. C’est également une salle où se produisent des musiciens, des jeunes artistes montréalais aux groupes émergents. Et c’est bien de musique qu’il est question aujourd’hui, avec XLA et l’Orchestre d’Hommes-Orchestres. Ce vendredi 29 janvier, c’est l’artiste XLA qui a débuté la soirée. Présenté dans le cadre des Têtes Premières (les séries Têtes Premières permettent de donner une place aux artistes...

Black Rain – Ozzy Osbourne

28 septembre 2007

Par Slave Je fais partie de ceux qui croyaient que les ravages causés par la drogue, l’alcool, l’âge et MTV avaient faits d’Ozzy Osbourne une betterave sur pattes. Surtout si on regarde (parce qu’on n’ose pas les écouter) ses deux derniers navets, Ozzmosis et Down to Earth. Mais voilà que le « Prince of Darkness » nous surprend avec Black Rain et nous fait sentir plutôt concombre (prononcer cocombe). Les deux premières pièces, Not...

Berlioz à l’OSM

25 septembre 2009

Requiem, ou Grande Messe des morts, de Hector Berlioz, œuvre choisie pour inaugurer la 76e saison de l’Orchestre Symphonique de Montréal. Première le 8 septembre 2009, dirigée par Kent Nagano, avec Michael Zaugg, chef de chœur invité et Michael Schade, ténor. Ce Requiem de Berlioz (1803 - 1869), initialement commandé pour rendre hommage aux victimes des 3 Glorieuses de Juillet 1830 (insurrection à Paris, pour chasser le roi ultra-conservateur Charles X), fut interprété pour...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.