Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Quitter Charlène

Charlène vous a dans la peau, vous vivez à travers elle, en son sein, elle vibre à travers vous, mais vous ne vous en rendez pas compte, sauf au moment de la quitter. Charlène, comme l’a si bien dit un confrère lors de l’édito du second Polyscope d’été, c’est notre maîtresse à nous tous, polyscopiens.
Charlène, c’est Montréal, ses rues aux boutiques entassées et bariolées de graffitis sur Bernard Ouest, l’Île Ste-Hélène et ses concerts électroniques, la nouvelle Place des Arts qu’il faudra accueillir avec tendresse, c’est les glaciers ouverts même l’hiver, les bars qui ouvrent en plein après-midi et qui vous relâchent au milieu de la nuit aussi imbibé qu’un baba au rhum peut l’être, les passants qui défi ent les voitures en pleine rue, rues qui deviennent calmes et désertes la nuit, laissant la place aux néons de St-Laurent, c’est aussi des boutiques de livres d’occasion, des friperies, un marché Jean-Talon côtoyant la petite Italie, un quartier chinois effervescent remplie de Bubble Tea douteux, c’est POP Montréal et le Festival du Nouveau Cinéma sur St-Laurent en automne, c’est la neige en hiver, le froid et les coups de vent à vous geler les os malgré la chapka russe et le manteau en peau d’orignal, et c’est le printemps qui revient, qui revient après la nuit blanche, l’Igloofest, et rapporte son lot de spectacles, de sorties, de festivals, de concerts…

C’est plus dur que je ne l’aurai cru de quitter la ville. Je me suis dit :
« Bah, penses à ceux qui sont en cours de démarche d’échange, ou bien aux joies que peuvent ressentir les braves étudiants en cours de champs électromagnétiques, est-ce que tu veux rester pour ÇA ? ».
Finalement non, je préfère de loin partir cette année, certes étudier, mais profiter d’une année complète de voyages à travers l’Europe aux quêtes de découvertes musicales, artistiques, cinématographiques, éthyliques, étudiantes-en-échangiques…
Mais quand même, c’est plus dur que je pensais de rompre le lien avec la ville.

Histoire de prendre un dernier bol d’air plein la tête pour cette dernière semaine, mes quelques heures se partagent entre les Piknic Électronik,
les projections en plein air du Festival des Films du Monde (organisation qui laisse à désirer, mais films à voir), déambulation dans le Mile-End en quête d’un thé la nuit, arrêts obligatoires aux Distilleries et Dieu du Ciel de cette ville, petit déjeuner à Beauty’s sur Mont-Royal (meilleur petit déjeuner de la ville, à y aller en matinée absolument), et bien sûr les divans du Polyscope, où ces belles pages vous sont livrées à chaque semaine.

Ne restez pas enfermés cette session (ni la suivante). Notre ville offre tellement de possibilités, elle procure un sentiment de liberté quasi exceptionnel à qui veut bien l’apprivoiser et la découvrir. Montréal, ce n’est pas juste la rue Crescent, la place Jacques Cartier du Vieux Port et le Mont Royal, c’est surtout des quartiers cachés, loin du clinquant des projecteurs qui n’attendent que votre visite pour vous faire vivre une expérience qui restera gravée en vous. Sortez des gyms, allez courir dehors ; arrêtez le bus, vive le Bixi ; stop à Facebook, et sortez votre appareil photo dans la ville ; sus aux clubs, sortez dans les bars ! Croyezmoi, Montréal est une ville formidable, et elle n’attend que vous, que vous sortiez un peu votre tête de vos équations pour exploser culturellement.

Quitter Charlène, c’est dur, mais je me dis que je devrais découvrir une autre amante l’année prochaine, la belle Prague, et peut-être aussi me réservera-t-elle des surprises que je n’aurais pas imaginées avant mon départ ? À l’année prochaine Montréal, et à dans une semaine pour de nouvelles aventures européennes, cette fois au bord du lac Léman, entre la France et la Suisse, en attendant l’arrivée en Tchéquie.

Mots-clés : En échange (21)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Bain à remous pour le Beach Party

15 janvier 2010

Vous l’avez peut-être lu dans les pseudos de vos amis, vous êtes sûrement inscrit à son évènement sur Facebook, je vous parle évidement du génial Beach Party de l’École Polytechnique. Mais les derniers évènements en date me font penser que cette année, le ratio homme/femme ne sera pas très avantageux. Deux années se sont écoulées depuis le dernier Beach. Et pourtant il s’en est passé des choses en deux ans. Le Beach de cette...

L’Amour qui tue

15 septembre 2006

L’amour passion. Le vrai. Celui qui vous consume, celui qui vous meurtrit chaque jour à petit feu. Peut-être l’avez-vous rencontré, peut-être pas. Apparemment, Alexandre Dumas fils, lui, l’a connu. Ou du moins, en a-t-il fait une histoire fabuleuse, récupérée et adaptée par René De Ceccatty et présentée au TNM en ce nouveau début de saison culturelle. La semaine dernière, j’avais donc la chance d’assister à la flamboyante pièce de théâtre La Dame Aux Camélias....

La boucle est bouclée

5 février 2010

En programmant Tosca, l’Opéra de Montréal fête un anniversaire aux allures de maturité. C’est en effet avec ce même opéra que la salle Wilfrid-Pelletier a été inaugurée il y a 30 ans, en octobre 1980. Entretemps plus de 900 représentations de 90 opéras y ont été données, dont une cinquantaine de nouvelles productions, un accomplissement remarquable pour « la promotion de l’art lyrique » qui est la mission de l’Opéra de Montréal. Mais Tosca...