Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le FIL célèbre ses 15 ans !

Le Festival International de Littérature a dévoilé ce mardi la programmation de sa 15e édition. Ce festival, qui marque la rentrée littéraire, se déroulera du vendredi 18 au dimanche 27 septembre. Pendant 10 jours, ce sont plus de 200 écrivains et artistes qui vont lire, jouer ou encore chanter des textes de tous genres confondus.

Cette 15e édition rend hommage à Gabrielle Roy, Boris Vian et Nathalie Sarraute. Pour le 100e anniversaire de la naissance de Gabrielle Roy, le spectacle La Détresse de l’Enchantement sera joué, mettant en scène les mots de cette écrivaine. Pour le 50 ans du décès de Boris Vian, l’exposition Je ne voudrais pas crever de Boris Vian vu par 20 artistes contemporains rassemble les œuvres d’illustrateurs québécois et français inspirés des poèmes de Vian. Pour l’ouverture de cette exposition, la Horde Vocale, un ensemble de trente choristes proposeront un récital a cappella de chansons de Boris Vian. Pour les 10 ans de la disparition de Nathalie Sarraute, une projection de documentaire ainsi qu’un spectacle consacré à l’œuvre de l’un des plus grand écrivains sont au programme.

Le FIL, c’est aussi la rencontre entre la littérature et d’autres domaines culturels. Cette année, Stephan Eisher et Philippe Djian se réunissent pour un concert littéraire et proposent « une promenade au sein de leur répertoire de mots communs ». Le comédien Jean-François Casabonne et la danseuse Geneviève La s’unissent dans Musica noctura / La nuit sera courte, une soirée de danse, de théâtre et de poésie consacrée aux mots de Catherine Lalonde. Une soirée dub et littérature sur le thème du cirque est également au programme, avec la présence de trois membres fondateurs des 7 doigts de la main.

Retrouvez toute la programmation sur le site du festival :
www.festival-fil.qc.ca.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.