Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Ludo Pin, Marie-Pierre Arthur et Karkwa au Métropolis

Par Pascale Nycz

Ne vous méprenez pas : Karkwa, qui était en concert le 8 août dernier au Métropolis dans le cadre des Francofolies avec Marie-Pierre Arthur et Ludo Pin en première partie, a bel et bien conquis le Québec avec sa musique aux rythmes expérimentaux, urbains et tout à fait organiques.

En avant première partie, Ludo Pin s’est incrusté au spectacle du Métropolis suite à l’annulation de la représentation de Mara Tremblay au Club Soda. Ce parisien a étonné la salle par sa maîtrise du sampling. Seul sur la scène, cet homme-orchestre produit et échantillonne au fur et à mesure les sons de ses instruments et de sa voix. Il en sort des combinaisons parfois étranges et souvent intéressantes. Ce bricolage donne lieu à un mélange de hip-hop, d’indie et de rock. Certainement à découvrir.

Marie Pierre Arthur a fait suite à Ludo Pin en première partie à Karkwa. « C’est mon premier Métropolis », nous fait savoir cette jeune auteure-compositrice-interprète en début de performance. Ses chansons nous ont éblouies. À la fois simple et mélodieuse, sa voix élève les cœurs autour d’elle. Ses paroles reflètent sa personnalité exquise. Pour nommer quelques-unes de ses chansons : « Droit Devant », « Ma tête à off », « Elle », « Pourquoi ». Complice, Marie-Pierre et Louis-Jean (Karkwa) ont chanté en duo à quelques reprises durant le spectacle. Les deux se complètent remarquablement.
Dès l’entrée sur scène de Karkwa, la foule les a acclamés vigoureusement. Tout au long du spectacle, les chansons ont soulevé des passions à travers les spectateurs et personne ne pouvait s’empêcher de chanter les refrains. Ils ont interprété leur best of de leurs deux derniers albums : « Compteur », « M’échapper au sort », « Coup d’état », « Solstice », etc. Après 2 rappels, le public a été agréablement ravi d’entendre une nouvelle chanson de la bande : « Le vrai bonheur ». Ce sera à surveiller dans leur prochain album.

Ce groupe formé de Louis-Jean Cormier (voix et guitare), Stéphane Bergeron (batterie), François Lafontaine (claviers), Martin Lamontagne (basse) et Julien Sagot (percussions et voix) naquit en 1998. Leur premier album Le pensionnat des établis parut en 2000, suivi d’un deuxième album Les tremblements s’immobilisent en 2005, puis d’un troisième album Le volume du vent en 2008. La formation obtint le prix Félix-Leclerc et le Félix « auteur ou compositeur de l’année », ex æquo avec Pierre Lapointe, en 2006.
Ludo Pin : www.ludopin.com
Marie-Pierre Arthur : www.mariepierrearthur.com
Karkwa : www.karkwa.com

Articles similaires

Festival de Jazz 2010

9 juillet 2010

Depuis ses débuts, le Festival International de Jazz de Montréal n’a cessé d’impressionner par la qualité et la variété de sa programmation. Cette année ne fait pas exception, avec la participation de quelques-uns des plus grands noms de la musique, tant en salle qu’à l’extérieur sur l’une des nombreuses scènes aménagées au centre-ville pour l’occasion. Parmi les artistes remarquables, notons entre autre les John Zorn, David Reinhardt, Lou Reed, Allen Toussaint, Jordan Officer, Bobby...

Iron maiden – The Final Frontier Tour

18 août 2010

Étant donné que vous êtes en train de lire cet article, les chances que vous connaissiez le sextet britannique Iron Maiden sont somme toute élevées. Pour les quelques brebis égarées, je dirai simplement qu’Iron Maiden, c’est le groupe de heavy metal par excellence. Même après 3 décennies d’existence, 15 albums studio et 26 tournées de par le monde, leur musique est demeurée pertinente et adulée par la quasi-totalité de la communauté métal. Avec un...

Ricky Martin, haut en couleurs

15 avril 2011

Par Judith Lafrange Le Centre Bell était enflammé mercredi le 12 avril dernier. En effet, le chanteur portoricain Ricky Martin n’a pas laissé passer une occasion de donner un show incroyable dont les Montréalais se souviendront pendant un bon moment. En effet, danses, costumes, danseurs (et danseuses) et transitions en tous genres ont fait place à un spectacle haut en couleurs et en surprises. Dès le départ, la foule conquise d’avance chante les paroles...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.