Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Boeing Boeing

Par B&C

Le théâtre du Monument National a fait le plein ce soir. L’attente de la pièce se fait dans une ambiance « chanson française » des années 60 : Bonnie & Clyde font des ravages et Dutronc aime les filles. Les lumières s’éteignent progressivement, une hôtesse nous annonce que nous allons bientôt décoller et nous demande d’attacher nos ceintures. Nous sommes déjà dans l’ambiance. Le rideau se lève.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette pièce, Boeing Boeing raconte les tours de passe-passe d’un homme peu scrupuleux, Bernard, qui mène trois vies parallèles avec des hôtesses de l’air, chacune volant pour une compagnie différente. Il tient un calendrier toujours très serré pour les voir chacune à l’insu des autres … jusqu’au jour où des turbulences viennent chambouler son organisation. Les trois femmes qui devaient ne jamais se rencontrer se retrouvent toutes les trois bloquées à Paris. Ajoutons à cela un vieil ami québécois, Robert (interprété par Serge Postigo), débarquant à l’improviste de Saint-Hyacinthe qu’il faut accueillir comme il se doit et une bonne qui commence sérieusement à saturer. L’appartement devient vite bien trop petit .

Le cynisme de la bonne (Alexandrine Agostini y est grandiose), la maladresse de Robert, le machisme et la prétention démesurés de Bernard rendent la rencontre de ces personnages pleine de surprises et de situations cocasses. De plus, les caractères très différents des trois hôtesses liés à leurs nationalités (américaine, allemande et espagnole) ajoutent du piment à la pièce. Un petit bémol pour des stéréotypes qui nous ont parfois semblés maladroits et trop insistants.

L’adaptation québécoise de Serge Postigo réserve quelques répliques croustillantes qui ne manquent pas de faire éclater de rire le public montréalais. C’est un bon rafraîchissement pour cette pièce jouée depuis plus de 20 ans partout dans le monde !

Cette pièce est une réussite ! Les acteurs de qualité ne nous laissent aucun moment de répit. L’objectif est atteint, nous rions franchement ! Allez-y ! Juste pour rire …

Articles similaires

Inauguration de la place des Festivals

11 septembre 2009

Le 7 septembre, le maire de Montréal, M. Gérald Tremblay a inauguré la nouvelle place des Festivals dans le Quartier des spectacles. L’événement s’est déroulé en présence de plusieurs ministres dont Mme Christine St-Pierre, ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine au gouvernement du Québec. Pour marquer l’occasion, la parade des Grand Bisous du Grand Charivari a défilé sur Ste-Catherine. Sur le thème du premier baiser, elle se compose de...

Eurovision, c’est parti

13 mai 2009

Ce mardi, l'eurovision reprenait avec son lot comme chaque année de grands artistes et de moins grands. A noter que les québécoises s'y seront illustrées plusieurs fois, on peut donc parler d'un concours québéco-européen. Il aura vu la victoire de Céline Dion en 1988 avec \"Ne partez pas sans moi\" pour le compte de la Suisse. Meilleur classement de la France de ses dix dernières années, la québécoise Natasha St-Pier avait permis aux français...

Danse contemporaine : Wave

19 septembre 2008

Pluie, Temps de chien et Wave constituent les trois spectacles d’un cycle de danse contemporaine intitulé Climatologie des corps, chorégraphié par Sylvain Émard. Nous avons la chance et le plaisir de vous relater notre incursion dans l’univers créatif de la scène contemporaine à laquelle Sylvain Émard et sa dernière création Wave appartiennent. Dès le début du spectacle nos sens sont entièrement sollicités. Derrière trois panneaux qui semblent avoir la texture du verre givré, les...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.