Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les nerfs en sphère, la chronique d’un vert

Permettez-moi de vous présenter ma chronique « Les nerfs en sphère » ! Au cours de la session, je vous propose d’explorer divers sujets environnementaux sous un angle, disons, peu conventionnel. Au fait, vous aurez le droit à du mordant durable propre à l’attitude journalistique du Polyscope alors que je développe une opinion, en votre future compagnie, sur certains phénomènes inspirants et sur d’autres qui tapent tout simplement cés nerfs !

D’où provient le nom de la chronique ?

« Les nerfs en sphère » tente à la fois de saisir le caractère provocateur ainsi que le regard constructif qui jailliront de mes prises de position sur des sujets touchant à différentes sphères de la société. Bien entendu, je ne compte pas trop m’éloigner de l’environnement, mais sachez que d’autres facettes rentrent souvent en jeu. Par conséquent, je risque d’aborder des sujets tels que l’économie, la bienveillance universelle et mon préféré, soit la présence trop fréquente d’une cruche entre certaines paires d’oreilles. Enfin, concrètement, le nom de ma chronique provient d’une permutation poésique de l’expression « avoir les nerfs en boule » et, en complément, me permettra de plugger dans les lois de l’art des locutions ma foi originales comme « les nerfs en bicycle ».

PolySphère (le comité écolo étudiant) moralisera-t-il le lectorat ?

Bonne question, Polyscope ! Au fait, sachez, chers lecteurs, que je suis un dual en fragile équilibre entre ces deux comités. N’ayez craintes, par contre, puisque PolySphère, pour moi, est une porte d’éveil vers l’environnement pour les intéressés. Je veux partager cette valeur et non vous l’infliger. D’autre part, puisque je m’engage à ne pas vous moraliser, la balance du compromis est que vous assumez de voir le logo de PolySphère tout comme les glorieuses pages entre vos mains sont ferrées de celui du Polyscope. Placer ce logo sera d’ailleurs un outil intéressant pour remplir la demie page que je réserverai la semaine prochaine auprès du rédacteur en chef alors que je ne pourrai plus mettre un encadré pour expliquer ma chronique !

La balle est dans votre camp.

J’espère que vous me lirez et que je pourrai faire de même avec vous pour tous commentaires, discussions ou insultes.

Articles similaires

Le pont de la discorde

20 mars 2008

Le prolongement de l’autoroute 25 a refait surface dans les médias récemment. Trois groupes environnementaux, Greenpeace, Équiterre et le Conseil régional de l’environnement de Montréal, veulent faire arrêter les travaux de construction qui ont commencé depuis peu en faisant déclarer illégales la procédure suivie lors des audiences publiques du BAPE et l’adoption des décrets, le promoteur du projet ainsi que les impacts environnementaux liés à la construction et à l’exploitation du pont n’étant pas...

Les épiceries, des commerces verts ? Bullshit !

2 octobre 2009

Pourquoi tentons-nous de bannir les sacs en plastique dans les épiceries ? Pour être écologique, vous dites ? Bien franchement, tout cela n’est qu’un gros leurre puisque ces commerces demeurent une catastrophe environnementale et une source faramineuse de gaspillage. Je vous en prie : continuez d’amener vos sacs réutilisables, mais exigez que les supermarchés fassent des efforts à la hauteur de leur industrie. C’est le temps de leur lancer un message avant qu’elles s’enflent...

Je veux me torcher avec du papier brun !

30 octobre 2009

Un Américain nécessiterait 39 kg de papier de toilette par an pour assurer la propreté de ce qui inhume dans son intimité. Personnellement, je trouve que ça fait une méchante chiée de papier pour entretenir un péteux et ses alentours. Au fait, j’exagère, ça ne doit pas faire tant de rouleaux que ça si on tient compte du fait qu’une importante proportion de papier hygiénique est vendue en épaisseur multiple tout en étant imprégnée d’une...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.