Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Lancement du Festival de films Juste Pour Rire

L’ouverture du Festival de Films Juste pour Rire s’est déroulée le 10 juillet au Cinéma Impérial avec la projection de OSS117, Rio ne répond plus. Michel Hazanavicius et Jean Dujardin étaient présents pour promouvoir leur film.

Synopsis : Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, est l’espion français considéré par ses supérieurs comme le meilleur de sa profession. En cette année 1967, il est envoyé en mission à Rio de Janeiro, à la recherche d’un ancien dignitaire nazi réfugié en Amérique du sud après la guerre. Les péripéties de son enquête vont l’amener à traverser le Brésil, de Rio à Brasilia en passant par les chutes d’Iguaçu, accompagné d’une charmante espionne du Mossad, elle aussi à la recherche du nazi. L’homme a du charme, la jeune femme aussi, et, sur fond de bossa-nova, ils vont alterner aventure et histoire d’amour.

Le film reprend les éléments qui ont fait le succès du premier OSS 117, mais Rio ne répond plus reste différent de Le Caire, nid d’espions. C’est un Hubert Bonisseur de la Bath d’une époque nouvelle, toujours aussi homophobe et sexiste. Ce film a conquis les spectateurs, venus nombreux pour l’occasion. OSS 117, Rio ne répond plus sort en salle le 24 juillet.

La projection de ce film a également marqué le départ de la 13ème édition du Festival de Film Juste pour Rire. Du 16 au 26 juillet, ce festival présente les premières du meilleur de la comédie. Longs métrages ou films indépendants, il y en a pour tous les goûts. Ces premières seront animées par des invités : acteurs et/ou réalisateurs seront présents pour promouvoir leurs œuvres. Au programme également de ce festival, les projections de plus de 140 courts métrages de 23 pays, animés par différents comédiens.

Retrouvez toutes les informations et la programmation sur le site http://web2.hahaha.com/microsite/Film/Home.

Photo : Michel Hazanavicius et Jean Dujardin.
Crédit photo : Alexandre Galliez




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.