Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

M pour Montréal

Alors que la plupart des Polytechniciens bûchaient sur leurs travaux de fin de session, un festival underground d’envergure internationale prenait place au cabaret du Musée Juste pour Rire à la fin du mois de novembre : M pour Montréal. Véritable vitrine pour les groupes émergeants de notre scène locale, le comité organisateur de cette 3e édition a sélectionné 21 groupes (16 de Montréal, 5 de Toronto) qu’il jugeait prêts à être exportés. Des invitations ont ensuite été lancées aux organisateurs de festivals européens et américains, ainsi qu’à des journalistes de partout dans le monde. C’est comme ça que s’est retrouvé sur place le Polyscope (!), pour couvrir deux intenses soirées de spectacles qui nous ont fait découvrir ce que la scène montréalaise a de mieux à nous offrir ces temps-ci. Deux soirées intenses, oui, au rythme de 25 minutes par prestation, entrecoupées de nombreuses pauses cigarette (par un froid à s’en briser les os) et de plusieurs bière. Voici donc les groupes qui ont le plus marqué votre journaliste, et qu’il faudra surveiller en 2009…

 

Woodhands

Je dois avouer que j’avais un faible pour ce duo torontois depuis que j’avais entendu Dancer sur leur MySpace. Je me suis depuis procuré Heart Attack, un album rempli de beats des années 80, de synthétiseurs, de voix modifiées et d’électronique qui s’écoute trop bien. Il faut les voir se démener sur scène comme un diable dans l’eau bénite, le chanteur avec son synthétiseur en forme de guitare et ses cheveux tout en sueur. Ai-je vraiment besoin de rajouter que c’est un hit assuré pour tous vos party? http://www.myspace.com/woodhands

 

Winter Gloves

Eux, je les adore. Je les adorais avant M pour Montréal, où je me suis procuré leur premier album, About A Girl, un album constamment en rotation dans mon iPod depuis. Les membres de ce groupe montréalais, issus du Mile-End, parlent français, mais chantent en anglais. Le batteur moustachu qui m’a lui-même vendu l’album est fort sympathique. Certes, ils ne réinventent pas la roue, mais leurs mélodies accrocheuses vous rendent complètement accro. Les influences sont ici nombreuses: Arcade Fire, Radiohead, Death From Above 1979, Postal Service, Franz Ferdinand, etc. Ne les manquer surtout pas au Jupiter Room le 22 janvier! http://www.myspace.com/wintergloves

 

The National Parcs

Qualifier la musique de ce groupe montréalais « d’écologique» ne serait peut-être pas exagéré. En effet, la nature est au coeur même de la création des beats funky, hip-hop et urbains de ce groupe. Goutte d’eau qui tombe, roches qui se cognent, branche d’arbre qui souffle au vent sont autant d’inspirations pour eux. J’aime sur CD, mais j’ai encore plus aimé les voir en spectacle, alors qu’un immense écran les présente en train d’enregistrer tous ces sons et d’en faire des beats surprenants. De quoi redonner au bûcheron ses lettres de noblesses. La chanson Powerline, avec les ampoules, a été un moment fort de ma soirée. À voir sur scène! http://www.myspace.com/thenationalparcs

 

Pas Chic Chic

Je ne sais toujours pas. J’ai écouté leur premier album, Au Contraire, énormément en 2008. Mais chaque fois que je les vois sur scène, je suis déçu, ce qui a encore été le cas. Ils chantent à la française sur des beats pop un peu futuristes, avec beaucoup de bruit en tout cas. Ils peuvent parfois rappeler Plastique Bertrand. Ils sont originaux, ça oui, et la fille semble tout droit sortie d’un film poche des années ‘60. Pas Chic Chic ne fait certainement pas l’unanimité, mais ça, on s’en fou! http://www.myspace.com/paschicchic

 

BEAST

C’est également un duo montréalais qui a énormément jouer dans mon iPod cette année. Ce nouveau projet de Betty Bonifassi, chanteuse pour DJ Champion et sur la trame sonore des Triplettes de Belleville, est étonnant. La voix ultra-puissante de Bonifassi se marie à merveille aux beats de Jean-Phi, maître « bidouilleur ». Leur premier album éponyme est épatant, et il faut courir acheter les billets pour leur grande rentrée montréalaise au Club Soda en février. Alors qu’ils étaient de tous les festivals en 2008, les voilà de retour en 2009 avec leur propre spectacle! Si le mélange rock/électro/trip-hop est une recette bien appréciée au Québec, certains critiques venus d’ailleurs ont émis quelques doutes, particulièrement en Europe où la recette semble passée date. Tant mieux que je me dis, enfin un groupe qui a de l’allure et qui ne s’exilera pas sur le vieux continent! http://www.myspace.com/beastsound

Merci à Alexandre Galliez pour les photos du festival, rendez-vous sur polyphoto.org pour obtenir les photos sur la galerie.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.