Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Sortir pendant l’automne à Montréal

Généralement, la fin de l’été déprime la plupart des étudiants.
Certains abandonnent en pleine session par manque de passion, d’autres triment dur et s’éreintent après quatre mois passés à la chandelle à lire les notes de cours. Je dis généralement, car Montréal regorge de surprises au cours de la session d’automne, moments parfaits pour couper dans une session trop intense et occasions idéales pour faire des découvertes culturelles tant au niveau musical que cinématographique. Le Polyscope vous présente deux des évènements qui retiendront l’attention des journalistes et chroniqueurs en culture au cours des mois à venir.

Côté musical : POP Montréal

POP Montréal, c’est l’orgasme musical que les oreilles attendent après une année d’abstinence. Du 30 septembre au 4 octobre, les bixis seront vos meilleurs amis pour vous déplacer entre deux concerts de la Sala Rossa au
National, en passant par le Métropolis, le
Club Soda, La Tulipe et de nombreuses autres scènes.

De gros noms de la scène seront présents lors de l’édition 2009 du festival, tout en y mêlant des groupes qui se grefferont aux artistes invités. Les Fever Ray, Diamanda Galas, Os Mutantes,
Butthole Surfers, Poirier, DJ/Rupture
et Bajofondo figurent parmi l’immense programmation proposée.

Après quelques concerts, vous pouvez toujours vous reposer les tympans et vous arrêter quelques heures au Symposium, volet plus « sérieux » du festival, où seront présentées au centre culturel du Mile End des conférences sur « l’utilisation de la musique, de la culture et de la créativité dans l’optique d’apporter une pensée critique à l’art et de le créer. »

POP Montréal est un évènement à ne pas manquer, une bière à la main, les pieds dans les pédales de vélo, vos hanches n’arrêteront pas de
shaker ; mais quelle occasion unique de découvrir ou de profiter (pour les connaisseurs) de Montréal !

Côté cinéma : FNC et Kabaret Kino

Une fois POP Montréal terminé, une autre date est à encercler dans le calendrier de tout bon étudiant universitaire.
Au coeur de l’automne, caché dans la noirceur et la fraîcheur des salles de projections, existe un festival des plus dynamiques et culturellement avantgardiste.
Du 14 au 25 octobre prochain se déroulera le 38e Festival du Nouveau Cinéma, rendez-vous à ne pas manquer pour dix jours intenses où la caféine sera votre seule alliée dans cette aventure cinéphile.

Le principe est simple, toute la journée, plusieurs cinémas montréalais, et surtout les deux salles de l’ex Ex-Centris,
le Cinéma Parallèle, l’Impérial et la Cinémathèque Québécoise proposent une programmation originale et novatrice sans interruption. La particularité du festival ? Tous les films sont issus du dernier cru des réalisateurs au cours de la dernière année.

L’édition précédente fut qualifiée de mémorable et de franc succès. 100 000 visiteurs, plus d’une centaine de films issus de toutes les régions du monde et une effervescence palpable entre les rues St-Laurent, le Quartier des spectacles et le centre-ville. Il faut dire que la programmation avait de quoi donner envie : Valse avec Bachir
(Israël), Entre les murs (France), Still Orangutan (Brésil), Flame and Citron
(Danemark), RIP : a remix manifesto
(Canada)…

En parallèle, Kino présentera son
Kabaret Kino pendant la période du FNC
dans le cadre de leur dixième anniversaire.
Du 8 au 17 octobre, la ville sera envahie par les kinoïtes, réalisateurs de court-métrage tout-terrain, scénarisant, jouant, réalisant et produisant leurs films en moins de deux jours.

En 8 jours, ce seront plus de 60 films qui seront menés à terme, dans une ambiance où le sommeil sera rare et les cernes profonds. Cinquante réalisateurs venus de France, d’Allemagne, d’Angleterre, d’Autriche, des États-Unis, d’Australie et du Québec pour en peu de temps et à un rythme effréné ces court-métrages drôles, touchants et techniquement réussis.

L’automne à Montréal ne veut pas nécessairement signifier que l’on va passer quatre mois cloîtré chez soi, ces deux festivals sont un petit échantillon de ce qui se passera en ville dans les semaines à venir, alors je n’ai qu’une chose à dire : fermez les livres, et profitez des spectacles montréalais !

Liens utiles pour toute programmation qui se respecte :

 




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.