Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Une messe auprès de la Mistress

Nouvelle sortie dominicale sur les champs du Piknic Électronik en ce dimanche 6 septembre. L’île St-Hélène offre un cadre idéal : soleil de plomb sur ciel bleu clair et foule rassemblée pour venir entendre les beats des DJs présents pour l’occasion. Après les représentants du label britannique Ninja Tune la semaine passée, ce sont Roméo Kardec, Pfreud et Misstress Barbara qui reprennent les rênes en cette chaude soirée de fin d’été.

Pour les néophytes, le Piknic Électronik, c’est le rassemblement des amateurs de tous âges de musique électro et de ses dérivées, dans une ambiance à l’opposé du snobisme des grandes boîtes de nuit, avec en arrière-plan la ville de Montréal par delà le fleuve St-Laurent. Les spectateurs sont invités à apporter leurs propres consommations (en autant que les bouteilles ne soient pas en verre), et les fameux hot-dogs rassasient jusqu’à la faim la plus tenace (à essayer : un William suisse). Tous sont conviés : gros, petits, blondes plantureuses, couples, photographes, célibataires, enfants et animaux de compagnie. Ils sont tous invités à rejoindre la piste de danse sous la statue de L’Homme, en face de la tente réservée aux DJs, pour prendre part à la fête.

Car ce n’est pas dans un cadre élitique, ni même hypster, que vous êtes invités. Sans se prendre la tête, les corps bougent au rythme parfois endiablé, parfois plus lent, souvent complètement envoûtant et hypnotisant. Roméo Kardec et Pfreud mènent le jeu dès l’ouverture et réussissent à faire sortir les spectateurs de la torpeur de ce long weekend. Le premier présente ses rythmes au style issu d’un mélange de tech-house et d’électro, le second réussit à mixer des sons avant-gardistes avec des sons plus classiques (dont une reprise de la chanson Métal, du groupe Soupir, tout droit sortie des années 80 ; « je verse des larmes de métal… »). Certains parmi les amateurs se promènent le long de la berge du fleuve, d’autres profitent du beau temps pour bronzer sur le gazon, à portée de tympan de la scène.

Néanmoins, à 18h, la foule se met à crier. Elle se rassemble, devient de plus en plus compacte et se met à vibrer frénétiquement. Il n’y a pas de doute, la Misstress est arrivée parmi nous. Misstress Barbara sera ainsi maître de tous, et ce jusqu’à la tombée de la nuit. Plus personne n’osera fouler le sol hors de la piste de danse, non, chacun veut assister à son « récital », prêchant ainsi pour le rythme, la danse et la musique, qui selon elle serait « groovy, techy et minimal ». L’ambiance est à son comble, restera ainsi jusqu’à la fermeture. Les spectateurs se laissent porter au son de ses arrangements musicaux, Shake your body devenant le nouveau mantra de tous.

Les Piknic sont des évènements qui ont su marquer l’été montréalais. Il reste encore quelques-uns de ces rassemblements que tous devraient connaître, alors, sortez vos moves les plus funkys de votre garde-robe polytechnicien, et n’attendez pas un seul instant de plus pour vous y précipiter un dimanche après-midi. La session sera longue, alors autant faire le plein d’énergie avant l’arrivée de l’hiver.

Le Piknic organise une tournée au Québec dans le but de démocratiser la musique électronique à l’échelle de la province (voir article de Philippe Sawicki, Polyscope du 4 septembre dernier), ainsi que plusieurs évènements de importants au cours de l’année, dont les très populaires fin de semaines de l’Igloofest au cours des mois de février et mars. Danser à -20 degrés, sous la neige et parmi une foule complètement déjantée qui revêt pour l’occasion leurs plus beaux suits de ski tout droits sortis des grandes tendances des années 80-90, il n’y a rien de mieux pour chasser l’hiver de l’esprit collectif !

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à aller chercher des renseignements sur le site Internet :
www.piknicelectronik.com. Le prix d’entrée pour la journée est de 10 $, payable à l’entrée du site de l’Île St-Hélène.

Prochaines rencontres dominicales :

13 septembre :

  • DJ Mini (Canada)
  • Sascha Funke (Danemark)
  • Paul Kalkbrenner (Danemark)

20 septembre :

  • DJ Hosta (Canada)
  • Komodo (Canada)
  • Skream (Royaume-Uni)
  • Benga (Royaume-Uni)

27 septembre :

  • Dusty Kid (Italie)
  • Bender (Canada)
  • Michel Lloyd (Canada)
  • Green & LaTeez (Canada)

4 octobre (sur la scène de POP Montréal) :

  • Zombie Disco Squad (Royaume-Uni)
  • Mike Simonetti (États-Unis)
  • DJ Valeo (ex-Khiasma, Canada)

 




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+