Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

The Dead Weather

Il y a de ces artistes qui ne semblent heureux qu’au travail, un peu comme ces geeks de génie info qui font une crise d’anxiété s’ils n’ont pas un ordi à portée de main. Jack White fait certainement partie de cette catégorie. Entre quelques tournées avec The Raconteurs, et après s’être vu offrir la chance de composer la pièce titre du dernier James Bond – on doute encore que le duo avec Alicia Keys fût vraiment une bonne chose – le guitariste, et maintenant producteur, nous arrive cette année avec son troisième band, The Dead Weather. Formé de White lui-même à la batterie, du bassiste Jack Lawrence (The Raconteurs), du guitariste Dean Fertita (Queens of the Stone Age) et de la chanteuse Alison Mosshart (The Kills), disons que l’alignement du groupe a de quoi faire rougir. Leur premier album, Horehound, a été lancé cet été par la maison de disque Third Man Records, menée par Jack White (oui oui, encore lui), après plusieurs mois d’attente par les fans sur le web, et plusieurs chansons rendues disponibles en exclusivité sur iTunes.

Pas surprenant donc que le groupe n’ait eu aucune difficulté à remplir L’Olympia de Montréal, à peine quelques jours après la sortie de ce premier opus. C’est que chacun de ces musiciens de qualité, qui font tous dans le rock-garage, a déjà plusieurs admirateurs. Et Monsieur White…n’en parlons même pas ! Tout de même, il fallait être là pour voir ces bêtes de scène se donner corps et âme sur des chansons tantôt très trash, tantôt plutôt blues-grass, toutes liées par cette guitare sale. La chanteuse Alison Mosshart, fidèle à son habitude, a semblé danser avec le diable toute la soirée, rajoutant une touche « death » à tout cet amalgame. L’album est excellent, et se retrouvera sans contredit dans les compilations des meilleurs disques de l’année, mais sur scène, le groupe prend véritablement une tangente rock-métal qu’il vaut mieux aller voir les cheveux longs, pas lavés de préférence !

Ayant encore un peu de temps à consacrer au réalisateur Davis Guggenheim (An Inconvenienth Truth), Jack White fera prochainement l’objet d’un documentaire sur l’histoire de la guitare électrique, avec Jimmy Page (Led Zeppelin) et The Edge (U2). Centré sur les carrières de ces trois légendes du rock, le documentaire racontera l’histoire personnelle de chacun d’eux, à travers leurs propres récits et performances. On y verra comment chacun d’entre eux est arrivé à développer son propre style, et Jack White nous présentera quelques guitares qu’il a lui-même inventées ! À ne pas manquer !

Mots-clés : Musique (217)

Articles similaires

Keane, un concert parfaitement symétrique

25 septembre 2009

Vous connaissez l’expression « Garder le meilleur pour la fin » ? C’est en tout cas ce qu’a fait le groupe anglais Keane. Pour clôturer sa tournée mondiale, Perfect Symmetry, qui a duré une année complète, le groupe de quatre a donné une représentation inoubliable au Métropolis le dimanche 20 septembre. La soirée débute assez tôt par la prestation enjouée de Lindi Ortega, qui ne manque pas de donner un avant-goût à la soirée qui s’ensuit. Elle...

Mission accomplie

20 août 2010

Le nom de Boogat existe depuis un certain temps déjà dans le monde québécois de la musique. Il a déjà signé quelques albums, entre autres Patte de Salamandre, accompagne plusieurs artistes et il est aux côtés de Ghislain Poirier comme MC lors de ses performances depuis un moment déjà. Il restait par contre relativement dans l’ombre de Face-T qui interprétait les hits plus connus du « roi d’la bass ». C’est sur le dernier album de...

Berlioz à l’OSM

25 septembre 2009

Requiem, ou Grande Messe des morts, de Hector Berlioz, œuvre choisie pour inaugurer la 76e saison de l’Orchestre Symphonique de Montréal. Première le 8 septembre 2009, dirigée par Kent Nagano, avec Michael Zaugg, chef de chœur invité et Michael Schade, ténor. Ce Requiem de Berlioz (1803 - 1869), initialement commandé pour rendre hommage aux victimes des 3 Glorieuses de Juillet 1830 (insurrection à Paris, pour chasser le roi ultra-conservateur Charles X), fut interprété pour...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.