Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le héros du mois

Bon avant de parler de ton exploit, parle-nous de toi ?

Je suis étudiant en génie électrique à l’École Polytechnique.

Une question que tout le monde se pose, quelles ont été tes motivations ?

Moi je trouve qu’il faut une sacrée dose de courage pour faire ce que tu as fait.

Il s’agit d’une manifestation pacifique contre le mouvement pudique de ces deux dernières décennies, un peu inspiré par « l’incident » lors du spectacle du Superbowl en 2004. Je trouve cela incompréhensible que le meurtre et la violence soient des phénomènes valorisés dans notre société, alors que le corps humain et la sexualité sont des sujets tabous. Ça fait déjà quelque temps que je pensais faire un coup d’éclat et les conditions au dernier match étaient idéales : il n’y avait presque pas de gardes de sécurité autour du terrain et j’ai eu un bon coup de pouce de tout l’alcool ingéré durant le tailgate d’avant-match.

Après avoir fait ton show sur le terrain, que c’est-il passé ?

J’ai bousculé quelques gardes à l’extérieur du terrain mais il y en avait plusieurs qui m’attendaient près de la sortie et je suis tombé dans le piège. Les gardes m’ont ensuite escorté à l’extérieur du stade en attendant les policiers. Deux policières sont venues me chercher. J’imagine qu’elles s’attendaient à un hooligan puisqu’elles étaient vraiment irrespectueuses et elles me traitaient comme si j’étais un criminel. J’ai même eu le droit à une fouille ! Ensuite, elles m’ont monté à l’arrière de l’auto. On est resté là pendant plus ou moins une heure, puis elles m’ont laissé filé deux coins de rue plus loin en m’avertissant de ne pas retourner au stade.

Sais-tu que ta photo dans ce journal est publiée à 3000 exemplaires et distribuée sur tout le campus de l’UdeM ?

Du coup, peut-être que ça fera avancer la situation à l’École Polytechnique ? Je parle bien sûr du déséquilibre entre le nombre d’hommes et de femmes. Allez les filles ! Il y a quand même quelques mecs intéressants à Poly !

Est-ce que des gens te reconnaissent déjà dans la rue et sur le campus ?

J’ai eu droit à quelques clins d’œil au lendemain du match. Je ne sais pas si c’est dû à ma performance de la veille.

Un mot pour la fin ?
Je voudrais noter que les spectateurs, qui pour la majorité étaient des jeunes étudiants, ont vraiment apprécié le spectacle, ce qui est encourageant. Les mœurs des générations précédentes sont donc en déclin.

Je voudrais aussi mentionner que je n’ai pas réussi à avoir un de ces porte-buck bleu des Carabins qui étaient distribués lors du tailgate d’avant-match. I want one ! Donc si quelqu’un voudrait bien me donner le sien, je lui serais vraiment reconnaissant.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.