Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Metallica au Centre Bell

Les légendes du trash métal californien étaient de passage à Montréal les 19 et 20 septembre derniers dans le cadre de la partie nord-américaine de leur tournée World Magnetic. Accompagnés sur scène par Gojira et Lamb of God, les quatre cavaliers ont su, une fois de plus, chevaucher les éclairs en illuminant par deux fois le Centre Bell à grand coup de heavy-metal-dans-ta-face.

C’est sur une scène centrale surplombée par d’immenses sarcophages mobiles, entourée par plus de 20 000 spectateurs et une fosse grouillante, au milieu de la fumée et d’un balai de rayons lasers, que James Hetfield, Kirk Hammett, Lars Ulrich et Robert Trujillo ont fait leur entrée rituelle et magistrale au rythme d’Ecstasy of Gold. Passé ce préliminaire obligatoire, le groupe a immédiatement enchaîné sa performance sur mélange de nouveau et d’ancien matériel qui a su faire monter rapidement l’adrénaline et réveiller la bête tapie au fond de chacun des membres de l’assemblée. Le tout doublé par le charisme de James Hetfield qui a su, sous une pluie d’effets pyrotechniques, driver les fans tout au long du show. Poussant chacun à donner son maximum. Jusqu’à la limite de l’épuisement.

De ces deux soirées mémorables on retiendra notamment l’enchaînement quasi-ininterrompu de Master of Puppets, Blackned, Nothing Else Matters et Enter Sandman. Mais également l’absence bienheureuse de compositions issues des peu populaires Load, Reload et St Anger pour se concentrer sur le dernier opus revival de l’époque du Black Album : Death Magnetic. Même si, après presque 28 ans d’existence, beaucoup prétendent que Metallica a eu tendance à s’asseoir sur ses lauriers. Peu nombreux étaient ceux qui ont douté de leur suprématie ce soir-là.

Mots-clés : Musique (217)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.