Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un œil sur le monde

Voici un bref coup d’œil sur ce qui se passe en ce moment.

Gouvernance des universités Non au privé

La TPU, table partenaire des universitaires, joint sa voix aux opposants des projets de loi no 38 et 44 visant à modifier la gouvernance des universités pour renforcer le privé dans les conseils d’administration. Ceci fait suite au scandale provoqué par la découverte d’un déficit de près de 400 millions de dollars dans les caisses de l’UQAM. À présent 60% du conseil devra être externe à l’établissement. Mais on peut se poser la question de l’utilité de ces lois car elles sont déjà appliquées, par exemple par l’UdM. Et peut-être même que c’est la composition actuelle de son conseil d’administration qui a été à l’origine des difficultés importantes auxquelles elle a dû faire face.

SIDA, marchethon au centre-ville

Ils étaient quand même quelques milliers dimanche 20 septembre au centre-ville pour le 17e marchethon de la Fondation Farha. Il visait à amasser des fonds et à sensibiliser la population sur le SIDA. Selon la fondation, seulement au Québec, il y aurait 20 000 personnes séropositives et 6 000 atteintes du sida. À Montréal, 1 adulte sur 160 serait infecté et le nombre augmente car beaucoup ne font pas le test. Et pourtant, c’est une maladie dont on ne guérit toujours pas.

Grippe A, un vaccin Oui mais à quel prix ?

La campagne de vaccination approche ! Gratuite pour tous les Québécois, elle débutera à la mi-novembre à Montréal. Ouf ! Quand on nous dit que plus de la moitié des cas de grippe A recensés au Québec étaient à Montréal. Mais pourquoi toute cette panique ? Cette grippe est bien plus légère que la grippe que l’on peut attraper en hiver, elle est juste beaucoup plus contagieuse. Et puis ce vaccin dont on parle est-il bien utile quand on sait qu’aux États-Unis on a accordé l’immunité juridique totale aux fabricants de ces vaccins ? Comme ça on se fait plein d’argent et si jamais c’est une catastrophe sanitaire parce que le virus aura muté ou bien que des complications surviennent c’est l’État qui prend en charge. Vu qu’ici le vaccin sera gratuit, l’État paiera deux fois.
Sud Soudan, on compte les morts
Vous souvenez-vous du Darfour ? Une région d’Afrique où toutes les stars passaient faire un coucou à la caméra parce que c’était « the place to be » en 2007. Georges Clooney, Angelina Jolie et son mari etc. Remarquez, au moins on en parlait. En ce moment, à quelques kilomètres de là un autre drame se déroule sous le silence effarant de la communauté internationale : dimanche 20 septembre plus de 100 personnes sont mortes dans un attaque dues aux violences interethniques qui ont déjà fait plus d’un millier de morts et des milliers de déplacés en seulement quelques mois. Et ça, ça dépasse le bilan du Darfour. Ces violences se déroulent dans une région déjà affectée par la guerre civile pour causes religieuses et pétrolières entre le Nord et le Sud.

G20. De nouvelles règles pour un nouveau monde.

D’abord qu’est-ce que c’est le G20 ? C’est un forum économique qui rallie à la fois les grandes puissances économiques de ce monde, Etats-Unis, Canada, France, Royaume-Uni etc., et les puissances émergentes comme l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud etc. Son but est d’assurer une certaine stabilité financière dans le monde. On l’aura remarqué, cela n’a pas vraiment fonctionné ces dernières années. Alors on réessaie. Cette fois-ci, les 24 et 25 septembre à Pittsburgh aux États-Unis pour parler de la crise des subprimes, de la fameuse « reprise » lente de l’économie et des paradis fiscaux. On va fixer des « règles » et des sanctions correspondantes pour diriger le marché financier. Je l’accorde, il y a comme un contre-sens dans ma dernière phrase : contrôler les finances et imposer des sanctions dans un système libéral. On commence peut-être enfin à comprendre qu’il y a un petit problème dans la matrice, reste à savoir si le G20 y a un quelconque pouvoir.

Tempête de sable à Sydney

Incroyable. « Comme sur Mars » titre Radio-Canada. Tout l’Est de l’Australie a été pris par une énorme tempête venue du désert. Toute la ville était revêtue d’une couche de sable rouge pour ressembler, comme le décrivent les habitants, à des scènes apocalyptiques dans les films. On ne distinguait même plus l’opéra de Sydney. La ville en a été fortement perturbée d’autant plus que le pays fait face à des incendies dans le Queensland, Nord-Est, où la tempête se déplace pour aller peut-être jusqu’en Nouvelle-Zélande. C’est la pire tempête depuis les années 40. Au même moment des pluies diluviennent s’abattent dans l’État de Victoria, pointe Sud-Est du pays.

Sources : Le Devoir, RFI, Wikipédia et Radio-Canada Images : Nomad Photography, « L’oeil parfait / Perfect eye », Flickr, 14 juin 2005.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.