Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Partick Timsit à Montréal !

Dans le cadre du Festival Juste Pour Rire 2009, nous avons eu droit à la prestation de Patrick Timsit pour la première fois à Montréal. Malgré son absence dans le monde du stand-up comique pendant 14 ans, son talent est toujours présent. Originaire de la France, il s’est tourné vers le cinéma pour revenir à ses racines. En effet, « Un indien dans la ville » est un des films auquel il a participé. Fidèle à lui-même, il a gardé sa réputation de politiquement incorrecte; avis : âmes sensibles, s’abstenir.

Le spectacle commence par une entrée élaborée qui a été soulignée par un spectateur retardataire au premier rang. Timsit ne l’a pas du tout épargné en terminant par une invitation pour qu’il revienne le lendemain lui refaire le même numéro. L’improvisation n’est pas du tout un problème pour cet humoriste. Timsit nous indique que « The one manstan-up show » est adapté au Québec et nous rassure avec une pile de feuilles préparées. Il donne donc l’impression à la foule de participer au spectacle en s’ajustant selon les réactions de celle-ci. Timsit est dynamique et très à l’aise. Il traite de thèmes variés tel que les voyages, la paternité, la religion, le racisme, la technologie et autre. Son humour est intelligent, parfois choquant, mais ceux ne sont pas les rires qui manquaient au Théâtre du Nouveau Monde. Malgré une première apparition, Timsit semble avoir des fans à Montréal, pas nécessairement que des Français. Le spectacle s’est terminé avec des applaudissements à ne plus finir. Nous avons eu droit à un numéro supplémentaire. Son style est divertissant et sa performance, à mon avis, n’a pas dépassé de limite.

Le festival Juste Pour Rire est reconnu pour ces humoristes qui viennent de partout dans le monde. On espère revoir Patrick Timsit à Montréal. Bravo, un retour réussi dans le monde de l’humour.

Image article Partick Timsit à Montréal ! 451

Crédit photos : Thierry Ha




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+