Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Cocktail de la semaine

J’adore l’émission britannique Top Gear. Rien n’est plus amusant à mon avis que d’entendre trois présentateurs excentriques démolir une voiture particulière (parfois littéralement). J’adore également leurs exploits extravagants. Lors d’une émission, ils sont allés au Pôle Nord dans un pick-up Toyota. Au cours de cette même expédition, 2 d’entre eux sont même allés jusqu’à prendre un gin tonic tout en conduisant!1 C’est donc un peu en leur honneur que cette chronique portera sur des cocktails à base de dry gin, un spiritueux aussi britannique que ces 3 joyeux lurons.

Gin Tonic

Tellement facile à réaliser que même un enfant de 4 ans serait capable de le faire (quoique ce n’est pas recommandé). Dans un verre highball, versez 2 onces de dry gin, ajoutez 5 ou 6 glaçons, et remplissez (lentement) le verre de soda tonique (i.e. Canada Dry). Complétez en ajoutant un quartier de lime sur le rebord du verre.

Gin Fizz

Similaire au Gin Tonic, mais à mon avis, il est moins sec et plus facile à boire. Donc, dans un shaker, introduisez quelques glaçons, 1½ oz de dry gin, 2/3 d’once de jus de citron, et 2 cuillères à thé de sucre à fruits (un type de sucre qui se dissout facilement dans l’eau froide). Brassez vigoureusement et versez dans un verre highball. Versez de l’eau minérale pétillante (i.e. Perrier, San Pellegrino, etc.) et ajoutez une rondelle de citron dans le verre. Et s’il-vous-plait, enlevez l’étiquette du citron au préalable.

Gin Citrus

Comme le nom l’indique, ce cocktail est tout indiqué pour ceux qui aiment les agrumes. Remplissez un shaker de glace jusqu’aux 2/3 et versez 1½ oz de dry gin, ½ oz de jus de lime et 1 oz de 7up (ou du Sprite, c’est selon). Brassez le shaker, et avec une passoire à glaçons (strainer), servez dans un verre à cocktail que vous aurez préalablement refroidi (i.e. vous mettez de la glace durant la préparation et vous videz le verre quand vient le temps de verser le mélange). Un zeste de lime comme décoration est très élégant.

Rayon d’agrumes

Peut-être le plus sucré des 4 cocktails; en tout cas, on a ici a une bonne dose de vitamine C … Donc, dans un shaker rempli de glace jusqu’aux deux-tiers, incorporez 1½ oz de dry gin, ½ oz de jus de citron, 3 oz de jus d’abricot, ½ oz de liqueur d’agrumes (i.e. Cointreau) et quelques gouttes de grenadine. Brassez le shaker, et filtrez son contenu avec le strainer dans un verre highball contenant quelques glaçons. Finalement, échappez quelques cerises au marasquin dans le verre et ornez le rebord du verre d’une rondelle de citron.

Erratum

À cause d’une erreur de montage la semaine passée, on ne pouvait pas lire la fin de la dernière phrase de ma chronique. Voici ce qu’on aurait dû lire : « […] on remplace l’olive par une cerise. » Mes sincères excuses.

Mots-clés : Cocktail Hebdo (13)

Articles similaires

Cocktail de la semaine

20 mars 2008

Depuis le début de la civilisation (c.-à-d. quand les Russes ou Polonais inventèrent la vodka, qui signifie petite eau en russe ou polonais), l’être humain se pose des questions existentielles, surtout lors de lendemains de veille : Où suis-je? J’ai fais quoi? Que vais-je faire? Pourquoi est-on trois dans le même lit? Il s’est également questionné de quelle manière il pourrait utiliser la vodka restante dans la bouteille déposée à côté de la toilette...

Cocktails de la semaine

31 octobre 2008

Et merde, l’Halloween n’est même pas commencé qu’il commence à neiger. Toutefois, une étudiante en échange qui vient souvent au Polyscope m’a dit mercredi que c’était la première fois qu’elle voyait de la neige à Montréal. Crois-moi, ma chère, ça ne sera pas ta dernière… Je ne crois pas que tu seras aussi optimiste quand une tempête couvrira la métropole de 2 pieds de neige. Par ailleurs, ne trouvez-vous pas cela bizarre que les...

Cocktail de la semaine

3 octobre 2008

Je ne sais pas si vous suivez l’actualité ces temps-ci, mais ce n’est pas trop réjouissant. D’abord, l’économie américaine a effectué un magnifique plongeon dans les abysses : aux Olympiques, les juges auraient accordé un 9, mais ça c’est plutôt traduit par un -777.68 au Dow Jones. Ailleurs dans le monde, certains individus ayant trop regardé la trilogie Pirates des Caraïbes (j’ai toujours su que Disney avait une mauvaise influence) ont pris la décision...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Mon parcours au Scope: de photographe à journaliste

9 septembre 2011

  Nous avons tous une manière différente d’entrer dans un comité. Je suis rentré au polyscope au début de ma première session. Comme chaque nouveau, j’étais emerveillé par la vie étudiante de Poly. Je ne connaissais pas encore tous les engrenages des comités et pourtant je voulais tout faire. Pourtant ce n’est pas vers le polyscope que je me suis tourné en premier. Peut-être comme vous, je n’avais pas l’âme d’un journaliste. Je suis...

Après une première année à Poly, je ne demande pas la perfection

11 septembre 2015

En tant qu’étudiant à Poly, je suis exposé aux mêmes faits que mes collègues. Je parle par-là des examens intras et finaux, des laboratoires, des rapports à remettre, l’utilisation de Moodle et du dossier Web Étudiant notamment. Toutefois, notre singularité nous amène à percevoir ces événements de façon plus ou moins différente par rapport à quelqu’un d’autre. Or, dans cette chronique, je vais tenter de faire part de mes doléances, suite à ma première année...

Les modes de contributions alternatifs

7 novembre 2008

Par Patrick Couture, Vice-président à l’externe de l'AEP Depuis quelques temps, on entend de plus en plus parler de remboursement post-études, d’impôt post-universitaire, etc. Ces modes de contribution que l’on appelle alternatifs sont maintenant au cœur de plusieurs discussions dans le monde de l’éducation. D’abord, il est important de se mettre en contexte et de se rappeler que l’on chiffre le sous-financement du réseau universitaire québécois à environ 400 millions. Ce montant est calculé...