Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les nerfs en sphère, la chronique d’un vert

Permettez-moi de vous présenter ma chronique « Les nerfs en sphère » ! Au cours de la session, je vous propose d’explorer divers sujets environnementaux sous un angle, disons, peu conventionnel. Au fait, vous aurez le droit à du mordant durable propre à l’attitude journalistique du Polyscope alors que je développe une opinion, en votre future compagnie, sur certains phénomènes inspirants et sur d’autres qui tapent tout simplement cés nerfs !

D’où provient le nom de la chronique ?

« Les nerfs en sphère » tente à la fois de saisir le caractère provocateur ainsi que le regard constructif qui jailliront de mes prises de position sur des sujets touchant à différentes sphères de la société. Bien entendu, je ne compte pas trop m’éloigner de l’environnement, mais sachez que d’autres facettes rentrent souvent en jeu. Par conséquent, je risque d’aborder des sujets tels que l’économie, la bienveillance universelle et mon préféré, soit la présence trop fréquente d’une cruche entre certaines paires d’oreilles. Enfin, concrètement, le nom de ma chronique provient d’une permutation poésique de l’expression « avoir les nerfs en boule » et, en complément, me permettra de plugger dans les lois de l’art des locutions ma foi originales comme « les nerfs en bicycle ».

PolySphère (le comité écolo étudiant) moralisera-t-il le lectorat ?

Bonne question, Polyscope ! Au fait, sachez, chers lecteurs, que je suis un dual en fragile équilibre entre ces deux comités. N’ayez craintes, par contre, puisque PolySphère, pour moi, est une porte d’éveil vers l’environnement pour les intéressés. Je veux partager cette valeur et non vous l’infliger. D’autre part, puisque je m’engage à ne pas vous moraliser, la balance du compromis est que vous assumez de voir le logo de PolySphère tout comme les glorieuses pages entre vos mains sont ferrées de celui du Polyscope. Placer ce logo sera d’ailleurs un outil intéressant pour remplir la demie page que je réserverai la semaine prochaine auprès du rédacteur en chef alors que je ne pourrai plus mettre un encadré pour expliquer ma chronique !

La balle est dans votre camp.

J’espère que vous me lirez et que je pourrai faire de même avec vous pour tous commentaires, discussions ou insultes.

Articles similaires

Le génie sort de la bouteille

11 mars 2011

Par Cédrik Turcotte Plus rien n’est gratuit par les temps qui courent : le prix de l’essence qui monte toujours et encore, celui des aliments de base qui ne cesse de grimper en flèche, Hydro-Québec qui « ajuste » le prix de l’électricité chaque année et, à mon grand dam, une pénurie de houblons a causé une augmentation du prix de la bière au cours de la dernière année. Hé oui ! On s’en prend même aux...

Journée mondiale de l’eau 2008

20 mars 2008

Par Nass, Myriam Minville et Christine Girard En 1993, les Nations unies ont institué la Journée mondiale de l’eau et depuis, elle est célébrée le 22 mars de chaque année. Cet événement rappelle à tous que l’eau est essentielle à la vie. En outre, des activités sont organisées partout dans le monde pour souligner la gestion durable, efficace et équitable des ressources en eau potable. Les mêmes Nations unies ont reconnu, en 2002, l’accès...

Condoms pour un plaisir plus équitable

11 février 2011

Selon Paris Match, « 4 milliards de préservatifs [sont] fabriqués chaque année ». Le condom demeure une méthode contraceptive de prédilection, puisqu’il protège efficacement contre les infections transmissible sexuellement (ITS). D’un autre côté, le latex utilisé est souvent le résultat d’une synthèse avec des agents de conservation, des arômes et des stabilisants chimiques, ce qui le rend non biodégradable. De plus, l’approvisionnement de cette matière première peut cacher des problèmes éthiques sachant que la principale...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+