Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le mot des directeurs

Le duo Chocolat-Vanille de la direction du Polyscope de cette année (surtout Vanille en fait, puisque c’est elle qui l’a écrit) tient à souhaiter la bienvenue, bien sûr, à tous les nouveaux étudiants de Poly, mais aussi à toutes les vieilles croûtes de deuxième année et plus qui reviennent dans notre superbe établissement couleur saumon et vert fluo, choisissez votre pavillon favori. Car oui, quelle meilleure façon de débuter l’année scolaire qu’en renouant avec des souvenirs refoulés des années précédentes, d’un tel prof, d’un griffonnage sur un bureau pendant un cours qui semblait particulièrement long ou de l’unique fille (ou la dizaine de gars) cute dans votre cours de maths de la session d’hiver.

Bref, assez de nostalgie.

Les anciens me pardonneront de parler un peu du Polyscope pour ceux qui ne le connaissaient pas il y a à peine quelques minutes de cela (et qui ont été attirés par le titre, ma foi, accrocheur de l’article).

Le Polyscope donc, c’est votre journal étudiant. Je dis « votre » bien sûr, car il n’en tient qu’à vous d’y ajouter la touche qui y manque, et je ne parle pas de remplir les trous du sudoku de la page 12. Le numéro normal présente, en plus de la section vie étudiante, du sport, de la culture, des voitures, de l’alcool et des chroniques diverses que vous pourrez parcourir entre deux clics sur Facebook.

Que vous soyez un hobbit, un évadé en fuite, un peu saoul, un fan de Star Wars, un membre de PolyPhoto ou même un étudiant en génie industriel, on est toujours intéressés à entendre de nouvelles idées d’articles, de chroniques et de dossiers de votre part. Les réunions du mercredi 18h sont, beau temps mauvais temps, ouvertes aux apprentis journalistes, correcteurs, monteurs et squatteurs. Les maudits Français(es) du comité (et les 2-3 Québécois(es)) vous accueilleront à bras ouverts dans le somptueux local (C-214) orange telle une veste d’Austin Powers (gracieuseté d’Allo-Poly), que vous soyez d’ici, d’ailleurs ou même de plus loin. Pas de discrimination, on aime tout le monde.

Car, non seulement le Polyscope vous offre-t-il l’opportunité de boucher les quelques dernières périodes libres de votre horaire qui auraient dû (dans un monde de conte de fées) revenir à de l’étude, mais en plus, on peut y apprendre un tas de choses. Par exemple, comment utiliser InDesign pour monter une page de journal, comment accorder un participe passé pronominal ou comment réussir à avoir une entrevue avec la chef du parti de l’opposition officielle du Québec (notre grande amie Pauline Marois). Le tout en agréable compagnie, une bière et un sac de chips à la main, bien calé dans le divan (pas trop, sinon ça devient difficile de s’en extirper). Il ne reste plus qu’à attendre le vendredi matin pour pouvoir relire sur du papier à l’encre encore fraîche l’article monté la veille, pendant que votre professeur d’équations différentielles parle de quelque chose qui semble intéressant à ceux de la première rangée.

Le traditionnel numéro 0 que voici vous présentera, chers nouveaux et nouvelles, le Polyscope-encyclopédie, soit un résumé (en images et en articles culturels) de ce qui s’est passé pendant l’été pour l’équipe, et aussi de ce qui s’en vient pour vous : la semaine d’initiation et la présentation de différents comités qui vous ouvrent leurs portes. Vous pouvez donc le garder au fond de votre sac entre vos cours et le ressortir au besoin pour admirer sa cover aguichante et, au passage, relire l’heure du Rallye des brasseries ou la date d’incription pour la Virée en région.

Chaque vendredi donc, vous pourrez retrouver votre dose d’articles toujours pertinents et parfois à la limite des poursuites judiciaires (surtout ceux de Jef) dans les supports (racks, pour les vrais Québécois) à journaux près de chez vous, dose tout juste arrivée de chez l’imprimeur et distribuée avec amour par les membres bénévoles du comité.

L’invitation est lancée !

Mots-clés : Mot des dirlos (3)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Petit précis de littérature tchèque

20 août 2010

La littérature tchèque est sans contredit un des derniers sujets auxquels vous auriez pensés en prenant les pages de votre journal. Certes être dans une école d’ingénierie ne signifie pas nécessairement se fermer l’esprit, et c’est dans cette optique que je vais tenter de vous faire découvrir deux livres marquants de la Ceska Republika. Au cours de mon dernier échange universitaire en Europe, mes amis de Prague m’ont conseillé deux livres, le Brave soldat...

Engagez-vous qu’ils disaient

25 août 2006

Te voilà, nouveau ou polytechnicien aguerri, à l’aube d’un choix des plus décisifs, celui du comité dans lequel tu vas t’impliquer en ce début d’année. Je me mets à ta place, tu te dis peut-être que ce n’est pas pour toi, que tu n’as pas la fibre journalistique, et pourtant, pas besoin d’être un prétendant au Pulitzer pour intégrer le Scope, il faut juste de la bonne humeur et l’envie de partager quelque chose...

Fous de génie

26 août 2008

Vulgariser la science aux enfants : c’est l’ambitieuse tâche que ce sont donnés 11 étudiants de Poly cet été. Le défi était double puisqu’en plus de gérer des enfants en bas âge, il fallait leur inculquer des concepts scientifiques sans qu’ils aient l’impression d’être à l’école. Au vu des petits yeux brillants de mon cousin de 11 ans qui m’expliquait comment faire du béton, Folie Technique relève largement le défi. Il fallait être présent...