Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Ludo Pin, Marie-Pierre Arthur et Karkwa au Métropolis

Par Pascale Nycz

Ne vous méprenez pas : Karkwa, qui était en concert le 8 août dernier au Métropolis dans le cadre des Francofolies avec Marie-Pierre Arthur et Ludo Pin en première partie, a bel et bien conquis le Québec avec sa musique aux rythmes expérimentaux, urbains et tout à fait organiques.

En avant première partie, Ludo Pin s’est incrusté au spectacle du Métropolis suite à l’annulation de la représentation de Mara Tremblay au Club Soda. Ce parisien a étonné la salle par sa maîtrise du sampling. Seul sur la scène, cet homme-orchestre produit et échantillonne au fur et à mesure les sons de ses instruments et de sa voix. Il en sort des combinaisons parfois étranges et souvent intéressantes. Ce bricolage donne lieu à un mélange de hip-hop, d’indie et de rock. Certainement à découvrir.

Marie Pierre Arthur a fait suite à Ludo Pin en première partie à Karkwa. « C’est mon premier Métropolis », nous fait savoir cette jeune auteure-compositrice-interprète en début de performance. Ses chansons nous ont éblouies. À la fois simple et mélodieuse, sa voix élève les cœurs autour d’elle. Ses paroles reflètent sa personnalité exquise. Pour nommer quelques-unes de ses chansons : « Droit Devant », « Ma tête à off », « Elle », « Pourquoi ». Complice, Marie-Pierre et Louis-Jean (Karkwa) ont chanté en duo à quelques reprises durant le spectacle. Les deux se complètent remarquablement.
Dès l’entrée sur scène de Karkwa, la foule les a acclamés vigoureusement. Tout au long du spectacle, les chansons ont soulevé des passions à travers les spectateurs et personne ne pouvait s’empêcher de chanter les refrains. Ils ont interprété leur best of de leurs deux derniers albums : « Compteur », « M’échapper au sort », « Coup d’état », « Solstice », etc. Après 2 rappels, le public a été agréablement ravi d’entendre une nouvelle chanson de la bande : « Le vrai bonheur ». Ce sera à surveiller dans leur prochain album.

Ce groupe formé de Louis-Jean Cormier (voix et guitare), Stéphane Bergeron (batterie), François Lafontaine (claviers), Martin Lamontagne (basse) et Julien Sagot (percussions et voix) naquit en 1998. Leur premier album Le pensionnat des établis parut en 2000, suivi d’un deuxième album Les tremblements s’immobilisent en 2005, puis d’un troisième album Le volume du vent en 2008. La formation obtint le prix Félix-Leclerc et le Félix « auteur ou compositeur de l’année », ex æquo avec Pierre Lapointe, en 2006.
Ludo Pin : www.ludopin.com
Marie-Pierre Arthur : www.mariepierrearthur.com
Karkwa : www.karkwa.com




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La fin de Giacomo Casanova

22 septembre 2006

« J’aime me retrouver en situation de danger, d’éveil. Ça m’oblige à travailler rapidement, à être très à l’écoute de ce que je ressens instinctivement d’un personnage. Quand on consacre trop de temps à un rôle, il peut arriver qu’on s’égare, qu’on perde de vue notre première impression. », expliquait récemment le comédien Pierre Lebeau. Absolument aucun risque, donc, qu’il s’égare de son personnage de Casanova, car entre le moment où il a accepté...

Montreal Jubilation Choir : Groovy Christ !

11 février 2008

Un quart de siècle ! Déjà un quart de siècle que le professeur Trevor W. Payne, infatigable mentor aux excentriques verres fumés, incarne l’âme du Montreal Jubilation Choir. Pour une chorale gospel, vingt-cinq ans de résidence dans notre métropole laïque, ça se célèbre. Natif de la Barbade, Payne fonde le chœur en 1982 avec l’aide de Daisy Peterson Sweeney, la sœur d’Oscar Peterson. Il s’agit alors de marquer les 75 ans de l’église Union...

L’architecture au Centre de Design

12 février 2010

Où commence l’architecture ? Comment les idées naissent-elles et comment leur donne-t-on une forme matérielle ? Quels sont les liens entre la conception architecturale et ses modes de production ? À quelles sources d’inspiration puisent les architectes ? Quels sont leurs outils ? L’environnement de l’atelier et les outils utilisés influencent-ils le processus décisionnel ? Voici les questions auxquelles le Centre de Design choisi de s’intéresser pour sa nouvelle exposition. Soulignant les 40 ans de l’UQAM et...