Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Ô vieillesse, amie

Vous savez que vous êtes vieux quand vous n’avez plus besoin de faire cuire votre gâteau d’anniversaire dans un four, puisque les bougies suffiront. À part ce côté écolo, la majorité des gens ne trouvent pas le côté positif de vieillir et trouvent même une raison de déprimer à l’idée de l’approche de l’automne de leur vie. Cet état psychologique qui touche une grande partie des femmes et de plus en plus d’hommes, fait le bonheur des chirurgiens plastiques, des dermatologues, des esthéticiens et de toutes sortes de charlatans qui déclarent avoir le secret de la jeunesse. Pour effacer les traces du temps, plusieurs solutions se présentent à vous : les méthodes commerciales comme le botox, qui consiste à l’injection d’un gel inhibant les muscles pour une période de 3-4 mois et ainsi la disparition de rides pour la même période (vous imaginez tous ces acteurs et actrices adeptes du botox qui n’ont plus aucune expression faciale mais qui quand même prétendent à des récompenses). Plus extrême, la chirurgie esthétique est une solution radicale pour racheter quelques années au temps. Sinon vous trouverez des variétés de crème, de gels, de pilules, de thé dont on vante les mérites rajeunissants. Ma solution préférée, consiste à se payer de petites vacances à Ste-Augustine en Floride, et à se revigorer à l’eau fraîche de la Fontaine de Jouvence qui, d’après la légende, est une eau capable de rendre la jeunesse à toute personne qui la boit. Elle aurait été découverte par l’explorateur espagnol Juan Ponce de Leòn. À défaut, vous pouvez toujours organiser des voyages vers l’Est : avec le décalage horaire il y a toujours quelques heures à gagner en jeunesse.

Personnellement je ne trouve aucun mal à vieillir (à part pour les vacances en Floride bien sûr), parce que je ne vois pas comment la vieillesse est si différente de l’adolescence, non pas parce que les rides sont mes ennemies, ni parce que la gravité va opérer sur certaines parties de mon corps, ni parce que je ne pourrai pas obtenir un sur-classement en avion grâce à un sourire charmeur. Comment ? Me demanderez-vous. C’est simple, leurs activités récréatives, leur style de vie et l’interaction avec leurs proches sont sensiblement les mêmes. Avez-vous déjà été dans un food court dans un centre commercial, hors l’heure de midi ? Et bien vous trouverez d’un côté des adolescents autour d’un soda en train de décider de la logistique de leur prochaine fête, et de l’autre, un groupe de vieux autour d’un thé en train de décider de la logistique de leur prochain jeu de cartes. Observez de plus près la démarche du voisin de 16 ans, jeans large et baissé, casquette à visière plate mise de travers : on dirait qu’un de ses genoux est bloqué. Observez maintenant le voisin d’en face de 76 ans : lui, marche comme si sa hanche était bloquée (malheureusement c’est vraiment le cas parfois). Toutes ces ressemblances entre les deux catégories, sont relevées le plus souvent par la génération du milieu. Que de fois j’ai entendu mon père demander à mon frère de 17 ans et à mon grand-père de 92 ans de baisser le son de la télé ! Toujours dans la catégorie d’âge du milieu : leurs enfants leur en veulent de ne pas leur laisser leur intimité et de tout le temps vouloir connaître les détails de leur vie privée, et leurs parents leur en veulent de ne plus être présents et de ne pas assez se soucier de leur vie. En fin de compte ils se plaignent de la même chose mais en traversant l’aiguille centrale de l’adulte, changent de signe.

En Amérique du Nord, on peut obtenir son permis de conduire dès l’âge de 16 ans et on ne peut le révoquer à cause de l’âge sans raison valable. Mais avez-vous déjà vu une voiture qui met 10 min avant de se garer correctement entre deux lignes au milieu d’un parking vide ? Le conducteur descendu, vous ne pouvez que vous rendre à l’évidence : c’est soit un porteur de broches dentaires, soit un porteur de dentier. Ados et vieux ont tous les deux une mémoire sélective. Combien de fois un ado s’est rappelé que sa mère lui a demandé de ranger sa chambre ou de passer acheter un carton de lait en rentrant à la maison ? Autant de fois que son grand-père a oublié de prendre son médicament ou d’éteindre la télé. En s’intéressant particulièrement à la gent masculine, on remarque que les deux catégories d’âge trouvent un intérêt particulier aux femmes d’une même catégorie d’âge; plus âgées pour les jeunes, plus jeunes pour les âgés. Toujours chez les hommes des deux catégories, ils ont tous une calvitie prononcée. Chez les premiers, elle est volontaire, chez les deuxièmes, involontaire mais au final, tous chauves.

Au final, les ados réclament le pouvoir sur le monde qui les entoure, puisqu’ils ont l’arme secrète : la jeunesse. Ils se permettent donc de faire plein de choses grâce à cette arme. Ils ne se doutent pas qu’une fois vieux, ils n’auront plus le choix sur ces mêmes choses et devront y être contraints. C’est pour ça que vieillir peut être un regain de jeunesse plutôt qu’une bataille acharnée contre l’avancée de cheveux blancs. Et puis en tout cas, je ne serais jamais vieille parce que quand je le serai, je ne le saurai pas. Mais il n’en reste pas moins vrai que vieillir reste le meilleur moyen de ne pas mourir.

Mots-clés : voyage (5)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

FAIE : Fonds d’Appui aux Initiatives Étudiantes

25 septembre 2009

Par Éric Gendron, Trésorier de l’AEP Le Fonds d’Appui aux Initiatives Étudiantes (FAIE) permet de financer divers projets étudiants. Grâce aux contributions volontaires des étudiants à chaque session, ainsi qu’à celles de généreux donateurs, le FAIE permet la tenue de plusieurs activités et la réalisation de projets d’envergure. Par exemple, dans les années passées, le FAIE a aidé à financer le film de Poly-Théâtre, le système d’archivage de Poly-Photo, l’organisation de la Compétition Québécoise...

Susceptibilité, quand tu nous tiens!

29 septembre 2006

Suite à la parution en couverture du Polyscope du vendredi 22 septembre de la photo d’un chiwawa sur fond de couleurs du drapeau gai, avec la mention : « Les animaux de compagnie, eux aussi, victimes de l’homophobie » la direction du journal a reçu deux mails. Le premier de ces deux mails ne comprenant pas le message supposément caché derrière cette image et cette phrase et le deuxième accusant ouvertement le journal de...

Si Jack Bauer avait rencontré Shakespeare

5 février 2010

Les agents secrets qui doivent combattre des terroristes, désamorcer une bombe et sauver le président américain en 24 heures chrono ? C’est dépassé. Un défi bien plus intéressant aura lieu entre les murs de cette école du 12 au 13 février 2010 : le Défi 24 heures de théâtre, présenté par (vous ne devinerez jamais) Poly-Théâtre ! Célébrant maintenant ses 20 ans d’existence, le comité de théâtre des étudiants de Polytechnique ne se contente plus de présenter 2...