Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Équipe de Rêve

Le Festival Juste pour Rire fait équipe avec Second City Theatricals pour présenter la première mondiale de Rêverie. Ce nouveau spectacle sera présenté du 21 au 26 juillet au Gesù – Centre de créativité. Rêverie est une revue comique et non verbale qui recourt à un humour physique et inventif pour explorer l’expérience humaine. Ce spectacle est issu de sketchs conçus par la troupe The Second City et un groupe d’improvisateurs et de comédiens.

Rêverie débute dans une simple salle de réunion, au cours d’une séance de travail provoquée par la crise économique. Nous est ainsi présentée l’équipe, dont chaque membre entretient des rêves et des visions inassouvis. Le spectacle explore chacune de ces histoires, alors que la salle de réunion se transforme tour à tour en chambre à coucher, en poursuite automobile, en tournoi de ping pong, …

Dès le début du spectacle, les six acteurs nous transportent dans leur univers : un monde imaginaire où tout est possible. Ces artistes vont d’une salle de réunion à une bataille aérienne en passant par une scène de spectacle et un restaurant. Tous très performants en mime, ils arrivent à faire rire le public avec des gestes les plus banals. Le jeu d’acteurs, propre aux spectacles muets, est très varié. Il est admirablement souligné par la mise en scène très bien pensée. La musique donne un très bon rythme à cette pièce et s’adapte parfaitement à chaque situation. L’humour sait rester fin, et cette pièce garde un beau ton poétique tous le long.

Second City Theatricals est une division de la troupe comique The Second City qui met en scène comédies musicales, pièces et performances originales. Romeo and Juliet Musical en est un très bon exemple. The Second City a été la rampe de lancement de beaucoup de vedettes humoristes, comme Bill Muray.

Crédit photos : Alexandre Galliez




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.