Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La 27e édition du Festival Juste pour Rire s’achève

Le Festival Juste pour Rire s’est achevé dimanche par Le Grand Charivari, grand carnaval de Montréal. Ce rassemblement de 9 tableaux, 9 artistes parrains, 10 artistes de soutient et plus de 900 participants a mis fin au 27e Festival Juste pour Rire, au 13e Festival du film Juste pour Rire, au 1er Zoofest et à l’opération Juste pour aider.

Avec ses 23 soirées de Gala (16 en français, 7 en anglais), le Festival Juste pour Rire a réuni sur la scène du Saint-Denis les plus grandes vedettes nationales et internationales du moment, comme Whoopi Goldberg, RBO, John Cleese et Suger Sammy, révélation du Festival. Les nombreux spectacles en salle ont offert une très vaste diversité. Que ce soit avec Roberto Benigni et sa relecture monumentale et touchante de l’univers dantesque, avec PaGAGnini et son inspiration classique, ou avec Rêverie et sa magie visuelle, le Festival a présenté une très grande variété de spectacles. Mention spéciale pour Un violon sur le toit, grand succès de l’été, qui a gagné le prix Coup de Cœur du Festival du meilleur spectacle en salle. Au total, plus de 900 représentations, dont 306 en salles provenant de 47 spectacles différents ont été présentés aux festivaliers dans 25 salles. Les Arts de la rue, installés au Quartier Latin et sur la nouvelle place des festivals ont réunis quelque 667 artistes de plus de 9 pays. Le public est venu nombreux pour voir et revoir Scala, gagnant du coup de cœur, l’Orchestre d’Hommes Orchestres et Cirkus Cabaret. Le carnaval Le Grand Charivari a été choisi comme l’un des principaux invités lors de l’inauguration de la Place des Festivals le 07 septembre prochain, soulignant la popularité des événements du Festival.

Créé pour présenter des artistes de la relève au public, Zoofest a pris son envol en proposant 70 spectacles de musique, théâtre, cirque, danse et humour. Les 340 représentations assurées par 120 artistes ont su réunir pas moins de 13 000 festivaliers. Une belle réussite pour ce nouveau festival, que l’on retrouvera l’année prochaine.

Le Festival du film Juste pour Rire a présenté 120 courts et 13 longs métrages pendant deux semaines. De l’ouverture du festival avec OSS 177 – Rio ne répond plus avec Jean Dujardin jusqu’à la projection de Les Doigts Croches avec Roy Dupuis, le public a été présent, permettant au festival d’enregistrer une fréquentation record. Visioneers, film de Jared Drake, a gagné le prix du Meilleur film Indépendant.

Avec plus de 600 000 $ récoltés, l’opération Juste pour aider a surpassé ses objectifs. L’argent amassé sera distribué aux deux organismes que soutient la fondation Juste pour aider : La maison du père, qui aide les sans abris, et Comic Relief, qui lutte contre la pauvreté en Afrique.

Crédit photo : Alexandre Galliez




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Montréal, ville de cirque

14 août 2009

Les arts du cirque sont à l’honneur cet été : la Société du Vieux-Port de Montréal présente la Promenade des Arts du Cirque. Tout le long de la promenade, ce sont plus de 750 représentations gratuites qui seront présentées du 24 juin au 30 août 2009. Du mercredi au dimanche, une quinzaine de prestations spécialement conçues pour le site des Quais se succéderont sur terre ou sur l’eau. Ces spectacles seront assurés par deux...

Zita swoon – A band in a box

10 novembre 2006

De tous les CDs que j’ai acheté cette année, il y en a un que j’écoute en boucle depuis bientôt un an. Pourtant, n’ai-je pas 6500 autres chansons à écouter sur mon ordi? Ce disque, vous l’aurez deviné, c’est « A band in a box » de Zita Swoon, leur septième. Étant plutôt chanceux de nature, j’ai pu les voir pendant la fête de la musique a Nyon, sur le bord du lac Léman,...

Musique, cendres et amour. Ceux que l’on porte.

23 octobre 2008

New York, 11 septembre 2001. Le monde changea subitement, sombrant dans une valse énigmatique de paranoïa, d’extrêmes et d’intolérance. Mais à une plus petite échelle, quelle en fut la conséquence sur l’amour, l’effet sur une petite histoire intime ? Voila le défi qu’Andrew Dainoff décide de relever avec sa pièce Ceux que l’on porte. L’histoire. David décide de laisser Los Angeles derrière lui pour rejoindre sa Sally à New York. Leur idylle fleurira à...