Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Kyvox Technologies

Philippe Levesque et Virginie Simard se rencontrent à l’École Polytechnique en 2003, lors de leur maîtrise. Impossible de savoir à ce moment-là que cette rencontre serait, un peu plus tard, l’élément déclencheur de la création de leur future entreprise : Kyvox Technologies !

Un petit retour en arrière s’impose… Les parcours académiques de nos deux entrepreneurs étaient destinés à se croiser : Philippe étudie en Sciences de la nature au Cégep Lionel-Groulx avant de faire sa maîtrise à l’École Polytechnique et d’y entamer un doctorat en micro-électronique (en cours). Virginie, quant à elle, étudie aussi les Sciences de la nature, mais sur les bancs du Cégep de Ste-Foy. Elle s’installe ensuite à Montréal pour faire un baccalauréat et pour y compléter sa maîtrise… en micro-électronique ! En plus d’être membres du laboratoire de neurotechnologies Polystim, Virginie et Philippe font partie de l’équipe d’enseignement du cours Systèmes logiques II.

C’est en faisant un contrat de consultation pour systèmes ultrasoniques que Philippe recrute Virginie et que vient l’idée d’entreprise… En fait, pour être plus précis, les idées abondent ! Une fois mieux structurée, l’idée initiale prend forme (dont l’essence reste aujourd’hui confidentielle). La rédaction d’un plan d’affaires leur permet de réaliser que leur projet initial allait prendre une éternité à commercialiser, principalement à cause des homologations de Santé Canada. Qu’à cela ne tienne ! Entrepreneurs dans l’âme, ils s’adaptent et réutilisent pour une toute autre application la technologie qu’ils ont développée.

Depuis, les racines de Kyvox Technologies s’implantent. Après avoir emménagé dans les locaux du pré-incubateur Netpreneurship Bell du Centre d’entrepreneurship HEC-POLY-UdeM en 2007, Philippe et Virginie ont revu les étapes de R&D, réajusté leur stratégie pour une commercialisation plus rapide et estiment à encore quelques années de développement pour leur produit principal. Grâce à des contrats de consultation en R&D et la récolte de prix (le concours annuel Entrepreneurship & Innovation du Centre d’entrepreneurship en 2006 et le premier prix de 50 000$ dans le cadre des Bourses Pierre-Péladeau en 2007), les entrepreneurs arrivent à s’autofinancer sans avoir recours aux capitaux de risque.

Parmi les efforts continus pour mener à terme leur projet principal, Philippe et Virginie ont une quantité d’autres projets en tête, des projets plus réalisables à court terme. Par exemple, ils développent en ce moment un sous-produit : une carte contrôleur numérique générique dont ils ont – de toute façon – besoin ! La leur a ceci d’avantageux et de concurrentiel : dotée d’une performance de haut niveau, elle est beaucoup plus polyvalente que ce que l’on trouve actuellement sur le marché. En ayant ainsi trouvé un créneau où leur expertise comble une certaine zone grise dans le marché, ils visent à percer le marché des contrôleurs pour systèmes portatifs.

Comment perçoivent-ils leur avenir ? Ils se réjouissent à l’idée d’avoir, d’ici quelques années, une solide équipe R&D avec laquelle ils pourront développer de nouveaux produits et partager leur expertise en faisant du service-conseil. À plus court terme, leur carte contrôleur numérique devrait être en phase de pré-commercialisation au cours de l’hiver. D’ici quelques semaines, ils quitteront également les locaux du pré-incubateur afin de s’installer dans des espaces plus spacieux, dont la superficie leur permettra d’accueillir éventuellement une plus grande équipe.

Le mot de la fin… Quels sont les ingrédients de base au démarrage d’une entreprise ? Philippe et Virginie répondent en écho : la flexibilité dont les entrepreneurs doivent faire preuve, la capacité de s’adapter aux défis et la capacité de saisir des occasions d’affaires imprévues. La capacité aussi de gérer les difficultés et de prendre des décisions en conséquence.

Ils ajoutent, enthousiastes : « Le plan d’affaires bouge tout le temps ! C’est d’ailleurs comme ça que nous percevons notre avenir d’entrepreneurs… Une entreprise, c’est vivant ! »

Mots-clés : Entrepreneuriat (16)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Après une première année à Poly, je ne demande pas la perfection

11 septembre 2015

En tant qu’étudiant à Poly, je suis exposé aux mêmes faits que mes collègues. Je parle par-là des examens intras et finaux, des laboratoires, des rapports à remettre, l’utilisation de Moodle et du dossier Web Étudiant notamment. Toutefois, notre singularité nous amène à percevoir ces événements de façon plus ou moins différente par rapport à quelqu’un d’autre. Or, dans cette chronique, je vais tenter de faire part de mes doléances, suite à ma première année...

Démission à L’AEP

11 septembre 2009

Richard Bourret-Beauregard est entré à Polytechnique en automne 2006, dès sa première année, il intègre (un choix logique, dira-t-on) le comité Allo-Poly, comité spécialiste des shows d’humour. Son acolyte (à Poly et dans la vie), J-S, joint le comité aussi. Richard s’est distingué grâce à son fameux costume orange d’astronaute et par celui de Becky la bergère. Costumes qu’il arbore fièrement à même ses périodes de cours. L’année suivante, il est devenu directeur de...

She Wants Revenge à Montréal

9 octobre 2009

Dans le cadre de sa tournée nord-américaine, le groupe californien She Wants Revenge a prévu deux concerts au Canada. Le 26 septembre dernier, il jouait sur la scène du National devant une salle pleine. La première partie du spectacle était assurée par Kill Hannah, qui célébrait le lancement de son nouvel album. Groupe de rock alternatif de Chicago, il a enregistré son premier album For Never and Ever avec le producteur de Marilyn Manson...